suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2014

Périple à Karukera – 6 – Semaine de farniente à Marie Galante


 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Pour nous reposer des notre sportive ascension de la Soufrière nous décidons d’aller passer une semaine de farniente à Marie Galante, petite île située à 30 kilomètres au sud de Karukera. Du fait de son isolement Marie Galante a conservé un style de vie rural où le tourisme, mis à part quelques hôtels modestes, se développe par le biais de gites chez l’habitant, ce qui en préserve l’authenticité. Les plages sont le principal attrait de l’ile ainsi que ses vieux moulins. On en comptait en effet une centaine il y a un siècle, à l’âge d’or des sucreries.  L’ile invite à la rêverie poétique et je ne me fais pas prier pour m’y livrer…( désolé mais c’est de la poésie au Ti Punch !)

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Robinsonne

Sous un soleil de plomb

Dans la mer qui ronronne

Fait des ronds

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Un figuier maudit

Enlace un gommier blanc

Oh ! tu m’étouffes lui dit

Son vénérable amant !

  

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 

Un nid de termites

Au dessus du sol

C’est que l’eau monte vite

Quand la pluie dégringole !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Le mangle médaille

Aime les sols humides

Ses racines divaguent

D’eau saumâtre avides

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Sur la côte atlantique

Soufflent les alizés

Qui veut vivre évite

De s’y baigner !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Un vieux moulin

A la retraite

Ronge son frein

Attendant la tempête

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Gibus attristé

Roi des bricoleurs

Essaie sans succès

De relancer son cœur

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Les antiques rouages

A jamais immobiles

Se parent d’un ramage

De verte chlorophylle

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 As tu toute ta  tête

Photographe imprudent !

Ca pourrait être ta fête

En un rien de temps !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Un figuier maudit

Fait de l’escalade

Dans ce paradis

Les arbres gambadent !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Une noix de coco

Me tenterait bien

S’il n’ y avait ce taureau

Qui me barre le chemin

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Mais le soleil décline

L’horizon se pare d’or

Les cannes s’illuminent

Et le taureau s’endort !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 

C’est l’heure crépusculaire

Bientôt viendra la nuit

Sert moi donc un verre

De Ti Punch l’ami !

 

Texte & Photos Ulysse 

23/03/2014

Périple à Karukera – 5ème partie – l’ascension de la Soufrière

IMG_2566.JPG

Lors de notre précédente visite à Karukera, nous avions prévu  de grimper au sommet de la Soufrière, volcan actif  - qui se limite toutefois à émettre des fumerolles - culminant à 1467 mètres. Nous avions dû y renoncer car la « vieille dame », comme la nomment affectueusement les guadeloupéens, est restée entourée quasiment en permanence d’un amoncellement de nuages, nés de la condensation de la vapeur d’eau provenant de la mer des Caraïbes. De fait, il tombe en ces lieux dix mètres d’eau par an; chanceux sont donc ceux qui peuvent accéder à son sommet sans affronter un déluge ou naviguer à vue dans un brouillard à couper au couteau.

Cette année nous avons décider d’y aller coûte que coûte. Sur la foi d’une météo à peu près favorable nous décidons donc, un « beau » matin  d’entreprendre  son  ascension…..

 

IMG_2630.JPG

Le sentier traverse au départ une magnifique forêt tropicale où prolifèrent les fougères arborescentes. Nous résistons à la tentation  d’en « cueillir » quelques unes pour servir de parapluies au cas où….

 

IMG_2632.JPG

Mais nous y renonçons car le ciel affiche une magnifique – mais nous le verrons plus avant, trompeuse - couleur bleue. Un soleil radieux y baguenaude,  dispensant généreusement ses rayons dont se gavent les plantes épithètes et héliotropes perchées à dessein sur de hautes branches .

 

 

IMG_2621.JPG

Nous parvenons au pied de la Soufrière dont les flancs recouverts de lave hébergent une végétation rase mais exubérante.

 

 

IMG_2569.JPG

Le « hic est que le soleil nous a faussé compagnie, englouti par un brouillard londonien étonnant à cette latitude. On comprend que cette île ait été longtemps convoitée et provisoirement occupée par les anglais qui, sans doute, y voyaient une seconde patrie ! Nous hésitons un instant mais, vu le chemin déjà parcouru, nous persévérons dans notre ascension, espérant qu’une éclaircie viendra récompenser nos efforts.

 

 

IMG_2571.JPG

Et de fait un certaine luminosité gagne le paysage, nous laissant espérer le retour du soleil qui nous permettrait d’admirer, selon les dires des guides touristiques, l’un des plus beaux panoramas des Caraïbes.

 

 

IMG_2586.JPG

Mais nos espoirs sont vite "douchés", c'est le cas de le dire, car le brouillard s’épaissit à nouveau nous « humectant » d’un crachin que l’altitude rafraîchit considérablement ! Faire 8000 kilomètres pour avoir l’impression de se balader sur le Caroux en hiver, il faut être un peu « zinzin » non ? 

