suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/09/2015

A la découverte de Karukera – 8 – Le sentier côtier de l’Acomat

 Reprise d'archive

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Aujourd’hui je vous invite à nous suivre sur le sentier côtier de l‘Acomat qui relie l’Anse de la Source, située au sud de Trois-Rivières, à l’Anse Grande Ravine. Cette partie sud de Basse Terre est recouverte de coulées de lave crachées par la Soufrière il y a plus de cent mille ans. Bien qu’encore actif ce volcan s’est « civilisé » et ne crache plus à tout va comme il le faisait dans sa turbulente jeunesse.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Du fait de ces coulées de lave le sol est très fertile et le chemin traverse une végétation dense et variée. Il faut d’ailleurs être très vigilant pour ne pas en perdre la trace et s’il n’était pas régulièrement emprunté il faudrait peu de temps pour qu’il disparaisse.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Mais aux endroits battus par la mer aucune végétation n’a pu s’accrocher et les coulées de lave sont hérissées de lames de basalte tranchantes comme des couteaux qui – c’est le cas de le dire - coupent court à toute velléité de baignade.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Cette côte dangereuse est poissonneuse et l’on y pêche notamment l’impressionnante dorade coryphène (que l’on peut aussi écrire « daurade », la langue française est rarement aussi tolérante !) si chère à Alain Bombard et dont je vous ai déjà parlé lors de notre deuxième étape.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

On a beau avoir déjà  sillonné  Karukera depuis une dizaine de jours nous restons ébahis par l’exubérance de la végétation et la vitalité de certains arbres tels ce figuier maudit, immense pieuvre végétale qui lance ses branches-tentacules à travers la forêt.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Les « bombes » volcaniques projetées par les éruptions leur servent de points d’ancrage et permettent ainsi à ces arbres de résister aux plus violents cyclones.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Et quand certains, malgré tout, tombent foudroyés par un orage ou leur grand âge leurs congénères leur tendent une branche secourable pour les soutenir.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Mais je pense que cette solidarité arboricole a des limites, car si cet arbre là chutait, je doute qu’il soit  accueilli à « branches ouvertes » par ceux qui l’entourent !

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Au bord d’une mare alimentée par une source nous faisons une étonnante découverte : une pierre gravée il y a près de mille cinq cents ans par les premiers occupants de l'île, les Arawaks,  venus d’Amérique du Sud. Elle représente une femme en train d’accoucher en position assise comme c’était la tradition chez cette peuplade.

Les Arawaks, peuple pacifique,  furent décimés  entre le VIIème et les IXème siècle, à l’exception des femmes, par  les Caraïbes (ou Kalinas dont le nom signifie «guerrier») venus du Vénézuela  et qui ont donné le nom de Karukera (l’île aux belles eaux) à cette île.

Une fois installés à Karukera les Caraïbes ont colonisé toutes les Petites Antilles vers 1350. Malgré leurs aptitudes guerrières, ils seront à leur tour décimés dans les vingt premières années de la colonisation française de la Guadeloupe, qui débutera en 1635. Ainsi l'histoire humaine n’est-elle qu’une longue litanie de massacres et aucun peuple ne peut se prévaloir d’être supérieur  ou plus « civilisé » qu’un autre.

 

 acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Ce vestige d’un moulin d’une ancienne « habitation sucrière » qui servait à broyer la canne  témoigne que cette zone a été autrefois défrichée et exploitée. Mais les hommes ayant déserté les lieux  depuis plus d’un siècle, la nature a reconquis son territoire.

 

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Mais reprenons notre progression dans cette jungle mésophile ou l’entrelacs de lianes nous fait croire qu’elle est peuplée de marsupilamis.

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Au cœur de cette jungle luxuriante mon ami Gibus, toujours à la recherche de sensations fortes ne peut résister à l’appel des lianes (petit clin d'oeil épistolaire aux Elianes qui me lisent !).  Je ne serais pas surpris qu’un producteur d’Hollywood en voyant ce reportage ait l’idée de lui confier le rôle de l’inoubliable  Johnny Weissmuller pour faire un »remake» de « Tarzan l’homme singe » !

