suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/03/2014

Périple à Karukera : 4ème partie - Quelques raisons d’y aller….

 

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Je me doute que l’article précédent où les jolies guadeloupéennes et les non moins beaux guadeloupéens (je n’oublie pas mes chères lectrices !) ne manquaient pas, vous ont déjà donné envie d’aller faire un tour dans cette île qui est, pour moi,  la copie terrestre du paradis.  Mais ce n’est pas, et de loin, le seul charme de cette île, comme nous allons le découvrir.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

 

J’apporte toutefois un gros bémol à ce que je viens de dire : pour les esclaves qui ont été amenés ici de force et dans des conditions épouvantables, ce lieu ça n’a jamais été un paradis. Mais leur courage et leur travail ont permis d’en créer un dont profitent aujourd’hui essentiellement les touristes occidentaux. Pour ce qui est des autochtones il est certain que vu le taux de chômage qui règne dans l’île et le coût élevé de la vie, le coté « paradisiaque » est également,  pour un grand nombre d’entre eux, moins évident ! Mais, bon,  avec les « amortisseurs » du  « généreux modèle social français » ce n’est pas non plus le Bangladesh !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Faisons donc un rapide tour d’horizon des richesses de l’ïle. Il y a tout d’abord la canne à sucre qui produit bien évidemment du sucre,  dont le cours mondial est à la hausse du fait de la tendance générale de l’humanité à se gaver de saloperies, oh ! pardon ! de sodas ! Le jour où les chinois seront aussi gros que les yankees la terre risque de basculer sur elle même !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Mais avec la canne on fait aussi du rhum, et du meilleur, pas comme ces insipides ersatz cubain ou jamaïcain que l’on trouve dans les supermarchés. Ce divin breuvage   vous fait danser la salsa, la lambada et la zumba sans jamais les avoir apprises.

  

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Secondo, on y trouve le meilleur ananas du monde : l’ananas « bouteille » qui avait quasiment disparu et  dont la production vient d’être relancée par quelques agriculteurs entreprenants, voire un peu "casse-cou". Il faut l’être dans cette île où règne dans le monde agricole, comme dans certains coins de métropole du reste, l’individualisme, le conservatisme et l’esprit de clocher !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Tercio, on y trouve des bananes (le fruit qui donne "la banane !" ) et d’une telle variété qu’il est difficile de s’y retrouver entre celles considérées comme des fruits et celles assimilées à des légumes.  Cela dit si vous mangez une banane légume en pensant que c’est une banane fruit vous vous en rendez compte tout de suite !!

  

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

 Il y a également une profusion de fleurs dont les fleurs de balisier qui ont une multitude de formes et que l’on trouve à profusion sur le bord des routes ou dans la jungle.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Plus rare est par contre la rose porcelaine, somptueuse fleur qui, comme les autres roses, fane hélas très vite !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Il existe une grande variété d’oiseaux dont le « sucrier » qui se régale du nectar des fleurs.  Malgré son régime hyper calorique ce piaf reste svelte ! Quelle injustice !  

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Le colibri ou oiseau mouche non plus ne risque pas grossir vu qu’il bat des ailes plusieurs dizaines de fois par seconde !

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Savez vous que c’est le seul oiseau qui sait voler en marche arrière ! Vraiment Karukera est un pays de « ouf » ! 

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

La faune est par contre le parent pauvre de l’île car à part des ratons laveurs et des agoutis (sorte de petit rongeur) on n’y trouve aucun gros mammifère à part bien sûr les cochons et vaches (sans compter les innombrables poules) que l’on croise partout en semi liberté.  Par contre on peut tomber nez à nez avec un lointain descendant des monstres préhistoriques : une iguane qui, bien que d’aspect inquiétant, sera plus apeurée que vous.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Un autre attrait de l’île est la profusion de ses plages au sable blanc ou noir (d’origine volcanique) selon vos préférences. Ces plages sont généralement bordées de cocotiers au pied desquels il faut éviter de s ‘allonger car les noix de cocos sont plus fermes que le crâne d’un humain.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Ces noix de coco au demeurant sont la providence du promeneur assoiffé à la condition bien sûr d’être capable de les attraper. Pour cela il y a deux méthodes. La première est de grimper à vos risques et périls sur le cocotier ! Gibus s’y est essayé sans trop de succès malgré son agilité  à gravir les rochers, comme vous le voyez faire régulièrement sur Eldorad'OC.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

