suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/05/2014

J’ai crains que mes vacances ne finissent sur le sentier de l’armistice !

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Bon, jusqu’à présent, à part l’épisode de l’ascension de la Soufrière dans le brouillard, nos vacances à Karukera s’étaient plutôt bien passées.  Bains de mer dans une eau à 27, balades dans des paysages de rêve, défilés de carnaval peuplés de  jolies filles et rhum à gogo, tout allait pour le mieux!  Le problème est que Gibus et moi avons du mal à rester en place et à jouer les contemplatifs, même avec de jolies créatures à l’horizon. Dès que l’on aperçoit une montagne aux alentours, l’envie nous prend d’y grimper.  Et justement à coté de la Soufrière, se dresse un ancien volcan dénommé La Citerne sur lequel nous avions fortement envie d’imprimer l’empreinte de nos semelles. Nous voilà donc partis en pleine jungle un beau matin, sans  nos épouses qui souhaitaient en profiter pour faire un peu de shopping . Nous aurions mieux fait de leur tenir compagnie et vous aller comprendre pourquoi…

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Notre projet était d’accéder au sommet de la Citerne par la piste de l’armistice qui s’est révélée  ( nous l’avons découvert un peu tard ) être la piste la plus sportive que je n’ai jamais emprunté dans ma vie, vu les conditions météo que nous avons dû affronter. Mais permettez moi de ménager le suspense….Au départ cela ne se présentait pas trop mal, nous avions prévu d’aller au préalable visiter la chute du Galion. Il tombait certes quelques gouttes mais le chemin était « carossable » !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La jungle foisonnante qui nous environnait donnait à notre périple une ambiance « Indiana Jones » qui n’était pas pour nous déplaire.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais en arrivant au pied du promontoire rocheux qui permet d’accéder à la chute du Galion  des diablotins facétieux ont commencé à nous verser des seaux d’eau sur la tête, rendant un brin délicate notre courte escalade .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Si je n’avais pas pris la précaution de me munir de mon appareil photo étanche  le récit de notre périple se serait arrêté là, car comme vous pouvez le voir sur l’objectif, il tombait à peu près autant d’eau du ciel qu’il en tombait dans la chute !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais n’étant pas du genre à faire demi- tour (idiote question d'amour propre que connaissent de nombreux "XY" !), nous avons avec obstination poursuivi notre marche en avant….

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

L’ami Gibus, qui ne manque pas d’humour, s’est alors dit que, mouillé pour mouillé, rien ne l’empêchait de comparer la température de l’eau de la chute avec celle qui nous tombait sur le poil ! 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Ses ablutions faites, nous avons repris notre périple en direction de la piste de l’Armistice espérant que les diablotins se lasseraient très vite de leur jeu stupide et que le soleil des caraïbes règnerait à nouveau sur les lieux.

 guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

 

Mais la pluie continua de plus belle et la descente du promontoire rocheux se révéla aussi sportive que l’ascension,  sans pour autant nous décourager…

 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Celles et ceux qui lisent nos aventures sur Eldorad’Oc savent qu’à force de fréquenter les sentiers muletiers des montagnes nous avons acquis des gênes de « mule »  et que nous ne renonçons pas facilement …

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Nous entamâmes alors la montée de la piste de l’Armistice, vague trouée rectiligne dans la jungle qui accède,  après 300 mètres de dénivelé dans la ligne de plus grande pente, au sommet de la Citerne.

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par temps clément l’exercice ne nous aurait pas paru trop difficile mais  avec la pluie diluvienne qui tombait, le sol couvert de feuilles se dérobait sous nos pas et les racines sur lesquelles nous prenions appui étaient de véritables savonnettes .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Gibus qui habituellement repère à l’oreille que le suis, vérifiait régulièrement, du fait de la pluie battante étouffant les bruits,  que je n’avais pas sombré au coeur de cet enfer vert.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par endroits, heureusement, une âme compatissante du syndicat d’initiative a eu l’idée de mettre une corde fort bienvenue . Que cet(te) âme anonyme en soit remercié !!!

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Plus nous montions et plus le sentier se révélait difficile, du fait qu’aux grands arbres rencontrés plus bas  succédaient maintenant des taillis barrant quasiment le passage, nous obligeant à des contorsions qui ne sont plus de notre âge.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La mine  de Gibus sur cette photo, la dernière que j’ai pu prendre au cours de cette ascension, en dit long sur le caractère éprouvant de notre périple. Après cela,  j’ai dû ranger l’appareil photo car un orage de grêle (oui de la grêle aux Antilles ! ) nous est tombé sur le paletot, nous mitraillant comme des faisans que l’on vient de lâcher  à l’ouverture de la chasse !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Pour résumer la fin de l’ascension que j'ai terminé en grelottant  et trempé comme une éponge jusqu'au lieu les plus intime de mon anatomie, je vous mets la photo d’une vague qui vous donne une idée des sensations que nous avons alors éprouvées.

Mais je ne finirai pas mon récit sans vous avouer que, revenus à notre voiture, l’ami Gibus avait prévu des vêtements de rechange, ce qui n’était pas mon cas.  Quand nous avons retrouvé nos épouses au restaurant, j’étais donc vêtu d’un pagne confectionné avec une serviette de bain qui trainait dans la voiture et d’un T-Shirt de Gibus qui fait deux tailles de moins que moi. Vous imaginez le fou rire de nos épouses en nous apercevant !