 

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Marie  voyant son « homme » ainsi voltiger d’arbre en arbre se sent alors une âme de Jane et veut suivre le même chemin. Mais une liane ne résiste pas à sa fougue (oui, oui, c’est bien sa fougue qui est en cause !)

 

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Nous arrivons en vue de la « Grande Pointe » dite aussi « Pointe à la Taste » où est installée une ancienne batterie qui gardait le canal des Saintes, groupe d’îles que l’on aperçoit à l’horizon. Il faut dire que l’histoire de Karukera a été mouvementée. Délaissée par les espagnols qui possédaient  les Grandes Antilles (Cuba, Saint-Domingue, Porto Rico, Bahamas, Jamaïque) ainsi qu’une partie de l’Amérique centrale et du Sud, elle fut envahie tour à tour par les français puis les anglais jusqu’en 1763 où ces derniers y renoncèrent définitivement et reçurent de notre pays le Canada en guise de compensation. Comme on le voit, nos hommes politiques ont toujours été très avisés !

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Aujourd’hui seule la mer part à l’assaut de la cote où elle fait naître de magnifiques gerbes d’écume nées des vagues qui se déchiquètent sur les coulées de lave acérées.

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Le sentier côtier s’arrête à l’Anse  Grande Ravine où le littoral ne se prête plus à la marche à pied.

acomat,karukera,guadeloupe,cocotier

Il faudrait être une frégate pour continuer d'explorer la côte ! Cet étonnant oiseau marin, dont le plumage perméable ne lui permet pas de flotter ni de plonger dans l’eau, se nourrit en attrapant les poissons traqués par les thons ou les dauphins au moment où ils  sortent hors de l’eau. Nous faisons donc demi-tour, mais qui se plaindrait de revoir les paysages que nous venons de parcourir !

 

******** 

Je vous invite à aller écouter les chansons que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

Texte & Photos (sauf 4ème) Ulysse

19/09/2015

A la découverte de Karukera 7 - Chutes du Carbet et plage de Roseau

Reprise d'archivekarukera,carbet,pélican,cocotier

Quand j’étais adolescent j’ai rêvé, vibré, frissonné en dévorant les récits d’exploration en Afrique de David Livingstone, Henri Stanley ou de Savorgnan de Brazza. Fasciné par leurs aventures, je dessinais des cartes géographiques où j’inventais de nouveaux continents dont je nommais les rivières, les monts, les déserts, et les forêts.

En pénétrant dans les forêts de Karukera j’ai retrouvé ces émotions de mon adolescence. La luxuriance, la densité, la diversité des espèces végétales que l’on y trouve – elles comportent plus de 350 espèces d’arbres – suscitent l’émerveillement et créent une sensation de mystère. On y  ressent, palpable dans l’air, l’élan vital qui dresse ces lianes, ces fougères, ces frondaisons dans une course folle vers la lumière. La vie et la mort en ces lieux sont indissolublement liées, les plantes à terre nourrissant celles qui s’élèvent dans un ballet euphorisant. Immergés dans cet univers, nous comprenons que nous sommes des points de conscience qui clignotent de vie en vie sur la trame de l’éternité.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

S’il n’y a pas de cités oubliées à y découvrir, ces forêts sont riches en chutes magnifiques, dont celles du Carbet que nous allons aujourd’hui explorer. Trois chutes, en effet, ponctuent le cours de ce torrent qui prend sa source à 1300mètres d’altitude en plein cœur du massif de la Soufrière et se jette dans la mer en aval de Capesterre, petite ville située au sud de la Côte au Vent de Basse-Terre.