 

 

IMG_2584.JPG

La Soufrière est un volcan actif en état dit « stationnaire » qui a connu dans le passé quelques épisodes éruptifs, dont celui de 1797 qui a provoqué une large fissure dans le flanc nord de son dôme que l’on découvre ici. En 1976 une nouvelle éruption « phréatique » a eu lieu, qui a conduit les pouvoirs publics, sur les conseils de Claude Allègre (qui a montré depuis lors son incompétence sur le problème du réchauffement climatique ) et contre l’avis d’Haroun Tazieff, grand vulcanologue,  à évacuer à grands frais la population de Basse Terre. Cela dit, on sait bien que les pouvoirs publics sont conseillés par des gens qui n’y connaissent généralement pas grand chose (ou qui sont influencés par des lobbies)  que ce soit en matière d’écologie, d’économie ou de  santé  publique (cf.la vaccination contre le virus H1N1).

 

 

IMG_2592.JPG

 

En approchant du sommet, le brouillard devient de plus en plus dense et le vent de plus en plus violent, comme l’atteste la posture de l’ami Gibus qui a du mal à garder les pieds sur terre .

 

 

IMG_2603.JPG

Parvenus sur le plateau sommital nous pensons avoir « allunis » au vu de l’univers purement minéral qui nous entoure. De fait les gaz acides présents dans les fumerolles contribuent à bruler la végétation et ainsi à mettre à nu une partie de plus en plus importante du sommet de la Soufrière. C’est à mon avis une vison assez réaliste de ce qui attend l’humanité si nous continuons à maltraiter Gaïa comme nous le faisons.

 

 

IMG_2602.JPG

Nous nous approchons prudemment de la gueule du cratère d’où sortent les fumerolles sulfureuses, espérant que la Soufrière n’aura pas la mauvaise idée de sortir de sa léthargie à ce moment là.

 

 

IMG_2608.JPG

Mais la Vielle Dame » reste  fort heureusement assoupie et nous entamons la descente assez impatients, vous vous en doutez, de retrouver des conditions climatiques plus « tropicales » !

 

 

IMG_2617.JPG

Et de fait en arrivant au pied du volcan une timide trouée apparaît dans le manteau nuageux qui laisse passer un timide rayon de soleil et  révèle un coin de ciel bleu. Alleluïa, nous sommes de retour au pays du Ti Punch !

 

 

IMG_2637.JPG

Notre marchande de fruits et légumes qui s’était fort inquiétée de nous voir monter là haut au pays des dragons manifeste de façon fort explicite sa joie de nous voir revenir sains et saufs !  Il faut dire que l’on est ses meilleurs clients pour les citrons verts, ingrédient indispensable pour faire un Ti Punch !

 

Texte & Photos Ulysse 

19/03/2014

Périple à Karukera : 4ème partie - Quelques raisons d’y aller….

 

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Je me doute que l’article précédent où les jolies guadeloupéennes et les non moins beaux guadeloupéens (je n’oublie pas mes chères lectrices !) ne manquaient pas, vous ont déjà donné envie d’aller faire un tour dans cette île qui est, pour moi,  la copie terrestre du paradis.  Mais ce n’est pas, et de loin, le seul charme de cette île, comme nous allons le découvrir.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

 

J’apporte toutefois un gros bémol à ce que je viens de dire : pour les esclaves qui ont été amenés ici de force et dans des conditions épouvantables, ce lieu ça n’a jamais été un paradis. Mais leur courage et leur travail ont permis d’en créer un dont profitent aujourd’hui essentiellement les touristes occidentaux. Pour ce qui est des autochtones il est certain que vu le taux de chômage qui règne dans l’île et le coût élevé de la vie, le coté « paradisiaque » est également,  pour un grand nombre d’entre eux, moins évident ! Mais, bon,  avec les « amortisseurs » du  « généreux modèle social français » ce n’est pas non plus le Bangladesh !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Faisons donc un rapide tour d’horizon des richesses de l’ïle. Il y a tout d’abord la canne à sucre qui produit bien évidemment du sucre,  dont le cours mondial est à la hausse du fait de la tendance générale de l’humanité à se gaver de saloperies, oh ! pardon ! de sodas ! Le jour où les chinois seront aussi gros que les yankees la terre risque de basculer sur elle même !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Mais avec la canne on fait aussi du rhum, et du meilleur, pas comme ces insipides ersatz cubain ou jamaïcain que l’on trouve dans les supermarchés. Ce divin breuvage   vous fait danser la salsa, la lambada et la zumba sans jamais les avoir apprises.

  

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Secondo, on y trouve le meilleur ananas du monde : l’ananas « bouteille » qui avait quasiment disparu et  dont la production vient d’être relancée par quelques agriculteurs entreprenants, voire un peu "casse-cou". Il faut l’être dans cette île où règne dans le monde agricole, comme dans certains coins de métropole du reste, l’individualisme, le conservatisme et l’esprit de clocher !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Tercio, on y trouve des bananes (le fruit qui donne "la banane !" ) et d’une telle variété qu’il est difficile de s’y retrouver entre celles considérées comme des fruits et celles assimilées à des légumes.  Cela dit si vous mangez une banane légume en pensant que c’est une banane fruit vous vous en rendez compte tout de suite !!