 

PS: Je vous invite également à aller écouter ma dernière composition "Léo, là Haut" sur  mon blog musical OLD NUT .

 

 

Texte & Photos Ulysse

Commentaires

Oufff tout un périple, quelle aventure... vous êtes tellement courageux tous les deux... Malgré cette pluie, vos photos sont superbes! Bisous tout doux et bon vendredi dans la joie!

Écrit par : Maria-lina | 02/05/2014

Hi hi je ris...mais faut le faire. Chapeau à tous les 2.

Écrit par : Yanne | 02/05/2014

Bien que je vous trouve un brin "fadas", je vous dis chapeau ! Quelle excellente condition physique vous avez !

Écrit par : Colette | 02/05/2014

Super... même les pires ascensions laissent de bons souvenirs.
Gibus et toi ne manquez ni de ténacité ni d'originalité.
Bravo pour avoir réussi à dompter les éléments et l'enfer vert.
Tu ne parles pas de bestioles dangereuses ou énormes que vous auriez
croisées en chemin...

Écrit par : Françoise | 02/05/2014

Pour les métros qui passent leurs vacances antillaises sur les plages de Ste-Anne ou St-François il ne peut s'agir de la même île !!
L'averse de grêle indique que la température avait chuté en dessous d'une cote acceptable sous ces contrées et qu'il y avait aucune chance de croiser une charmante doudou sur notre chemin !!
Tout est bien qui finit en rire et Ti'punch !!

Écrit par : GIBUS | 02/05/2014

Je rêve d'aller en Guada en 2015 mais je ne ferais jamais ce genre de marche...trop dur! Bravo

Écrit par : Renée | 03/05/2014

Ah dommage, j'espérais voir une photo de toi en pagne bien évidemment, mais j'imagine très bien la scène et suis morte de rire ! on ne doit pas s'ennuyer avec toi !
Vous êtes un peu foufous quand même ! quelle aventure encore un fois et en plus tu prends le temps de sortir ton apn et clic sous l'averse de grêle et dans la vague.
Bravo pour votre ténacité et votre courage à prendre d'aussi gros risques. Bravo à Gibus pour ses ploufs dans l'eau froide, toujours avec un grand sourire jusqu'aux oreilles.
Merci à toi pour ce roman palpitant, j'ai eu très peur ... si si ...
Bonne journée et à bientôt !
Anniclick

Écrit par : AnnickAmiens | 03/05/2014

eh ben

ah oui ça digne d'un Indiana Jones :)

je suis paf devant de tels exploits mais c'est vrai que les gênes de mule aident :)

waouw waouw voilà ma conclusion

bon WE Ulysse et chapeau et a tes compagnons
bises*

Écrit par : nays | 03/05/2014

Maria-Lina ce jour là on s'est dit que l'on était un peu fou ...

Yanne c'est un grand chapeau en plastique qu'il nous aurait fallu ce jour là !

Colette oui un brin fades nous sommes, je confirme !

Françoise le bon coté de Gwada est qu'il n'y a aucune bestiole venimeuse ou dangereuse

Gibus ce sont surtout nos épouses qui ont ri ....

Renée il y a de belles balades moins casse-cou !

Annick si je te racontais tout ce qui m'est arrivé pendant ses vacances tu serais soucieuse pour mon espérance de vie

Nays même les mules elles ne seraient pas passées où on est passé


Beau dimanche à toutes et à tous

Écrit par : Ulysse | 03/05/2014

Vous pensiez peut-être trouver une citerne remplie de vin ou bien encore de rhum ! Vous apprendrez que parfois elles peuvent contenir de l'eau et beaucoup d'eau :-)

Écrit par : bernard | 04/05/2014

A voir le visage de Gibus, on comprend mieux ce que vous avez dû endurer tous les deux. Vos femmes ont eu du nez de ne pas vous suivre.
Ca vous a donné un petit aperçu des cyclones qui ravagent parfois ces îles.
Merci mon dieu de nous avoir ramené ces 2 casse-cous en bonne santé, une pneumonie est si vite attrapée.

Écrit par : juliette | 06/05/2014

Quels aventuriers!
Une belle tranche d exploration et du rire pour les lectrices!
Bravo,

Écrit par : Maïté Alienor | 07/05/2014

BERNARD ça on n'a pas manqué d'eau ! ni de rhum d'ailleurs !

JULIETTE je ne suis pas certain que ce soit Dieu qui nous ait épargné vu que l'on ne croit pas en lui !

MAITE sous la grêle je n'ai pas beaucoup ri mais après oui !!

Écrit par : Ulysse | 09/05/2014

Bonsoir,
Je viens de terminer l'ascension avec vous, chapeau!
J'ai grimpé pas mal de fois, il y a longtemps sur les flancs de la Soufrière, chose que l'on ne peut plus faire depuis 1976, durant cette année, Madame a eut des Vapeurs!
Ce n'était pas très facile, mais l'on s'amusait bien, j'ai écris aussi une montée à la Soufrière, dans la rubrique "Des saisons et des jours", si cela vous tente...mais pas de photos, il n'y avait pas encore le numérique et tout le monde ne possédait pas un appareil photo à l'époque.
Je reviendrai.

Écrit par : Livia | 11/05/2014

Livia je vais aller lire votre récit....

Écrit par : Ulysse | 13/05/2014

Les commentaires sont fermés.