La seconde est de trouver un cocotier pas trop haut et de se munir d’une grande perche pour décrocher les noix. Là nous avons eu plus de succès.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrierEt je peux vous dire que la récompense est à la hauteur des efforts fournis. Le lait de coco frais est le seul breuvage non alcoolisé que je bois avec autant de plaisir !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Le « petit » inconvénient de certaines plages est que la houle y est souvent très forte et que  les vagues vous y chahutent sans ménagement.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Grâce à mon appareil étanche je vous emmène au coeur de ces vagues, histoire de vous procurer quelques frissons bien que l’eau soit à 27° !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Je peux vous dire qu’après une demi-heure de trempette on est, au sens propre comme au figuré, « rincé » !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Il ne nous reste plus alors, après ce bain épuisant, qu’à aller s’asseoir sur la terrasse du café de Trois Rivières pour y déguster un Ti Punch  en contemplant le coucher du soleil. Tchin !

 

Texte & Photos Ulysse (sauf 13, 15 , 17  et 20 Buffler)

 

04/03/2014

Périple à Karukera - 3ème partie - Défilé de carnaval à Sainte Rose

 

IMG_2154.JPG

Le carnaval en Guadeloupe est un  grand événement populaire festif qui se déroule sur six semaines environ entre le deuxième dimanche de janvier et le mercredi des Cendres. Le dernier jour du carnaval Vaval, le roi du Carnaval est mis à mort, pour mieux renaître l’année suivante !.

Le carnaval a été introduit par les colons au XVIIème siècle pour faire la fête avant la période du carême. Progressivement, les esclaves furent autorisés à y participer et à se se moquer de leur maître, sans conséquences.  De là vient une tradition satirique qui perdure aujourd’hui .

Chaque week-end pendant la période de carnaval, les différentes troupes défilent dans des villes désignées et passent devant un jury qui sélectionnent celles qui auront le droit de participer aux deux finales qui auront lieu la première, le Dimanche Gras à Pointe à Pitre et la seconde, le mardi gras à Basse Terre. Au cours de ces finales deux troupes seront désignées « reines du carnaval ». Entrons tout d’abord dans les coulisses du carnaval avant que le cortège ne s’ébranle…

 

IMG_2164.JPG

 

IMG_2156.JPG

 

IMG_2165.JPG

 

IMG_2168.JPG

 

IMG_2228.JPG

 

Et que la fête commence !

 

IMG_2177.JPG

 

 

IMG_2258.JPG

IMG_2190.JPG

 

carnaval,gwada,guadeloupe,mardi gras

IMG_2196.JPG

 

 

IMG_2203.JPG

 

IMG_2312.JPG

 

IMG_2307.JPG

 

 

IMG_2199.JPG

 

IMG_2210.JPG

 

IMG_2218.JPG

 

IMG_2242.JPG

 

IMG_2238.JPG

 

IMG_2269.JPG

 

IMG_2299.JPG

 

IMG_2376.JPG

Si vous avez aimé ce défilé de carnaval, c'est que vous appréciez la danse et la musique aussi je vous invite à découvrir mes compositions sur mon nouveau blog musical  OLD NUT que vous pouvez consulter en cliquant ICI

 

A suivre...

 

Texte & Photos Ulysse

26/02/2014

Périple à Karukera - 2ème partie - de Deshaies à la Pointe Allègre

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Nous nous rendons aujourd’hui à Deshaies, l’un des villages les plus pittoresques de Basse Terre dont les maisons colorées sont installées le long d’une baie aux eaux turquoises. La chapelle qui domine le village semble tout droit sortie d’un jeu de construction tel que ceux que l’on offre aux enfants à Noël. Les toits rouges s’harmonisent à merveille avec l’écrin de verdure dans lequel ce village est serti.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Le grand attrait de ce village est que les « lolos »  (restaurants) qui bordent sa rue principale vous permettent de manger quasiment les pieds dans l’eau en jouissant d’une vue imprenable sur la mer. Doucement caressé par les alizés le Ti Punch que l’on vous sert est alors à la température idéale.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Sur les quais du port de Deshaies nous croisons un pêcheur qui vient d’attraper un diodon , appelé aussi poisson hérisson.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Lorsqu'ils se sentent en danger, ces poissons se gonflent pour effrayer leur agresseur en accumulant de l’air ou de l’eau dans leur œsophage jusqu'à prendre une forme sphérique. Les Diodons accumulent une toxine dans  leurs organes qui les rendent mortellement venimeux et découragent d'éventuels prédateurs. Etant également toxique pour l’homme, le pêcheur l’a remis à la mer sans doute à la grande surprise du poisson qui croyait probablement sa dernière heure arrivée !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Non loin du village coule une rivière étonnante, la rivière Mitan, dont le cours s’interrompt à quelques mètres de la mer . Elle est la parfaite expression du rythme indolent qui règne dans l’île  où le mot « stress » est exclu du vocabulaire.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Les vagues  de la mer franchissent la plage de grande Anse (l’une des plus belles de Guadeloupe) pour y déverser un peu d’eau salée et cristalline dans ses eaux verdâtres. C’est le monde à l’envers car ici c’est la mer qui va à la rivière !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