 Seules la deuxième chute, située à 700 mètres d’altitude et  haute de 110 mètres  que l’on aperçoit ici, et la première, qui fait un saut de 125 mètres à 1000 mètres d’altitude, sont accessibles. Le sentier qui mène à la troisième chute, située très en aval a été emporté par un glissement de terrain.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Si l’accès à la deuxième chute est relativement aisé, le chemin qui mène à la première demande quelques d’efforts.  Il faut, en effet, grimper 300 mètres de dénivelé, le sentier étant toutefois  bien aménagé (un peu trop à mon goût)  sauf dans sa partie terminale un peu plus sportive. Vous êtes prêts ? Alors on y va !

Cette zone de la forêt est particulièrement riche en balisiers dont les fleurs ornent la forêt de guirlandes de flammes. Inutile d’appeler les pompiers car nous sommes ici sur le flanc nord de la Soufrière où les nuages larguent quotidiennement d’épisodiques ondées qui ourlent les fleurs de perles d’eau cristallines.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

 La nature ici est pleine de fantaisie et orne de dentelles végétales  les troncs d’arbres vénérables qui ne semblent pas en prendre ombrage ! Ces vieux "durs" auraient-ils des cœurs de midinettes ?

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Au fur et à mesure que nous grimpons le bruit de la chute se fait de plus ne plus présent.  Elle apparaît soudain dans un déchirure du brouillard qui recouvrait jusqu’alors la forêt.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Du fait du brouillard on a l’impression que c’est le ciel laiteux qui se déverse par l’échancrure qui entaille la paroi du cirque de plus de 120 mètres de haut.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

On escalade alors le chaos rocheux qui s’est formé au pied de la cascade, rendu glissant par les embruns emportés par le vent.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Nous éprouvons alors un bonheur intense d’être ainsi seuls au milieu d’une nature vierge et sauvage, le front caressé par le vent chargé d’embruns. Oui, vraiment le bonheur est dans "l’ être" et non dans "l’avoir" et dérisoires nous paraissent alors les plaisirs que nous procurent les biens matériels, à l’exception – soyons honnêtes – de ceux que nous distille la possession d’une bouteille de Karukera, de Damoiseau ou de Bologne accompagnée, cela va de soi, d'un doigt de jus de cane et  d'un citron vert !

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

 Soudain nous entendons une voix caverneuse qui nous interpelle en nous disant «Alors les p’tits gars, ça vous plait le coin ? » Nous levons la tête et apercevons la tête d’un géant hirsute qui sort du flanc de la falaise. « Je suis le gardien des chutes » nous dit-il  « je veille à ce que les gens qui viennent ici, ne se baignent que s’ils sont à jeun,  car il y a des remous et il faut avoir bon pied !  Etes vous à jeun ? Mettez vous sur un pied et tirez la langue que je le vérifie ! » Interloqués, nous nous exécutons et parvenons à maintenir tant bien que mal notre équilibre . « Bon, c’est limite, votre langue est un peu chargée et vous le chauve, vous branlotez,  mais vous pouvez y aller,  l’un après l’autre c’est plus sûr ! » nous dit-il.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Sous le regard du gardien nous nous baignons donc l’un après l’autre, lui étant reconnaissant pour sa mansuétude, car à vrai dire la veille au soir nous n’avons pas été très raisonnables. Mais vient-on à Karukera pour être raisonnables ?

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Revigorés, nous prenons le chemin du retour éclaboussés par des étincelles que le soleil, enfin revenu, projette entre les mailles de la trame végétale que forment les fougères arborescentes.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Nous allons nous remettre de nos efforts sur la plage de Roseau bordée de cocotiers, immenses échassiers unijambistes, qui tendent leur houppe au dessus des flots au bout d’un long cou gracile.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Il faut se méfier de cet arbre qui fait rêver les voyageurs du monde entier. Gare, en effet, à celui qui voudrait jouir de son ombre pour y faire une sieste, car il a la fâcheuse habitude de laisser tomber de temps à autre une noix de coco capable de vous envoyer « ad patres ». C’est ainsi que les noix de coco tuent, paraît-il, chaque année plus de gens que les requins !

