suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/12/2014

Paris comme vous ne l’avez jamais vu (4ème partie)

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Après nos déambulations diurnes dans Paris, je vous invite à aller vérifier si la nuit notre capitale est bien, comme on le dit,  la ville Lumière ! Savez vous au demeurant que cette réputation est fort ancienne et remonte avant l’arrivée de la fée Electricité.  On la doit, en effet, à Gilbert Nicolas de la Reynie (1625-1709) lieutenant général de police de Paris de Louis XIV qui, en mars 1667, pour enrayer l’explosion de la criminalité dans les rues, a ordonné d'y placer des lanternes et des flambeaux pour dissuader les rôdeurs et les criminels. C’était la première initiative de ce genre dans le monde ! Aujourd’hui l’éclairage est en partie dispensé bénévolement par les automobilistes qui osent encore s’aventurer dans notre capitale au détriment de leur sérénité !

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

A Paris la nuit il y a des endroits où il faut être vu, surtout si on a un problème d’égo et un besoin éperdu de reconnaissance. Depuis Freud on sait que la recherche de signes extérieurs de richesse résulte d’un tempérament infantile et d’un besoin de réconfort et de consolidation de son propre statut. Mais on sait aussi ce qu'il advint de Fouquet !

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Paris est, à cet égard,  sans conteste la capitale du luxe d’où le défilé incessant dans ses palaces de touristes venus des cinq continents pour faire leur plein de doudous et colifichets en tous genre, leur critère de goût reposant généralement sur l’existence d’une étiquette de prix à cinq chiffres.

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Si le général Lafayette a aidé les américains à gagner leur liberté et ainsi à ne plus être obligés de manger l’infâme  poulet à la menthe des "british", son  nom s’affiche sur l’un des temples parisiens de la consommation, lieu d’aliénation par essence où des cars entiers de touristes viennent acheter leur panoplie de nouveaux riches.

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Le nom du magasin rival envoie à nos esprits le message subliminal que l’acte d’achat fera de nous un homme ou une femme nouvelle, nous régénèrera en quelque sorte, que le port d’une nouvelle robe ou d’un nouveau costume, d’un nouveau sac ou d’un nouveau parfum nous rendra plus beau plus désirable.  Mais il n’y a que dans la chanson de Brel « qu’au printemps pour l’ombre d’un regard toutes les filles nous donneront un baiser ! »

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Il faut dire que les grands magasins ne lésinent pas sur le « décorum » pour nous détendre et nous « désinhiber » et nous amener à faire chauffer notre carte bancaire  !

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Tout est mis en œuvre pour que nous cédions aux sirènes de la tentation !

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

On n’hésite pas à nous prendre par les sentiments, à susciter en nous le bon vieux réflexe de Pavlov, sachant que la chair est faible, et que nous, pauvres pécheurs,  cédons plus souvent que nous ne  le souhaiterions à la tentation ! Ah ! le chocolat noir ! Ah le Ti’Punch ! (à chacun ses faiblesses !)

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Le but est de nous installer dans un bulle où l’on perd tout contact avec la réalité et où l’on tombe sous l’emprise de ses désirs….

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Mais généralement tout cela finit comme l’éternelle histoire de la cigale qui s’entend dire par la fourmi  « vous chantiez j’en suis fort aise et bien dansez maintenant ! »

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Mais quittons ces lieux de perdition, pour jeter un œil à l’arc de Triomphe, que l’on aurait dû nommer l’arc du désastre, puisque son érection a été décidé par Napoléon 1er dont le règne s’est conclu par la cuisante défaite de Waterloo.

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Bien que je ne sois pas un adepte de cet exemple d’architecture célébrant des faits guerriers, c'est un point de passage obligé de la capitale et je vous en offre deux pour le prix d’un, mais on n’y reviendra pas ! En revanche vous n'aurez pas droit à une vue des Champs Elysées qui ressemblent à une rue quelconque d'une ville américaine  depuis que MC Donald s'y est installé !

 

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Nous voici maintenant au pied de l’obélisque de Louxor qui orne la place de la Concorde et qui a donné lieu à l’un des plus fameux marchés de dupe de l’histoire.  Il nous fut, en effet, offert en 1830 par le Vice Roi d’Egypte Méhémet Ali qui reçut, en échange de Louis Philippe 1er, une horloge en cuivre qui ne fonctionna jamais. De là vient sans doute la mauvaise réputation à l’étranger des produits industriels français.

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Juste à coté, se dresse une grande roue qui permet de jouir d’une vue panoramique sur Paris. Ce manèges est un beau symbole de nos existences au cours desquelles nous nous élevons progressivement pour un jour atteindre notre apogée puis doucement décliner pour retourner d’où l’on vient : le néant ou ici la nuit noire parisienne !

 

paris,obélisque,lafayette,grande roue,napoléon,sarkozy

Et puis pour me faire pardonner mon discours ronchonnant et moralisateur  je termine par une note de fantaisie ! Tournez manège ! Surtout ne vous détachez pas avant l’arrêt complet de la grande roue !

 

A suivre avec une finale décoiffante sur Miss Tour Eiffel (réservez vos places!!!)

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma dernière chanson "La fille de la montagne" et les autres aussi, si affinité!!