La mer des Caraïbes est trompeuse ;  avec sa couleur émeraude et une température de l’eau de 27° elle incite à la baignade. Mais gare aux vagues qui apparaissent inoffensives …

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

..mais  qui soudainement, sans prévenir,   prennent de l’ampleur …….



 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

...puis vous bousculent et vous font faire  la culbute…. ! C’est à ce moment que l’on constate que le sable, où l'on aime faire la sieste, n’est pas une matière si douce que cela !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Nous mettons le Cap vers la Pointe Allègre qui est le point le plus septentrional de la Basse Terre et l’endroit où les Alizés soufflent le plus fort .

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Du fait des vents qui y soufflent en permanence les plages sont désertes et c’est un bonheur de les arpenter en se prenant pour Robinson Crusoé.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

En cet endroit battu par les vents les forêts cèdent la place à des prairies, végétation inhabituelle dans le reste de l’île.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

 

Les quelques arbres qui osent s’aventurer en ces lieux trahissent l’influence des vents dominants. Ici les hommes dressent leurs bras comme des ailes, espérant sans doute s’envoler.

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Seules les vaches semblent ignorer la violence du vent auquel elles tendent avec mépris leur postérieur  tout en essayant de trouver leur pitance  dans l’herbe rase de ces prairies brulées par les embruns de la mer.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

La forme étonnante de cet arbre permet une mise en cadre artistique de nos compagnes dont la vitesse moyenne est fortement stimulée par les Alizés. Mais il en ira différemment au retour !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Nous atteignons la pointe Allègre but de notre expédition et lieu sans doute le plus austère de cette ile par ailleurs luxuriante…

 

A suivre.....

Pour celles et ceux qui aiment les chansons je viens de créer un nouveau blog OLD NUT que vous pouvez découvrir ICI

Je vous invite également à aller écouter Maxime Ginolin sur le blog de Gaya , chanteur et comédien engagé en faveur de l'environnement. 

Texte & photos Ulysse

18/02/2014

Périple à Karukera -1ère partie - Sainte Rose et le saut des Trois Cornes

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous éprouvons tous, de temps à autre, un besoin d’ailleurs, une envie de rompre la monotonie du quotidien, de bousculer nos habitudes qui font que les jours se superposent aux jours comme des calques ne formant qu’un seul dessin. Ainsi rongée par nos habitudes, notre vie qui, dans l’instant, semble parfois se traîner, apparaît  rétrospectivement filer à vive allure, réduite à quelques souvenirs qui se répètent à l’infini. Pour briser ce sortilège, rien de tel que de soumettre notre existence aux aléas de l’aventure. Découverte de nouveaux lieux, de nouveaux visages, pratique d’activités différentes et la vie retrouve sa pesanteur et son émerveillement. C’est ainsi qu’avec l’ami Gibus et nos compagnes , nous avons décidé de mettre le cap vers Karukera afin d’en achever l’exploration, commencée lors d’un premier voyage il y a deux ans .

Nous commençons notre périple par un séjour à Sainte Rose,  situé au Nord Est de Basse Terre. C’est un gros bourg essentiellement agricole où domine la production de canne à sucre dont les gens instruits savent que l’on tire le rhum agricole. Cet élixir est l’ingrédient fondamental du Ti Punch, excellent anti stress et breuvage indispensable à ceux qui veulent apprendre à danser le Zouk ou la Zumba. Bon à vrai dire, les rhums produits dans le secteur de Sainte Rose : Saint Séverin et Reimonenq ne sont pas les meilleurs de Karukera mais ils sont acceptables pour faire des planteurs, breuvage plutôt destiné aux délicats gosiers féminins, dans lequel on agrémente un jus de fruit d’un peu de rhum.