  

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

 Il y a également une profusion de fleurs dont les fleurs de balisier qui ont une multitude de formes et que l’on trouve à profusion sur le bord des routes ou dans la jungle.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Plus rare est par contre la rose porcelaine, somptueuse fleur qui, comme les autres roses, fane hélas très vite !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Il existe une grande variété d’oiseaux dont le « sucrier » qui se régale du nectar des fleurs.  Malgré son régime hyper calorique ce piaf reste svelte ! Quelle injustice !  

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Le colibri ou oiseau mouche non plus ne risque pas grossir vu qu’il bat des ailes plusieurs dizaines de fois par seconde !

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Savez vous que c’est le seul oiseau qui sait voler en marche arrière ! Vraiment Karukera est un pays de « ouf » ! 

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

La faune est par contre le parent pauvre de l’île car à part des ratons laveurs et des agoutis (sorte de petit rongeur) on n’y trouve aucun gros mammifère à part bien sûr les cochons et vaches (sans compter les innombrables poules) que l’on croise partout en semi liberté.  Par contre on peut tomber nez à nez avec un lointain descendant des monstres préhistoriques : une iguane qui, bien que d’aspect inquiétant, sera plus apeurée que vous.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Un autre attrait de l’île est la profusion de ses plages au sable blanc ou noir (d’origine volcanique) selon vos préférences. Ces plages sont généralement bordées de cocotiers au pied desquels il faut éviter de s ‘allonger car les noix de cocos sont plus fermes que le crâne d’un humain.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Ces noix de coco au demeurant sont la providence du promeneur assoiffé à la condition bien sûr d’être capable de les attraper. Pour cela il y a deux méthodes. La première est de grimper à vos risques et périls sur le cocotier ! Gibus s’y est essayé sans trop de succès malgré son agilité  à gravir les rochers, comme vous le voyez faire régulièrement sur Eldorad'OC.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

La seconde est de trouver un cocotier pas trop haut et de se munir d’une grande perche pour décrocher les noix. Là nous avons eu plus de succès.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrierEt je peux vous dire que la récompense est à la hauteur des efforts fournis. Le lait de coco frais est le seul breuvage non alcoolisé que je bois avec autant de plaisir !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Le « petit » inconvénient de certaines plages est que la houle y est souvent très forte et que  les vagues vous y chahutent sans ménagement.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Grâce à mon appareil étanche je vous emmène au coeur de ces vagues, histoire de vous procurer quelques frissons bien que l’eau soit à 27° !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Je peux vous dire qu’après une demi-heure de trempette on est, au sens propre comme au figuré, « rincé » !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Il ne nous reste plus alors, après ce bain épuisant, qu’à aller s’asseoir sur la terrasse du café de Trois Rivières pour y déguster un Ti Punch  en contemplant le coucher du soleil. Tchin !

 

Texte & Photos Ulysse (sauf 13, 15 , 17  et 20 Buffler)

 

04/03/2014

Périple à Karukera - 3ème partie - Défilé de carnaval à Sainte Rose

 

IMG_2154.JPG

Le carnaval en Guadeloupe est un  grand événement populaire festif qui se déroule sur six semaines environ entre le deuxième dimanche de janvier et le mercredi des Cendres. Le dernier jour du carnaval Vaval, le roi du Carnaval est mis à mort, pour mieux renaître l’année suivante !.

Le carnaval a été introduit par les colons au XVIIème siècle pour faire la fête avant la période du carême. Progressivement, les esclaves furent autorisés à y participer et à se se moquer de leur maître, sans conséquences.  De là vient une tradition satirique qui perdure aujourd’hui .

Chaque week-end pendant la période de carnaval, les différentes troupes défilent dans des villes désignées et passent devant un jury qui sélectionnent celles qui auront le droit de participer aux deux finales qui auront lieu la première, le Dimanche Gras à Pointe à Pitre et la seconde, le mardi gras à Basse Terre. Au cours de ces finales deux troupes seront désignées « reines du carnaval ». Entrons tout d’abord dans les coulisses du carnaval avant que le cortège ne s’ébranle…

 

IMG_2164.JPG

 

IMG_2156.JPG

 

IMG_2165.JPG

 

IMG_2168.JPG

 

IMG_2228.JPG

 

Et que la fête commence !

 

IMG_2177.JPG

 

 

IMG_2258.JPG

IMG_2190.JPG

 

carnaval,gwada,guadeloupe,mardi gras

IMG_2196.JPG

 

 

IMG_2203.JPG

 

IMG_2312.JPG

 

IMG_2307.JPG

 

 

IMG_2199.JPG

 

IMG_2210.JPG

 

IMG_2218.JPG

 

IMG_2242.JPG

 

IMG_2238.JPG

 

IMG_2269.JPG

 

IMG_2299.JPG

 

IMG_2376.JPG

Si vous avez aimé ce défilé de carnaval, c'est que vous appréciez la danse et la musique aussi je vous invite à découvrir mes compositions sur mon nouveau blog musical  OLD NUT que vous pouvez consulter en cliquant ICI

 

A suivre...

 

Texte & Photos Ulysse