Cliquez :

 

ICI

 

Texte & Photos  Ulysse 

14/12/2014

Paris comme vous ne l’avez jamais vu (3ème partie)

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

J’ai prévu de vous emmener aujourd’hui hors des sentiers battus et rebattus par les touristes. Mais auparavant, je vous invite à prendre un petit café dans l’un des milliers de bistrots ou brasseries qui sont l’un des grands charmes de Paris. Quand j’étais parisien, j’adorais aller user mes coudes sur leurs comptoirs, bien que depuis longtemps on n’y entendait plus le bruit de l’œuf dur que l’on y casse, célébré par Prévert dans son émouvant poème « La grasse matinée ».

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Vu les traditionnels embouteillages qui encombrent les artères parisiennes, je préfère, pour accomplir notre périple,  laisser au garage ma voiture, que j’ai gagnée à une partie de poker avec un fabricant de cigares à la Havane (on a le droit de s’inventer une existence aventureuse !). Je  vous invite donc à descendre dans les entrailles de la capitale pour y prendre le métro d’autant que je vous mène aux antipodes (surprise ! surprise !)

 

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

En empruntant cette station de métro, on s’imagine que l’on va rejoindre le monde d’Alice au pays des merveilles.  Mais c’est plutôt dans la cour des miracles que l’on débouche et l’on comprend mieux en déambulant dans les couloirs de ce monde interlope pourquoi les parisiens ont un air si maussade .

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Je vous avais promis que nous irions voir les antipodes et bien nous y voici. Vous allez me dire que je ne tiens pas tout à fait mes promesses vu que vous ne voyez qu’un antipode, mais regardez mieux la photo et vous constaterez qu’en comptant le reflet, vous les avez les antipodes ! Bon, pour dire le vrai, ces antipodes là sont mouillés dans le bassin de la Villette, le plus grand plan d’eau parisien créé au début du XIXème siècle pour constituer une réserve d’eau potable pour les parisiens et permettre la navigation sur les canaux de Saint Denis et de Saint Martin.

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

C’est un lieu idéal pour permettre aux pompiers de Paris de s’entrainer à manier et opérer à partir de la grande échelle. Cela dit c’est plutôt amusant de voir des pompiers arroser un plan d’eau !!

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

J’ai pris un malin plaisir à dédoubler  cette photo. J’avoue que j’ai invoqué Amon afin qu’il me gratifie d’un arc en ciel, mais il n’a pas daigné satisfaire ma prière. Sans doute eut-il fallut que je lui offrisse une offrande, qu’hélas je n’avais point!

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

J’ai fait une nouvelle tentative en changeant de perspective mais nul arc en ciel n’est venu enchanter les cieux.

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Cette dernière photo de la série pourrait s’intituler « l’arroseur arrosé « !!

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Quittons le bassin de la Villette pour arpenter les rues de la capitale où déambule une foule cosmopolite. Sur certains boulevards on a parfois du mal à se frayer un passage mais  mieux vaut éviter de bousculer un parisien car certains ne sont pas, c’est le moins que l’on puisse dire, très fraternels .

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

On peut même faire dans certains quartiers de désagréables rencontres et mieux vaut ne pas arborer le dernier « aille faune » ou porter une « raulaixe ».

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Mais ne vous fiez pas qu’aux apparences, certains, qui ont des mines patibulaires, sont de braves et honnêtes gens alors que des gens élégants et amènes  et qui ont pignon sur rue sont de fieffés coquins  que la justice a bien du mal  à prendre la main dans le sac.

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Cela dit Paris reste la ville des romantiques et l’on y croise de nombreux couples qui viennent y passer leur lune de miel.

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

Paris, comme toutes les villes, n’échappe pas à la mode des tags. Si la plupart sont d’infâmes gribouillis aussi intéressants que des chiures de mouches, purs reflets des cerveaux qui les ont produits…

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

… d’autres manifestent un certain sens de l’humour !

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

…ou une réelle créativité

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

…voire un vrai talent ! 

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

 D'ailleurs on ne parle plus pour ces "oeuvres " de tags mais de "street art"...

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

 

 

paris,tag,la villette,antipode,cuba

A suivre......

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma dernière chanson "La fille de la montagne" et les autres aussi, si affinité !!

Cliquez :

 

ICI

 

Texte & Photos Ulysse 

 

 

 

 

 

22/09/2014

Périple en Suisse : la mine de sel de Bex

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

 Le temps maussade ne nous permettant pas d’aller baguenauder sur les cimes, nous optons pour une balade dans les entrailles de la terre,  espérant retrouver les émois de notre adolescence quand nous suivions les pas des héros de Jules Vernes, Axel et Oto Lidenbrock.

  

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Nous allons, de fait, explorer les mines de sel de Bex, toujours en activité, en empruntant un train qui va nous mener plusieurs kilomètres sous terre.

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Ces mines sont exploitées depuis le XVIème siècle et plusieurs dizaines de kilomètres de galeries ont été creusées depuis cette époque. Le sel a longtemps été une denrée précieuse car elle permettait, à une époque où les frigos n’existaient pas, de conserver la nourriture. Aujourd’hui ce condiment est essentiellement utilisé par l’industrie et pour éviter au bipèdes imprudents de se retrouver l’hiver les quatre fers ou les quatre pneus en l’air !

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Pendant longtemps les conditions d’exploitation on été extrêmement difficiles, les mineurs ne disposants que de pioches ou de barramines pour creuser les galeries…

 

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

..et de  simples lampes à alcool pour s’éclairer..

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

De même les blocs contenant du sel étaient transportés dans des charriots, des brouettes ou des hottes en bois .  

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Les explosions de grisou ou de méthane n’étaient pas rares, le seul moyen dont on disposait pour détecter ces gaz était de mettre des oiseaux en cage dont l’évanouissement prévenait, mais hélas souvent trop tard, de leur présence.