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Le charme des villes de Karukera est que l’on y trouve partout des marchands ambulants qui vendent toutes sortes de produits, dont bien sûr une profusion de fruits et légumes notamment sur Basse Terre dont les terres  fertiles d’origine volcanique et le climat chaud  permettent la production.

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

On y trouve ainsi ananas, bananes (de toutes sortes) fruits de la passion, goyaves, mangues, citrons verts, cerises pays, pomme citer, corossol , igname, manioc, arbre à pain, patate douce, tomates, aubergines, concombres et bien d’autres variétés encore sans oublier le café, le cacao, la vanille dont la production a été récemment relancée.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Mais on peut aussi s’y procurer tous les produits nécessaires à la vie courante vendus dans un cadre de rêve par des commerçantes joviales et hautes en couleur. Ainsi  faire ses courses, qui pour moi est une corvée en métropole, devient ici un plaisir. Acheter son dentifrice en ayant droit à une grand sourire s'ouvrant sur des dents éclatantes, il n'y a pas de meilleure pub !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

De même on peut y acheter les délices gastronomiques du pays : colombos divers, poulet boucané, accras, boudins et autres délices de la cuisine antillaise qui marie les influences amérindiennes des premiers habitants de l’île (les Arawaks et Kalinagos) avec celle des indiens arrivés au XIXème siècle lors de la suppression de l’esclavage et enfin celle de la métropole. Fort heureusement les anglais qui ont occupé quelques temps cette île n’ont laissé aucune influence en ce domaine et les sujets de sa plus très gracieuse majesté sont les seuls au monde à se régaler de poulet au chocolat ou à la fraise. Il est souhaitable qu’ils quittent- comme ils le souhaitent - très vite l’UE sinon ils finiront bien par nous contaminer comme ils l’ont fait pour la vache folle. Quand on entend parler leurs homme politiques on comprend que la bouffe "british" a un effet délétère sur la santé mentale.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Que diriez vous par exemple d’un Bébélé, un plat emblématique  des Antilles françaises constitué de tripes aux bananes vertes….. Pour notre part, je peux vous assurer que nous nous sommes régalés.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous rendons une visite au port de pêche dont certains pontons mis à mal par les colères de l’Atlantique imposent d’avoir le pied marin. Des travaux sont en cours pour renforcer la protection du port. Mais à vrai dire je ne suis pas sûr que l’homme soit capable de lutter contre le déchaînement de plus en plus fréquent des éléments qu’il a déclenché en provoquant, par son avidité et inconscience, le dérèglement climatique dont on commence à voir partout les effets. Et ce n’est hélas qu’un début !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Trois pélicans attendent patiemment perchés sur des barques le retour des pêcheurs qui leur laissent parfois le menu fretin invendable. Ils sont beaucoup moins nombreux qu’il y a deux ans où on les voyait voler en escadrilles et plonger soudainement dans la mer. Leur raréfaction témoigne de l’amenuisement des ressources halieutiques qui sont surexploitées dans tous les océans. La position ignominieuse de notre gouvernement qui, soutenu par le gouvernement espagnol, à œuvré, contre l'avis des experts,  pour le maintien du chalutage en eaux profondes,  ne va pas arranger la situation. Tout cela pour sauver quelques emplois qui sont de toute façon à terme condamnés quand les ressources seront épuisées. Mais on sait bien que chez nos hommes politiques (de droite comme de gauche) le courage est une denrée rare même quand les intérêts vitaux de l’humanité sont menacés.

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Les plus cyniques vous répondront qu’ils n’en ont rien à faire car quand l’humanité n’aura plus un poisson à se mettre sous la dent ils seront morts. A cet égard, sur cette terre il  y a des morts plus heureux que d’autres : ceux qui sont enterrés à Karukera dont les cimetières dominent généralement la mer et dont les tombes ressemblent à des cabanons  de vacances . Ca vous dirait des vacances éternelles en cette belle île ?