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Mais on ne leur en tient pas rigueur tant ils ont de charme ! Sans leur présence on pourrait croire que l’on se baigne à Palavas–les-Flots ou à Saint Jean de Mont et qui a envie de passer ses vacances dans ce genre de stations?

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Avec eux le plus mauvais photographe devient un artiste et c’est pourquoi j’ai tendance à en abuser !

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Outre les cocotiers, les plages de Karukera ont un autre sujet d’intérêt : les pélicans!

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Ils passent leur temps a effectuer des démonstrations de plongée pour le plus grand bonheur des touristes, à croire qu’ils touchent une prime (en poissons) des syndicats d’initiative locaux.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

On peut dire qu’ils ne ménagent pas leur peine faisant même parfois des duos presque parfaitement synchronisés.

 

karukera,carbet,pélican,cocotier

Subjugués par cet étonnant spectacle, nous n’avons pas vu le temps passer.  Mais le soleil s’apprête à tirer sa révérence et il est donc temps de rentrer pour le Ti Punch Time !

 

******* 

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder)

 

Texte @ Photos Ulysse (sauf  quatre de Buffler) 

  

11/09/2015

A la découverte de karukera 6 - Goyave : la mangrove et l’îlet Fortune

 (Reprise d'archive)

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous voilà au début de notre deuxième semaine de séjour et nous nous rendons dans la région de Goyave où se trouve notre seconde rhumerie, heu ! excusez ce lapsus calami, je voulais dire notre second  gîte.  Cette ville située sur la côte au vent de Basse-Terre – exposée donc aux alizés -  tient son nom de la rivière éponyme toute proche, nommée ainsi en raison des  goyaviers qui la bordent. La goyave est un fruit délicieux dont le jus se marrie merveilleusement avec le rhum, mais  à vrai dire qu’est ce qui ne s’accorde pas avec le rhum à part la pomme de terre et les topinambours ! Longtemps basée sur la canne à sucre, l’économie de cette région repose aujourd’hui essentiellement sur les bananeraies – dont nous voyons ici une magnifique exploitation - et l’aquaculture.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous nous rendons sur le port où nous rencontrons Jean Marc qui tient un restaurant : le Koté T’Chalis situé près du débarcadère où il sert une cuisine exotique inventive et raffinée (nous l’avons personnellement testé) servie sur une idyllique terrasse ouverte sur la mer. Il emmène à l’occasion les touristes visiter la mangrove qui borde la côte et l’ïlet Fortune, lieu sauvage et inhabité situé à environ 2 kilomètres au large. Jean-marc étant pour l’heure disponible, nous lui demandons de nous y emmener.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous voilà donc partis en direction de la mangrove, fouillis végétal impénétrable constitué de végétaux halophiles  qui  se développent  dans la zone de balancement des marées  des côtes basses ainsi qu’à l'embouchure de certains fleuves dans les régions tropicales.

 

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

La mangrove fait partie des écosystèmes les plus productifs (bois et ressources halieutiques) de notre planète. Elle héberge de nombreux oiseaux et animaux et  assure également une excellente protection contre l’érosion et les tsunamis. Sa destruction actuelle provoquée par les activités humaines, et notamment l’aquaculture de crevettes, met en péril la préservation des côtes et de la biodiversité. Ainsi en mangeant des crevettes « exotiques » nous contribuons probablement à leur destruction. Se renseigner donc sur l’origine avant d’en consommer !

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

 Dans les endroits de la mangrove où l’eau circule on trouve quasi exclusivement des palétuviers rouges qui s'ancrent dans la vase grâce à leurs imposantes racines-échasses disposées en arceaux.