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Aujourd’hui les mineurs disposent de marteaux piqueurs  pneumatiques, d’excavateurs et de détecteurs de gaz.

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Notre guide organise pour pimenter l’ambiance une démonstration sur le caractère inflammable du méthane. Fumeurs s’abstenir !

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Le dédale de galeries qui a été creusé au fil des siècles est impressionnant.

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

De fait, le sous sol de Bex est un vrai gruyère français ….le gruyère Suisse, contrairement à ce certains peuvent penser, n’ayant pas de trous.  Au demeurant il  n’ y a qu’en France, pays champion du monde pour les taxes en tous genres,  ou l’on vous fait payer les trous au prix du fromage !!!

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Autrefois le minerai de sel était accumulé dans de vastes salles creusées dans le sous sol pour être inondé grâce à de l’eau acheminée par des conduites en bois creusées à la main dans des troncs d’arbre.

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Parfois l’eau était captée à plusieurs kilomètres de là et nécessitait des milliers d’arbres, ce qui a conduit à la déforestation de certaines régions.

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Une fois que la salle était inondée, l’eau était pompée et un processus d’évaporation dans de vastes bacs permettait de récupérer le sel. Aujourd’hui la récupération du sel est effectuée de façon industrielle.

 

 

 

bey,mine de sel,grisou,méthane

Bref, vous avez compris que cette visite inattendue dans un pays réputé pour ses alpages et ses montagnes ne manque pas de sel ! Je vous invite vivement à vous y rendre si  un jour vous passez dans les parages !

 

Pour tout savoir sur l’organisation de la visite c’est ICI

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma nouvelle chanson "Gaïa Blues" (nouvelle version pour ceux qui la connaissent déjà)

Cliquez :

 

ICI

 

Texte & Photos Ulysse

 

 

15/09/2014

Périple suisse : L’ascension de la Tour d’AÏ (2400mètres)

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

 Un ciel bleu méditerranéen s’étant installé au dessus de la Suisse qui a connu un été pourri - ce qui nous console un peu nous français, car ce serait quand même injuste que nos chers voisins aient à la fois la prospérité économique et du beau temps  - nous décidons, emmenés par notre guide local Rémi, de faire l’ascension de la Tour d’Aï (on prononce a-i) un sommet somme tout modeste (2400m) mais pas si facile que ça d’accès.

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

C’est que les pentes sont raides dans ce pays, une pente à 10 % étant considérée ici comme un faux plat !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Les vaches suisses sont parmi les plus sportives du monde et je suis persuadé que si on organisait un jour un marathon des vaches elles trusteraient les premières places. Ce n’est pas étonnant que ces animaux,  pourtant ventripotents, ornent les plaquettes de chocolat suisse ! Un coup de barre, une barre de chocolat Milka Suchard et ça repart ! Je vous assure que je ne perçois rien pour faire de la pub et je vous affirme, les yeux dans les yeux, que je n’ai pas de compte en suisse,  c’est incompatible avec mes principes (et aussi avec mes moyens !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Après une bonne heure et demi de marche nous parvenons sur un premier plateau à environ 1900mètres d’altitude. Il est cerné de barres rocheuses qui créent des turbulences atmosphériques entre le fond des vallées, encore dans l’ombre  et où règne un air froid,  et les sommets inondés de soleil. Des masses nuageuses qui s’étaient assoupies dans les vallées s’envolent ainsi brutalement vers les cieux dans un magnifique ballet protéiforme. La seule chose qui me chagrine, comme souvent dans les Alpes, c’est qu’un  téléphérique, construit pour les sports d’hiver, permet d’accéder en ce lieu, ce qui lui enlève une grande partie de son charme. Je n’aime pas en haute montagne voir l’empreinte de notre monde moderne car cela m’empêche de retrouver le lien ancestral qu’avait l’homme avec la nature avant son avènement. Ce n’est pas que je rejette ce monde dans lequel je vis, mais j’aime bien de temps en temps pouvoir m’en éloigner pour ne pas perdre de vue ce qui est essentiel dans nos existences : sens de l’effort, ténacité, méditation, rêverie, empathie avec le monde vivant animal, végétal et minéral.

 

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols 

Cela dit la splendeur du lieu me fait vite oublier cet inconvénient. Une falaise rocheuse se dresse devant nous qu’il va falloir contourner pour accéder à la Tour d’AÏ , qui n’est pas un monument mais  un sommet érodé en forme de tour.

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols 

Certes, on pourrait emprunter comme ces grimpeurs un raccourci mais cela requiert une compétence que je n’ai pas et il en est de même pour  mes compagnons,  bien que Gibus dans sa jeunesse ait pratiqué ce genre d’exercice.

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Nous empruntons donc la via ferrata autrement moins sportive bien qu’elle nécessite une certaine concentration et soit déconseillée à ceux qui ont le vertige. Nous passons tous l’obstacle avec succès, mais la difficulté est moindre à la montée, où l’on voit bien les prises, qu’à la descente où on les cherche du bout des pieds…..Mais chaque chose en son temps !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Au fur et à mesure le panorama s’élargit et nous découvrons le Mont Blanc enneigé derrière le massif des Dents du Midi. Du fait de la perspective, le géant des Alpes (4807m)  semble dominé par les dents qui culminent à 3257m.  Mais il en est souvent ainsi dans nos existences où l’on perd de vue des choses essentielles, préoccupés que nous sommes par des soucis ou des problèmes sans véritable importance.