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Après avoir flâné dans la ville et sur le port, il est temps de parler de choses sérieuses car on n’est pas venu ici que pour le farniente. Karukera est aussi un pays de superbes randonnées et Gibus et moi sortons les cartes pour choisir notre objectif de l'après midi. Nous optons pour la superbe chute du Saut des Trois Cornes. Notez qu'il n'est que onze heures du matin et que les verres de Ti Punch ne sont pas encore sur la table, mais ça ne saurait tarder !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

L’un des intérêts de cette île est qu’elle comporte, notamment sur Basse Terre, outre de magnifiques plages, des forêts tropicales aussi riches et denses que  l’Amazonie, sans que l’on y trouve les myriades de serpents et bestioles qu’héberge cet enfer vert. C’est pourquoi nos compagnes acceptent de nous y accompagner bien que les balades n’y soient pas de tout repos vu que les sentiers sont généralement ravinés par les abondantes précipitations dont ces forêts bénéficient (entre  et 10 mètres d’eau par an !)

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Bon, il est vrai que l'on y croise parfois l'un des antiques crocodiles importés autrefois par les amérindiens venus de l'Orénoque mais ils sont tellement édentés qu’ils ne présentent plus aucun danger !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

La densité des arbres nous oblige à pratiquer le slalom sans oublier le planter de bâton, condition indispensable au maintien de notre position verticale.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Le monde végétal possède ici une prodigieuse vitalité. Des faisceaux de lianes partent à l’assaut de la lumière en se servant des grands arbres comme tuteurs.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

La taille des feuilles révèle le taux d’hygrométrie qui règne ici puisque leur surface est proportionnelle à la quantité d’eau dont la plante dispose. 

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Certaines feuilles peuvent fort bien servir de parapluie en cas d’averse inopinée. Juste retour des choses !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

L’une des espèces d’arbres la plus impressionnante de ces forêts est sans conteste l’acomat boucan dont les replis de la base servaient d’abri aux Arawaks pour boucaner leurs poulets.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Des plantes épiphytes s’installent à tous les étages de la forêt sur des branches hospitalières, dès qu’elles se trouvent dans la trajectoire d’un rayon de soleil nécessaire à leur développement.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Les plantes épiphytes sont d’aimables « squatters » car au contraire des plantes saprophytes elles ne vivent pas aux dépens de leur hôte.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous percevons le bruit de la chute d’eau, but de notre expédition, mais il nous est difficile de presser le pas vu l’état du sentier ou plutôt de l’infernal lacis de racines qui en tient lieu.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous y arrivons enfin et bien évidemment nous y plongeons une tête éprouvant un bonheur semblable à celui d’Adam et Eve avant que leur acariâtre propriétaire ne les ait chassés du paradis.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Cette première journée s’achève sur une nuit éclairée par la pleine lune à laquelle les grenouilles rendent un hommage vocal enthousiaste qui ne nous empêche pas, malgré tout, de dormir. La longue et active journée que nous avons eue mais aussi le Ti Punch sont des  bons somnifères !

 

PS : Puisque vous lisez et appréciez ce blog, j'en déduis que vous êtes un amoureux de la nature et soucieux de préserver l'environnement. Je vous invite donc à signer ICI la pétition en faveur d' Emmanuel Giboulot, viticulteur dans le département de la Côte-d'Or qui exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique et que les pouvoirs publics veulent faire condamner car il  a refusé d'épandre du pesticide sur sa vigne afin de protéger les abeilles. Une fois de plus les pouvoirs publics manifestent le mépris qu'ils ont pour la défense de l'environnement sacrifié au nom d'une vision du développement économique "court termiste" et inféodée aux lobbies. Merci également de diffuser  largement cette pétition si vous approuvez cette action.

Vous pouvez également écouter ICI le témoignage d'Emmanuel Giboulot

 

Texte Ulysse & Photos Ulysse et Buffler (1,6,10 et 11)

16/10/2013

A travers les Bardenas Reales - fin- Le Cabezo de Castildetierra

Pour notre dernière visite dans les Bardenas reales je vous en ai réservé le joyau, une magnifique cheminée de fée dénommée « castil de tierra » qui s’élève au cœur de la Blance Baja. Ce n’est pas tant sa taille qui  impressionne que sa forme et notamment sa partie terminale qui semble si vulnérable et qui a pourtant quelques millions d’années. Je vais en silence vous laisser en découvrir les mille et une facettes.