 


karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dameLe palétuvier rouge a un mode de reproduction très particulier. En effet, la graine germe sur la plante  et forme une plantule que l’on nomme propagule, qui peut produire sa propre nourriture par l'intermédiaire de la photosynthèse . 
Quand le propagule est mûr, il chute dans l'eau où il peut être transporté sur grandes distances. Il peut survivre à la sécheresse et rester dormant durant des semaines, des mois, ou même une année jusqu'à ce qu'il arrive dans un environnement approprié où il s’enracine.

 

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Au fur et à mesure que l’on s’enfonce au cœur de la mangrove et que le niveau d’eau diminue on rencontre des peuplements de palétuviers gris.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Leurs racines noueuses qui s’ancrent dans la vase ont l’apparence d’un entrelacs de serpents, spectacle quelque peu impressionnant.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous voguons dans un univers où  s’exposent toutes les nuances de vert : vert amande, anis, avocat, céladon, émeraude, jade, olive, opaline, pistache, pomme, tilleul et même vert perroquet (bien qu’il n’y en ait pas dans les mangroves) sans oublier bien sûr le vert citron vert (par contre il y en a un dans notre sac à dos qui trempe dans une bouteille de rhum ! )

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Il y a une continuité parfaite entre le monde aquatique et le monde végétal et nous ne savons plus si nous voguons sur l’eau ou sur la cime des arbres.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

A certains endroits les arbres nous paraissent même pousser vers le fond de l’eau.

 

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous quittons la mangrove pour nous diriger vers l’épave de l’Ismini, navire britannique qui s’est échoué au large de Goyave en 1944, sans doute endommagé par un sous-marin allemand.  Au dessus du trait de côte nous apercevons le massif de la Soufrière qui émerge de sa coiffe de nuages pour la seule fois de notre séjour.  La « vieille dame », comme l’appellent affectueusement les guadeloupéens, ne perd rien pour attendre, nous y retournerons lors de notre prochain séjour pour imprimer la semelle de nos souliers sur sa peau ratatinée !

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous arrivons près de l’épave échouée sur le récif de corail,  appelé ici  « caye » qui protège les rivages de  Karukera de la houle. C’est un lieu très poissonneux apprécié des plongeurs.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Nous voilà maintenant en vue de l’ïlet Fortune, nommé peut être ainsi parce qu’y est enfoui le trésor d’un pirate (hypothèse toute personnelle !) Vu d’ici il ressemble à un confetti de paradis tombé sur la terre et nous sommes impatients d’y débarquer.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Par chance aujourd’hui nous sommes seuls - mieux vaut éviter les W.E. car l’îlet est très prisé des locaux -  et nous convenons avec Jean-Marc qu’il viendra nous rechercher en fin d’après-midi. L’îlet est entouré de hauts-fonds qui permettent de se prélasser dans l’eau en dégustant un (enfin plutôt DU) Ti’Punch ! (ce n'est pas nous qui conduisons le bateau au retour).

 

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

 

Bon pour être honnête dans notre petite équipe il y a un clan « eau minérale » représenté par nos chères et tendres (encore qu’un Punch coco de temps en temps ne les rebute pas !) et un clan « Ti Punch » (Gibus et moi) qui cohabitent en bonne entente (nous – égoïstement – on ne pousse pas à la consommation !). Certes dans l’affaire on perd peut être quelques années d’espérance de vie mais des jours avec Ti’Punch sur un îlot désert  de Karukera ça compte  pour dix !

 

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Le seul témoin de nos agapes est un magnifique anoli, peu farouche et surtout très curieux, ce qui aurait pu nous faire croire que c’était UNE anoli, mais les femelles de l’espèce sont grises !

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Le terrain parfaitement plat de l’îlet provoque au bout de quelques heures une certaine frustration  des gènes de mouflon de mon ami Gibus qui se met alors à escalader un cocotier. Il nous cueille alors une noix, providence de la nature,  qui sauva Robinson Crusoé de la soif.