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénolsNous parvenons enfin en vue du sommet de la Tour qui n’a pas usurpé son nom.

 tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Quelques dizaines de battements de coeur plus tard nous y sommes, jouissant d’une vue imprenable sur une grande partie des Alpes suisses. Grâce à l’altitude, les oeuvres humaines ne sont plus que de minuscules artefacts qui ne gâchent plus le sentiment de plénitude et l’empathie avec l’univers qui nous gagne quand on gravit un sommet.

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

En face de nous se dresse la Tour de Mayen, formation géologique jumelle de la Tour d’Aï, où l’on aperçoit de minuscules silhouettes humaines qui donnent à la fois l’image de notre fragilité mais aussi de notre incommensurable résilience et  énergie. Ah ! si l’humanité employait cette énergie à de nobles causes la terre serait depuis longtemps un paradis. Mais hélas les  exigences et  les bobos de nos ego ont fichu un sacré bazard !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Les véritables maitres des lieux sont les oiseaux  auxquels les courants d’air servent d’échelle céleste. Ils parcourent ces immensités en bougeant à peine leurs ailes. Ca nous fait un peu enrager quand on voit l’énergie que l’on dépense pour arriver jusqu’ici .

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Mais quel bonheur d’admirer leurs évolutions et leur parfaite maitrise des airs. Ce choucas a compris qu’il était photographié et il a pris la pose exprès pour moi, si, si, je vous assure, ne souriez pas… ! Contrairement à ce que l’on pense les oiseaux sont très intelligents et savent se servir de nous pour arriver à leurs fins. D’ailleurs, après avoir lu cet article vous ne direz plus de quelqu’un d’idiot qu’il a une cervelle d’oiseau !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

 

Enfin pour l’heure nous sommes sur un pied d’égalité avec ce choucas quant à la beauté des paysages que nous admirons..

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Il suffit d’étendre les bras à l’horizontale , de faiblement les agiter pour avoir le sentiment de voler

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Mais  il nous faut revenir à la réalité et nous entamons la descente pedibus cum jambis et non en se faisant porter par Eole.

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Nous rechargeons nos batteries mises à mal par l’ascension en s’octroyant un pantagruélique pique-nique. Comme vous pouvez le voir notre amie Vitis Vinifera est de la partie, les polyphénols qu’elle nous apporte contribuant au bon fonctionnement de notre moteur, à savoir notre cœur !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Et puis nous ne sommes pas au bout de nos peines car il nous reste encore un bon dénivelé à descendre et le temps étant au beau fixe nous avons décidé de prendre quelques « rallongis » (formule crée par ma petite fille Louna victime de mes « errements » en randonnée). En se retournant on aperçoit la Tour d’Aï sur laquelle nous avons grimpé. Impressionnant n’est ce pas ! et impressionnés nous sommes nous même d’ailleurs !

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Nous franchissons quelques obstacles mais qui restent modestes par rapport à l’ascension du matin…

  

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Nous croisons un homme oiseau, témoin de l’étonnant génie que nous pouvons manifester, nous qui avons inventé des machines qui nous libèrent de la gravité et nous permettent d’aller sous l’eau ou dans l’espace. Il nous reste à trouver le gène qui nous fait nous conduire souvent comme des idiots et le monde sera sauvé…

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Allez, le vieux bougon que je suis a assez ratiociné. Je vous laisse finir la balade en silence…

 

 

tour d'aï,mont blanc,choucas,polyphénols

Nous arrivons dans la vallée alors que le ciel commence à se nimber d’une lumière vespérale et que les nuages l’envahissent, entraînés par l’air froid qui tombe des cimes. On se réjouit déjà à l’idée de la bière qui nous attend au chalet et de la douche tout aussi fraîche qui s’ensuivra….

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma nouvelle chanson "Gaïa Blues" (nouvelle version pour ceux qui la connaissent déjà)

Cliquez :

 

ICI

 

A suivre..

 

Texte & photos Ulysse (sauf la 7ème "Via ferrata" Marie)

 

07/09/2014

Périple en Suisse : l’installation dans le chalet

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Au cours de l’hiver 2011 j’ai fait une première incursion en Suisse que je vous ai relatée sur ce même blog et que vous pouvez découvrir ou relire ICI si le cœur vous en dit. Je rassure de suite mes lecteurs, que je suppose dignes et honnêtes, que je ne vais pas en ce pays pour y profiter de son avantageux régime fiscal, comme certains de mes concitoyens qui pourtant ne rechignent pas à venir  se pavaner dans les media  français pour soigner leur popularité et en tirer des "thunes". (voir la liste ICI).   Ce coup de griffe  donné (sans aucune utilité certes, mais ça fait du bien !) passons aux choses qui nous passionnent : la nature, la montagne et l’amitié !

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

 De fait, l’amitié était au cœur de cette nouvelle visite dans ce magnifique pays, cet adjectif n’étant pas, sous ma plume, usurpé vu que la Suisse a deux attributs pour moi essentiels : des vignes et des montagnes ! Les mêmes amis, Rémi et Suzanne, qui nous avaient invités sur les berges du lac Léman il y deux ans,  possèdent, en effet un chalet de montagne dans la région d’Aigle, dans lequel ils nous ont conviés à passer quelques jours. A ceux qui cherchent le paradis sur terre je peux leur dire qu’il est ici, comme vous allez le découvrir.