IMG_9650.JPG



 

P9060264.JPG



 

P9060271.JPG


 

IMG_9788.JPG



 

IMG_9785.JPG


 

IMG_9774.JPG



 

IMG_9778.JPG


 

IMG_9794.JPG


 

IMG_9799.JPG



 

IMG_9802.JPG



 

P9060279.JPG


 

P9060278.JPG



 

P9070398.JPG

Nous quittons à regret les Bardenas Reales mais les voyages sur Piquesel ne sont pas terminés et la semaine prochaine nous traverserons l'Atlantique ....


Texte et Photos Ulysse

09/10/2013

A la découverte des Bardenas Reales - 5 - Los Cabezos (1ère partie)

Ce matin nous partons explorer la partie ouest de la Blance Baja où se trouvent quelques unes des formations rocheuses les plus étonnantes des Bardenas Reales, dénommées "les cabezos".  Je vous invite à partir à leur découverte, guidés par ma « souris » dont l'humeur est, pour l'heure,poétique:bardenas reales, cabezo, tudela,

Les falaises lentement s’effritent

Et le vent danse

Avec leur poussière

 

 

bardenas reales,cabezo,tudela

La force est dans le brin d’herbe

Plus que dans le rocher

 

bardenas reales,cabezo,tudela

La force inouïe de l’eau

Partout présente

 

bardenas reales,cabezo,tudela

Par endroits

Des traces de maquillage,

Coquetterie de Gaïa

 

bardenas reales,cabezo,tudela

Condamnés à la chute

Avec sursis !

 

bardenas reales,cabezo,tudela

Mais combien de vies d’homme

Avant qu’ils ne tombent ?

 

bardenas reales,cabezo,tudela

En ces lieux

L’échelle du temps

S’est inversée

 

bardenas reales,cabezo,tudela

Ici le fort

Protège le faible

 bardenas reales,cabezo,tudela

Echelle  multicolore du temps

Façonnée par la pluie


bardenas reales,cabezo,tudela

 Abri de berger

Parcelle de vie

Dans ce monde minéral

 

 

bardenas reales,cabezo,tudela

Malgré les rides et crevasses

Ici Gaïa vieillit en beauté

 

 

bardenas reales,cabezo,tudela

 Qui s’élève sera abaissé

 (LUC 14 :11-21 )

 

  bardenas reales,cabezo,tudela

Oh temps suspends ton vol !

 

bardenas reales,cabezo,tudela

Du haut de ce rocher

Quatre cent mille siècles nous contemplent !


A suivre.....


Texte & photos Ulysse


03/10/2013

A la découverte des Bardenas Reales - 4 - La Pena del Fraile

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Ce matin nous avons décidé d’explorer la zone des Bardenas Reales dénommée Fraile Alto, nom qui doit probablement provenir du latin « fragilis » qui signifie «qui se brise facilement ». Effectivement, la zone est constituée de tertres et de collines de matériaux faiblement agrégés qui s’effritent sous les pieds des randonneurs. Ce qui conduit au remplissage des vallons par  une mer d’alluvions d’une parfaite planéité, hormis quelques échancrures creusées  lors des orages violents qui sévissent parfois dans la région.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

 

Nous avons prévu de grimper en haut de la Pena (rocher) del Fraile qui culmine à environ 650 mètres, certes une modeste hauteur pour nos jambes de randonneurs aguerris, mais qui devrait nous permettre de brûler les calories que ne manquent pas ce nous fournir les délicieuses pintas de bière locale  que la météo estivale nous incite à consommer. D’aucuns me diront que l’eau n’a pas cet inconvénient, certes, mais c’est par ailleurs un produit dangereux quand on voit l’effet qu’il a sur le relief des montagnes. Alors vous imaginez dans quel état doivent être le foie et l’estomac des buveurs d’eau !!


navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Même si la Pena n’est pas un haut sommet les pentes pour y parvenir sont par endroits assez abruptes et il faut s’accrocher au terrain pour ne pas partir en arrière, d’autant que le sol friable constitué de petits cailloux instables ne nous facilite pas la tâche. Ce n’est pas l’ami Rémi, montagnard suisse émérite, que l’on voit ici en plein effort, qui me contredira.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Nous arrivons sur un plateau intermédiaire qui nous permet de souffler un peu et de prendre une « friandise » pour refaire le plein d’énergie. Certains de mes lecteurs se demanderont si la marche n’est finalement pas une excuse que l’on a trouvé pour  pouvoir se gaver avec bonne conscience de confiseries, de  pintas de cerveza et autres breuvages créés par Bacchus……Ils n’auront pas tout à fait tort !