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

La noix de coco encore jeune est, en effet,  remplie d’un liquide opalescent et légèrement sucré qu’on appelle « eau de coco », le terme « lait de coco » s’appliquant au  liquide blanchâtre extrait de l'amande qui tapisse les parois intérieur de la noix. L’eau de coco est très bénéfique et est recherchée des sportifs antillais car elle est très riche en sels minéraux "électrolytes" qui permettent une récupération musculaire rapide (On en apprend des choses en tenant un blog !)

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

Mais le soleil décline et nous apercevons le bateau de Jean-marc qui vient nous récupérer. C’est à regret que nous quittons cette miette de paradis, sans doute plus idyllique que celui que l’on nous promet « là haut » car, à ce que je sache, aucune « rhumerie » n’exporte son breuvage au delà des nuages….

 

karukera,mangrove,ilet fortune,vieille dame

 

La nuit tombe et la « vieille dame » a retrouvé sa  coiffe de nuages où le soleil couchant allume un incendie, mais peut être bien que c’est elle qui fulmine parce que j’ai dit tout à l’heure que sa peau était ratatinée !

 ******

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

 (cliquez sur le mot Deezer pour y accéder)

ou sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

(cliquez sur le nom) 

Texte & photos Ulysse 

06/09/2015

A la découverte de Karukera 5 – Saut de Matouba, chute du Galion et Grande Anse sur Morne

REPRISE D'ARCHIVE

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Après quelques jours de « baguenaudage » balnéaire et botanique, Gibus et moi commençons à nous sentir des fourmis dans les jambes. Nous décidons donc d’aller  randonner vers la chute du Galion située à 1000 mètres d'altitude sur les contreforts du massif de la Soufrière qui domine la ville de St Claude.  Située à 600 mètres d’altitude, cette ville jouit d’une certaine fraîcheur, ce qui en fait  un lieu de résidence très prisé.

 

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Mais pour nous mettre en jambe, nous allons d’abord jeter un œil au Saut de Matouba situé aux environs immédiats de St. Claude. Après avoir traversé de vastes bananeraies il faut, pour en trouver le chemin, se laisser guider à l’oreille par le bruit de la chute que l’on découvre au fond d’un profond ravin sauvage et encaissé où règne une atmosphère envoûtante.

Il est déconseillé de se baigner au pied de la chute du fait de l’existence de tourbillons qui entraîneraient, dit-on, les baigneurs au fond. Réalité ou légende, on ne sait !  Désireux de ne pas interrompre inopinément notre séjour à Karukera nous nous contentons donc, pour une fois, de contempler ses flots fougueux et limpides. Les années passant deviendrions nous raisonnables ? Est ce bon ou mauvais signe ?

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Puis nous nous rendons au lieu dit  des « Bains Jaunes » point de départ du sentier de randonnée dans la jungle hygrophile qui mène à la chute du Galion. Pour y accéder, il nous faut, en chemin traverser quelques « ravines », exercice dans lequel Gibus excelle au contraire de votre serviteur qui s’y mouille souvent les pieds (et les chaussures avec, bien évidemment !)

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Le sentier est bordé d’impressionnants Acomat Boucan qui font mentir le dicton qui veut que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ! Je puis vous assurer que ceux là y vont et je me demande d’ailleurs si ce n’est pas là un bon moyen de passer – le moment venu  – en catimini au Paradis ! Bon, ça ne doit pas être facile parce que "le Grand Manitou" paraît-il  voit tout ! Faudra profiter d’un moment où « IL » aura un instant de distraction. Par exemple quand une jolie fille arrivera au « divin portillon». Mais les jolies filles  ont-elles accès au Paradis vu les dégâts humains qu’elles font ?

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chuteAprès environ quarante-cinq minutes de marche nous parvenons au pied d’un éperon rocheux qu’il faut gravir pour atteindre la chute. Je vous laisse, à cette occasion,  comparer ma  technique d’ascension…..

 karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

 ..à celle de Gibus !  Bon, l’essentiel est d’y arriver n’est ce pas !