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet 

L’environnement de montagnes au sein duquel ce chalet est niché est un enchantement. Nous sommes au cœur de moyennes montagnes où le végétal règne en maître, couvrant les pentes d’une apaisante toison offrant un magnifique camaïeu de verts (au demeurant, les verres ne manquent pas non plus dans les placards du chalet !). Ici le minéral se fait discret et émerge  des frondaisons sous la  forme de quelques pics érodés. Bien que rustique, le mode de vie au chalet préfigure celui que devra adopter l’humanité si elle veut ne pas faire de la terre un enfer et survivre: l’électricité est fournie par des panneaux solaires et, par conséquent, utilisée parcimonieusement, l’eau vient du ciel et est stockée dans une énorme cuve. On mène ici une vie aux antipodes de celle des «néocons » du Nevada ou de l’Idaho qui ont trafiqué leurs pick-up pour qu’ils polluent un maximum afin de protester contre les mesures prises par Obama pour réduire les émissions des gaz à effet de serre des USA. Il y a vraiment un gros bug dans l'ADN de certains homo-sapiens-sapiens et si nous avons un créateur (ce dont je doute) il ferait bien d'y remédier au plus vite !

  

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

La douche alimentée par les nuages est en plein air ce qui garantit une consommation modérée (voire très modérée pour les plus frileux)  de ce bien précieux  (les citadins l’on oublié)  qu’est l’eau .

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Les voisins ou plutôt les voisines sont plutôt sympathiques, quoique parfois un peu bruyantes, quand elles nous gratifient de concerts nocturnes de clochettes. Le citadin que je suis a ainsi découvert à ses dépends  dans ces merveilleux alpages que les vaches ne dorment pas forcément la nuit ! Tant qu’elles n’ont pas eu leur compte d’herbe,  elles continuent de brouter . Une cloche ça va, mais dix cloches qui tintinnabulent sous votre fenêtre à deux heures du matin, bonjour les dégâts ! Dans ce cas je peux vous dire qu’un bipède rumine autant qu’un herbivore.

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Un martien qui débarquerait de sa soucoupe volante pour entrer dans le chalet de nos hôtes comprendrait tout de suite qu’il est en Suisse (on peut supposer que les extra terrestres savent tout de nous depuis le temps qu'ils nous observent, avec sans doute un certain effarement) en apercevant l’incontournable horloge-coucou qui orne  l’un de ses murs. Fort heureusement nos hôtes lui ont coupé le sifflet, sinon vous imaginez les nuits d’enfer que nous aurions passées entre les clochettes vachardes et le chant de ce volatile.

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Je vous ai dit auparavant que l’environnement immédiat du chalet était apaisant ce qui n’empêche pas que, vers le sud, nous jouissons dans le lointain d’une vue somptueuse sur les Dents du Midi, du moins quand Eole daigne souffler sur la couverture nuageuse qui souvent les masque.

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

En ce lieu idyllique,  Rémi le maitre de céans a eu  la bonne idée et surtout le courage de créer un jardin potager produisant, vu l’altitude, essentiellement des patates, ces dernières constituant l’ingrédient essentiel des recettes montagnardes que nous n’avons pas manquer d’honorer pendant notre séjour.  

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Le potager produit aussi de la salade ce qui permet de rendre plus digestes lesdites recettes mises au point il y a quelques siècles à une époque où les montagnards menaient une existence bien plus rude et "sportive" que la notre. Sur ce plan également l'humanité file un mauvais coton si l'on en croit les études qui montrent  que les enfants d'aujourd'hui sont moins endurants qu'il y a trente ans et la tendance n'est pas près de s'inverser.

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Vous êtes tellement nombreux à suivre fidèlement nos aventures que je me sens obligé de vous montrer nos bobines pour : primo,  vous saluer et trinquer à votre santé avec en l’occurrence un excellent chasselas d’Yvorne et, segundo, vous montrer que malgré notre tendance à célébrer nos rencontres avec moult apéros, nous nous tenons bien à table  et ne sommes pas trop décatis. Si entre boire ou conduire à juste titre il faut choisir, il n’en va pas de même avec la marche et c’est pourquoi je marche plus que je ne conduis ! Bon cela dit, les censeurs veillant sur le net, je dois vous préciser que l’assiette de gauche sans occupant est celle de notre amie Modération qui prend la photo !! Personne ne pourra ainsi dire que nous ne buvons pas avec Modération !

  

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Après avoir passé notre première après-midi à découvrir les alentours, nous admirons le soir tombant le ballet de nuages qu’Eole organise autour des dents du Midi.

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Amon, jaloux de l’intérêt que nous portons aux facéties d’Eole sort alors le grand jeu et déploie ses oripeaux d’or sur les Cornettes de Bises situées dans les Alpes Françaises.

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Il est temps de rentrer dans le chalet où déjà un bon feu ronfle dans la cuisinière qui va à la fois nous chauffer et nous permettre de faire la cuisine. 

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

On se partage les tâches domestiques qui deviennent ici des loisirs, car une ambiance de fête règne en ce lieu, du fait de l’environnement montagnard et de l’éclairage à la bougie qui permet de ménager les batteries. Isolés du monde et donc privés de télévision et d’internet, la convivialité reprend ses droits et nous y redécouvrons les plaisirs simples des repas partagés et animés, de la lecture et des « antiques » jeux de société.

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Nous avons droit à quelques heures d’électricité pour partager le délicieux repas montagnard concoctés par nos amis suisses, ce qui nous permet de vérifier constamment le niveau de nos verres (sous le contrôle de notre copine Modération) et de ne pas en verser à coté, ce qui serait un sacrilège. La Fée électricité a été en l’occurrence bien nommée !