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Toujours est-il que les confiseries nous permettent d’accéder sans problème au plateau sommital d’où l’on découvre un panorama aussi dépaysant que celui qu’Amstrong et Aldrin ont découvert en posant le pied sur la lune.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Il nous reste une modeste butte rocheuse à gravir mais ce n’est qu’une formalité pour nous qui sommes familiers des sommets pyrénéens autrement plus ardus. L’avantage ici, c’est que nous avons tout loisir d’admirer le paysage alors que lors de l’ascension des sommets pyrénéens nous avons plutôt tendance à contempler le bout de nos chaussures.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Et nous voici parvenus sur le sommet. L’immense  plateau que l’on aperçoit en contrebas donne l’impression d’être à plusieurs milliers de mètres d’altitude. Pour paraphraser le boucher corse je vous dirai que du haut de ce monticule plus de quatre siècles vous contemplent (si l’on additionne nos âges !). Bien que nous soyons tous d’un naturel modeste, les compliments sont les bienvenus !!

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Lors de la descente nous pouvons jouir sans restriction du panorama fabuleux qui s’offre à nous et qui nous donne véritablement le sentiment d’avoir changé de planète, et cela à 500 kilomètres de chez nous.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Je ne mets pas cette photo afin que vous admiriez nos épouses (qui le méritent amplement!)  mais plutôt pour  vous inviter à contempler l’infinie diversité de tons que prennent les roches dont est constitué la Pena del fraile, témoin d’un passé climatique et géologique tourmenté.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

De nombreux autres tertres émaillent cette zone auxquels l’érosion donne une infinité de formes qui varient selon la dureté des différentes roches.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Certains d’entre eux sont difficilement accessibles et les vautours peuvent y nicher en toute sécurité ce qui nous offre l’occasion d’admirer ici et là le magnifique spectacle de leurs évolutions rapides et silencieuses qui utilisent avec une parfaite maîtrise les courants d’air ascendants ou descendants.

 

navarre,bardenas reales,pena del fraile,cerveza

Lors de la prochaine balade nous partirons au coeur de la Blanca Baja à la  découverte du Cabezo de la Castildetierra, joyau des Bardanas Reales .

A suivre......

Texte & Photos Ulysse

26/09/2013

A travers les Bardenas Reales - 3 - Blanca Alta


bardeans reales,chèvre,seguin,pinta

Ce matin nous partons explorer la zone dénommée Blanca Alta, univers essentiellement minéral  constitué de  collines de grès  dénudées. La luminosité conjuguée à la brume matinale confère un caractère fantomatique aux reliefs.

 

bardeans reales,chèvre,seguin,pinta

Mais dès que nous arrivons au pied des collines, elles retrouvent  leur matérialité et affichent d’étonnantes strates de couleurs différentes qui témoignent d’une succession d’ères au cours desquelles  le climat et la végétation ont varié.

 

bardeans reales,chèvre,seguin,pinta

Le plateau est hérissé d’éperons rocheux nés du dantesque travail d’érosion de l’eau au cours des âges. C’est décidément une substance délétère et vous comprendrez pourquoi je m’en méfie !


bardeans reales,chèvre,seguin,pinta

Mais je reconnais que ses œuvres sont d’une grande beauté et me laissent, au demeurant, fort interrogatif. Pourquoi diantre une partie du flanc de cette colline n’a pas été érodée ? Quels sont les mécanismes physico-chimiques à l’œuvre qui expliquent cette différence?

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

Qu’il soit le fruit du hasard ou de la nécessité le résultat est, en tout état de cause,  grandiose produisant,selon le cas, des pyramides, des pics, des éperons tabulaires dont je vous laisse  admirer l’infinie variété.

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

Cet endroit est  fréquenté par les rapaces qui y trouvent des sites idéaux pour nidifier et d’immenses espaces découverts où leurs proies ont des difficultés à se cacher.

 

 

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

Même les plantes finissent par adopter par mimétisme la couleur de cet environnement minéral

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

On aperçoit ici ce qui semble avoir été un torrent de boue figé pour l’éternité.


bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

Partout la meule du temps est à l’œuvre qui brise, broie réduit en blocs, puis pierres, puis sable d’orgueilleux pics qui défient le ciel.