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

La découverte de la chute du Galion nous récompense de nos efforts. Quant à savoir pourquoi elle se nomme ainsi, les guides touristiques n’en disent rien !

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

J’ose toutefois émettre une hypothèse. Il est possible que le premier homme blanc qui l’a découverte et qui avait probablement abusé du nectar local (on ne le blâmera pas, car il est difficile d’y résister) ait  cru voir la voile blanche d’un galion au milieu de la forêt. D’ailleurs personnellement je trouve que l’on pourrait s’y méprendre, non ? 

 

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Le bassin de réception ne présentant aucun danger particulier, nous nous sommes cette fois offert le luxe d’une douche de 40 mètres de haut, ce qui, je puis vous l’assurer fouette le sang et vous gonfle d’énergie. Nos rugissements ont dû faire croire aux randonneurs qui parcourent le massif de la Soufrière en amont de la chute que des lions vivaient dans les forêts de Karukera. A l'intention de ceux (celles) qui s'étonneraient du cadrage particulier de la photo, je précise que l'on met rarement un mailllot de bain dans un sac de randonnée. 

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Nous prenons le chemin du retour, véritable tunnel de verdure où prospèrent les fougères arborescentes qui affectionnent les lieux humides et relativement frais (environ 25°).

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

La trame végétale qui nous environne est illuminée ici et là par les « flammes » des fleurs de balisiers .

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Revenus à notre point de départ nous nous glissons avec volupté dans les eaux chaudes (environ 30°) et sulfureuses des « Bains Jaunes », alimentées par des sources jaillissant des flancs brûlants du volcan de la Soufrière.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Nous finissons la journée sur la plage de la Grande Anse sur Morne qui dépend de la commune de Trois-Rivières située au sud de Basse-Terre. Son sable noir provient de l'érosion des coulées de lave  basaltiquede la Soufrière.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

De cette magnifique plage ourlée de cocotiers on découvre l’archipel des Saintes et, par temps clair La Dominique ainsi que la Martinique.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Et en se retournant on aperçoit le massif de la Soufrière dont le sommet est quasi-perpétuellement noyé dans les nuages ce qui en rend l’exploration aléatoire. Nous n’avons d’ailleurs pas pu, à notre grand regret,  en faire l’ascension pendant notre séjour. mais nous reviendrons !

Ce massif volcanique de formation récente  - il a de 100.000 à 200.000 ans – est à l’état de repos éruptif (présence de fumeroles, vapeurs sulfureuses et sources d’eau chaude). Il est composé, outre la Soufrière qui en est le sommet (1467m), de plusieurs autres  volcans aux noms pittoresques: Carmichaël, le Nez Cassé, l’Échelle, la Citerne et la Madeleine.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

La mer sur cette plage est plus tumultueuse que sur la Grande Anse de Deshaies (sa sœur « blonde » du nord) du fait de la présence d’incessantes déferlantes qui donnent du piment à la baignade sans présenter de réels dangers, sauf peut être celui de vous retrouver sans maillot de bain !

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

On y aperçoit aussi parfois quelques étranges mais inoffensives créatures qui viennent prendre le soleil sur la plage.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Cet  pêcheur, qui recourt au lancer d’épervier (petit filet circulaire), technique artisanale et aléatoire, nous réconcilie avec ce noble métier.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Ainsi, tous les pêcheurs ne sont pas comme les flottilles de thoniers-senneurs d’impitoyables prédateurs qui avec leurs sonars (voire leurs avions de repérage) et leurs chaluts ne laissent aucune chance aux poissons et dévastent le fond des mers. C’est sur cette note optimiste que je vous abandonne provisoirement, car  la « Doudou" qui vend des sorbets coco vient d’arriver.

A suivre…..

******

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

 (cliquez sur le mot Deezer pour y accéder)

(Vous pouvez aussi les écouter sur I Tunes /Old Nut)

Texte et Photos Ulysse (sauf deux G. Buffler)