 

 

suisse,yvorne,vache,dents du midi,cornette,chalet

Ayant une nouvelle fois refait le monde et ayant baptisé ce "nouveau monde"  de quelques flacons de vin d’Yvorne, nous fermons les écoutilles du chalet pour rejoindre nos couettes et écouter le concert de clochettes offert généreusement par nos voisines…..

 A suivre……

Plutôt que d'écouter avec nous le concert de clochettes vachardes, je vous invite à écouter une mélodie tropicale

"Mon verre de Ti'Punch est vide" sur mon blog musical OLD NUT

Cliquez : ICI

 

Texte & Photos Ulysse 

 

19/05/2014

Périple à Karukera - 9 - Intermède carnavalesque..

Etant encore sous le charme des îles qui me pousse à la paresse je vous invite à suivre cette frégate pour participer à un un petit intermède carnavalesque.....

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

Je vous invite également à regarder et à diffuser à vos amis cette émouvante  vidéo (en espagnol) qui a été faite par le chanteur Macaco avec les travailleurs et les patients du 8e étage (Oncologie) de L'Hôpital pour enfant San Juan de Dios à Barcelone afin de récolter des fonds pour la recherche sur le cancer. Chaque fois que l’on regarde la vidéo, 5 centimes sont versés à la cause.

 

PHOTOS ULYSSE

 

02/05/2014

J’ai crains que mes vacances ne finissent sur le sentier de l’armistice !

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Bon, jusqu’à présent, à part l’épisode de l’ascension de la Soufrière dans le brouillard, nos vacances à Karukera s’étaient plutôt bien passées.  Bains de mer dans une eau à 27, balades dans des paysages de rêve, défilés de carnaval peuplés de  jolies filles et rhum à gogo, tout allait pour le mieux!  Le problème est que Gibus et moi avons du mal à rester en place et à jouer les contemplatifs, même avec de jolies créatures à l’horizon. Dès que l’on aperçoit une montagne aux alentours, l’envie nous prend d’y grimper.  Et justement à coté de la Soufrière, se dresse un ancien volcan dénommé La Citerne sur lequel nous avions fortement envie d’imprimer l’empreinte de nos semelles. Nous voilà donc partis en pleine jungle un beau matin, sans  nos épouses qui souhaitaient en profiter pour faire un peu de shopping . Nous aurions mieux fait de leur tenir compagnie et vous aller comprendre pourquoi…

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Notre projet était d’accéder au sommet de la Citerne par la piste de l’armistice qui s’est révélée  ( nous l’avons découvert un peu tard ) être la piste la plus sportive que je n’ai jamais emprunté dans ma vie, vu les conditions météo que nous avons dû affronter. Mais permettez moi de ménager le suspense….Au départ cela ne se présentait pas trop mal, nous avions prévu d’aller au préalable visiter la chute du Galion. Il tombait certes quelques gouttes mais le chemin était « carossable » !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La jungle foisonnante qui nous environnait donnait à notre périple une ambiance « Indiana Jones » qui n’était pas pour nous déplaire.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais en arrivant au pied du promontoire rocheux qui permet d’accéder à la chute du Galion  des diablotins facétieux ont commencé à nous verser des seaux d’eau sur la tête, rendant un brin délicate notre courte escalade .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Si je n’avais pas pris la précaution de me munir de mon appareil photo étanche  le récit de notre périple se serait arrêté là, car comme vous pouvez le voir sur l’objectif, il tombait à peu près autant d’eau du ciel qu’il en tombait dans la chute !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais n’étant pas du genre à faire demi- tour (idiote question d'amour propre que connaissent de nombreux "XY" !), nous avons avec obstination poursuivi notre marche en avant….

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

L’ami Gibus, qui ne manque pas d’humour, s’est alors dit que, mouillé pour mouillé, rien ne l’empêchait de comparer la température de l’eau de la chute avec celle qui nous tombait sur le poil ! 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Ses ablutions faites, nous avons repris notre périple en direction de la piste de l’Armistice espérant que les diablotins se lasseraient très vite de leur jeu stupide et que le soleil des caraïbes règnerait à nouveau sur les lieux.

 guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

 

Mais la pluie continua de plus belle et la descente du promontoire rocheux se révéla aussi sportive que l’ascension,  sans pour autant nous décourager…

 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Celles et ceux qui lisent nos aventures sur Eldorad’Oc savent qu’à force de fréquenter les sentiers muletiers des montagnes nous avons acquis des gênes de « mule »  et que nous ne renonçons pas facilement …

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Nous entamâmes alors la montée de la piste de l’Armistice, vague trouée rectiligne dans la jungle qui accède,  après 300 mètres de dénivelé dans la ligne de plus grande pente, au sommet de la Citerne.

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par temps clément l’exercice ne nous aurait pas paru trop difficile mais  avec la pluie diluvienne qui tombait, le sol couvert de feuilles se dérobait sous nos pas et les racines sur lesquelles nous prenions appui étaient de véritables savonnettes .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Gibus qui habituellement repère à l’oreille que le suis, vérifiait régulièrement, du fait de la pluie battante étouffant les bruits,  que je n’avais pas sombré au coeur de cet enfer vert.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par endroits, heureusement, une âme compatissante du syndicat d’initiative a eu l’idée de mettre une corde fort bienvenue . Que cet(te) âme anonyme en soit remercié !!!

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Plus nous montions et plus le sentier se révélait difficile, du fait qu’aux grands arbres rencontrés plus bas  succédaient maintenant des taillis barrant quasiment le passage, nous obligeant à des contorsions qui ne sont plus de notre âge.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La mine  de Gibus sur cette photo, la dernière que j’ai pu prendre au cours de cette ascension, en dit long sur le caractère éprouvant de notre périple. Après cela,  j’ai dû ranger l’appareil photo car un orage de grêle (oui de la grêle aux Antilles ! ) nous est tombé sur le paletot, nous mitraillant comme des faisans que l’on vient de lâcher  à l’ouverture de la chasse !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Pour résumer la fin de l’ascension que j'ai terminé en grelottant  et trempé comme une éponge jusqu'au lieu les plus intime de mon anatomie, je vous mets la photo d’une vague qui vous donne une idée des sensations que nous avons alors éprouvées.

Mais je ne finirai pas mon récit sans vous avouer que, revenus à notre voiture, l’ami Gibus avait prévu des vêtements de rechange, ce qui n’était pas mon cas.  Quand nous avons retrouvé nos épouses au restaurant, j’étais donc vêtu d’un pagne confectionné avec une serviette de bain qui trainait dans la voiture et d’un T-Shirt de Gibus qui fait deux tailles de moins que moi. Vous imaginez le fou rire de nos épouses en nous apercevant !

 

PS: Je vous invite également à aller écouter ma dernière composition "Léo, là Haut" sur  mon blog musical OLD NUT .

 

 

Texte & Photos Ulysse

09/04/2014

Périple à Karukera – 7 – Marie Galante l’indolente….(fin)

 

 Nous poursuivons notre périple poétique à Marie-Galante ....

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 

 Voici la côte rocheuse,

Battue par la mer,

Oh ! ces couleurs somptueuses,

D’eaux pourtant si amères !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Quand passent les nuages

Voyageurs des airs

Les eaux turquoises

Deviennent outremer

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Passe un antique char

Tiré par des bœufs

Le siècle est en retard

En ces lieux

 

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Un bœuf dégourdi

Fait l’étable buissonnière

Quel lutin lui a mis

Sa corne à l’envers ?

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

L’habitation Murat

Qui fut une sucrerie

Révèle l’apparat

Des anciens nantis

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 Un oiseau mouche

Saisi en plein vol !

Ouais ! J’ai fait mouche !

J'ai  vraiment  du bol !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Bis repetita

Nanananère !

 Je ne vous dirai pas

Comment il faut faire !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Une île déserte

Pour nous deux ma mie

Elle nous est offerte

Par les dieux d’ici !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Avec, pour dîner, une langouste

Aux fruits exotiques

Pif ! paf ! je vais mettre une rouste

A ces foutus moustiques !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Ce soir c’est carnaval,

Les femmes sont belles,

Rien que de très banal

Ici c'est naturel ! 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Dans leurs robes de couleur

Elles sont papillons

Elles sont  aussi fleurs

Quand elles tournent en rond

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 

Une cohorte de tambours

Vibrent à l’unisson

Dans ces îles toujours

On vit avec passion

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 Entends tu de la maracas

Le murmure aigrelet

Profite de la vie qui passe

Et qu’il nous faudra quitter

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Mais ce n’est que la fin du jour

Nous ne sommes pas inquiets !

Demain un nouveau jour

Nous verra sur pieds !

 

PS: Je vous invite à faire connaissance de Jennifer, femme fatale, sur mon blog musical OLD NUT  en cliquant ICI

 

 

Texte & photos Ulysse (sauf les 3 et 9 Buffler)

 

 

 

31/03/2014

Périple à Karukera – 6 – Semaine de farniente à Marie Galante


 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Pour nous reposer des notre sportive ascension de la Soufrière nous décidons d’aller passer une semaine de farniente à Marie Galante, petite île située à 30 kilomètres au sud de Karukera. Du fait de son isolement Marie Galante a conservé un style de vie rural où le tourisme, mis à part quelques hôtels modestes, se développe par le biais de gites chez l’habitant, ce qui en préserve l’authenticité. Les plages sont le principal attrait de l’ile ainsi que ses vieux moulins. On en comptait en effet une centaine il y a un siècle, à l’âge d’or des sucreries.  L’ile invite à la rêverie poétique et je ne me fais pas prier pour m’y livrer…( désolé mais c’est de la poésie au Ti Punch !)

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Robinsonne

Sous un soleil de plomb

Dans la mer qui ronronne

Fait des ronds

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Un figuier maudit

Enlace un gommier blanc

Oh ! tu m’étouffes lui dit

Son vénérable amant !

  

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 

Un nid de termites

Au dessus du sol

C’est que l’eau monte vite

Quand la pluie dégringole !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Le mangle médaille

Aime les sols humides

Ses racines divaguent

D’eau saumâtre avides

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Sur la côte atlantique

Soufflent les alizés

Qui veut vivre évite

De s’y baigner !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Un vieux moulin

A la retraite

Ronge son frein

Attendant la tempête

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Gibus attristé

Roi des bricoleurs

Essaie sans succès

De relancer son cœur

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Les antiques rouages

A jamais immobiles

Se parent d’un ramage

De verte chlorophylle

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 As tu toute ta  tête

Photographe imprudent !

Ca pourrait être ta fête

En un rien de temps !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Un figuier maudit

Fait de l’escalade

Dans ce paradis

Les arbres gambadent !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Une noix de coco

Me tenterait bien

S’il n’ y avait ce taureau

Qui me barre le chemin

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Mais le soleil décline

L’horizon se pare d’or

Les cannes s’illuminent

Et le taureau s’endort !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 

C’est l’heure crépusculaire

Bientôt viendra la nuit

Sert moi donc un verre

De Ti Punch l’ami !

 

Texte & Photos Ulysse 

23/03/2014

Périple à Karukera – 5ème partie – l’ascension de la Soufrière

IMG_2566.JPG

Lors de notre précédente visite à Karukera, nous avions prévu  de grimper au sommet de la Soufrière, volcan actif  - qui se limite toutefois à émettre des fumerolles - culminant à 1467 mètres. Nous avions dû y renoncer car la « vieille dame », comme la nomment affectueusement les guadeloupéens, est restée entourée quasiment en permanence d’un amoncellement de nuages, nés de la condensation de la vapeur d’eau provenant de la mer des Caraïbes. De fait, il tombe en ces lieux dix mètres d’eau par an; chanceux sont donc ceux qui peuvent accéder à son sommet sans affronter un déluge ou naviguer à vue dans un brouillard à couper au couteau.

Cette année nous avons décider d’y aller coûte que coûte. Sur la foi d’une météo à peu près favorable nous décidons donc, un « beau » matin  d’entreprendre  son  ascension…..

 

IMG_2630.JPG

Le sentier traverse au départ une magnifique forêt tropicale où prolifèrent les fougères arborescentes. Nous résistons à la tentation  d’en « cueillir » quelques unes pour servir de parapluies au cas où….

 

IMG_2632.JPG

Mais nous y renonçons car le ciel affiche une magnifique – mais nous le verrons plus avant, trompeuse - couleur bleue. Un soleil radieux y baguenaude,  dispensant généreusement ses rayons dont se gavent les plantes épithètes et héliotropes perchées à dessein sur de hautes branches .

 

 

IMG_2621.JPG

Nous parvenons au pied de la Soufrière dont les flancs recouverts de lave hébergent une végétation rase mais exubérante.

 

 

IMG_2569.JPG

Le « hic est que le soleil nous a faussé compagnie, englouti par un brouillard londonien étonnant à cette latitude. On comprend que cette île ait été longtemps convoitée et provisoirement occupée par les anglais qui, sans doute, y voyaient une seconde patrie ! Nous hésitons un instant mais, vu le chemin déjà parcouru, nous persévérons dans notre ascension, espérant qu’une éclaircie viendra récompenser nos efforts.

 

 

IMG_2571.JPG

Et de fait un certaine luminosité gagne le paysage, nous laissant espérer le retour du soleil qui nous permettrait d’admirer, selon les dires des guides touristiques, l’un des plus beaux panoramas des Caraïbes.

 

 

IMG_2586.JPG

Mais nos espoirs sont vite "douchés", c'est le cas de le dire, car le brouillard s’épaissit à nouveau nous « humectant » d’un crachin que l’altitude rafraîchit considérablement ! Faire 8000 kilomètres pour avoir l’impression de se balader sur le Caroux en hiver, il faut être un peu « zinzin » non ? 

 

 

IMG_2584.JPG

La Soufrière est un volcan actif en état dit « stationnaire » qui a connu dans le passé quelques épisodes éruptifs, dont celui de 1797 qui a provoqué une large fissure dans le flanc nord de son dôme que l’on découvre ici. En 1976 une nouvelle éruption « phréatique » a eu lieu, qui a conduit les pouvoirs publics, sur les conseils de Claude Allègre (qui a montré depuis lors son incompétence sur le problème du réchauffement climatique ) et contre l’avis d’Haroun Tazieff, grand vulcanologue,  à évacuer à grands frais la population de Basse Terre. Cela dit, on sait bien que les pouvoirs publics sont conseillés par des gens qui n’y connaissent généralement pas grand chose (ou qui sont influencés par des lobbies)  que ce soit en matière d’écologie, d’économie ou de  santé  publique (cf.la vaccination contre le virus H1N1).

 

 

IMG_2592.JPG

 

En approchant du sommet, le brouillard devient de plus en plus dense et le vent de plus en plus violent, comme l’atteste la posture de l’ami Gibus qui a du mal à garder les pieds sur terre .

 

 

IMG_2603.JPG

Parvenus sur le plateau sommital nous pensons avoir « allunis » au vu de l’univers purement minéral qui nous entoure. De fait les gaz acides présents dans les fumerolles contribuent à bruler la végétation et ainsi à mettre à nu une partie de plus en plus importante du sommet de la Soufrière. C’est à mon avis une vison assez réaliste de ce qui attend l’humanité si nous continuons à maltraiter Gaïa comme nous le faisons.

 

 

IMG_2602.JPG

Nous nous approchons prudemment de la gueule du cratère d’où sortent les fumerolles sulfureuses, espérant que la Soufrière n’aura pas la mauvaise idée de sortir de sa léthargie à ce moment là.

 

 

IMG_2608.JPG

Mais la Vielle Dame » reste  fort heureusement assoupie et nous entamons la descente assez impatients, vous vous en doutez, de retrouver des conditions climatiques plus « tropicales » !

 

 

IMG_2617.JPG

Et de fait en arrivant au pied du volcan une timide trouée apparaît dans le manteau nuageux qui laisse passer un timide rayon de soleil et  révèle un coin de ciel bleu. Alleluïa, nous sommes de retour au pays du Ti Punch !

 

 

IMG_2637.JPG

Notre marchande de fruits et légumes qui s’était fort inquiétée de nous voir monter là haut au pays des dragons manifeste de façon fort explicite sa joie de nous voir revenir sains et saufs !  Il faut dire que l’on est ses meilleurs clients pour les citrons verts, ingrédient indispensable pour faire un Ti Punch !

 

Texte & Photos Ulysse