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

Certaines arêtes semblent coupantes comme le fil d’un rasoir auquel Eole ne doit pas aimer se frotter

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

On se prend à rêver de la survenance d’un terrible orage qui ferait naître mille torrents sur la myriade de facettes et d’anfractuosités de cette quasi parfaite pyramide

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

N’est ce pas en voyant de telles œuvres de la nature que l’homme a eu l’idée de construire des châteaux forts ?

 

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pinta

Mais, pas plus que ceux des hommes, ces châteaux là ne résistent à l’usure du temps, certes sur une échelle  un peu plus longue.

 

bardenas reales,chèvre,seguin,pintaMais même si le temps géologique n’est pas le temps humain,  l’ami Gibus ferait tout de même bien de se méfier car la plaque sur laquelle il se tient et qui est manifestement en place depuis quelques dizaines de millions d’années pourrait bien à l’instant même basculer !

Mais vous vous doutez qu’il n’en a rien été et que ce soir là encore nous avons dégusté en sa compagnie notre traditionnelle « pinta  », antidote incontournable à la soif qui résulte de la fréquentation de cet univers minéral , certes magnifique mais fortement déshydraté !

 

A suivre…

Texte & Photos Ulysse

21/09/2013

A la découverte des Bardenas Reales - 2 - La Plana Negra

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Poussés  hors du lit aux aurores  par les rayons  ardents d’Aton  qu’aucun volet en Navarre  ne peut arrêter, nous voici aux portes des Bardenas Reales, vaste zone semi-désertique et dépeuplée classée en parc naturel et réserve de la biosphère. Nous avons tout le loisir d’admirer le paysage car un troupeau de moutons nous précède qui ne semble pas particulièrement désireux de nous laisser la priorité. Mais la luminosité du ciel, la pureté de l’air, la beauté des lieux  nous font accepter cet impédiment avec sérénité.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Les Bardenas Reales, dont la géologie est si particulière, résulte du choc, il y a environ 40 millions d’années,  des plaques ibérique et européenne qui a donné naissance aux Pyrénées, à la Cordillère Ibérique et à la chaîne des Catalanides . Ces chaînes montagneuses entouraient une dépression fermée dans laquelle les torrents ont déversé d’énormes quantités d’eau et d’alluvions. Il y a environ dix millions d’années un effondrement dans la chaîne des Catalanides  a permis à l’eau de s’échapper donnant naissance à l’Ebre. L’écoulement des eaux provoqua  l’érosion de la dépression  créant ainsi les  Bardenas Reales. Aujourd’hui  cette zone connaît un climat méditerranéen continental avec des étés torrides et des orages violents qui poursuivent le travail de l’érosion et créent des étangs éphémères dans les zones argileuses. Nous avons prévu d’explorer ce matin la zone des Bardenas Reales appelée « Negra » du fait des forêts qui recouvrent les flancs des collines et qui sont inexistantes dans les autres parties du parc.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Il est prudent lorsque l’on s’aventure dans les Bardeans Reales de se munir d’une bonne provision d’eau, oui j’ai bien écrit « eau »,  même si je fais habituellement plus volontiers l’apologie des breuvages créés par Bacchus. Mais en ces lieux il en va de votre survie car il n’ y a pas une fontaine à cinquante kilomètres à la ronde et il est fortement déconseillé de goûter à l’eau des mares  stagnantes, que l’on rencontre ici et là.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Jusqu’au début du vingtième siècle,  l’élevage, notamment de moutons, était une activité importante dans les Bardenas Reales ce qui explique la présence de nombreux abris de bergers, véritable providence - quand ils sont ouverts - pour les  randonneurs, car ce sont les seuls endroits où l’on peut trouver de l’ombre. Aujourd’hui cette activité est résiduelle, les bergers étant remplacés par les agriculteurs dans les zones les moins arides et les plus fertiles et par les touristes.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Partout l’érosion des sols témoigne de la violence des orages qui peuvent s’abattre sur la région et bien que le soleil, malgré l’heure matinale, commence doucement à cuire nos abattis, nous sommes heureux qu’il règne sans partage plutôt que d’avoir à affronter  les colères de Jupiter.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Quel bonheur de fouler l’épiderme à nu de Gaïa qui dont les magnifiques rides nous racontent l'histoire mouvementée. 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Alors que le monde s’urbanise et se « virtualise » à grand train, monde où dorénavant l’on voyage et  fait du sport devant un écran video à l’aide d’un « joystick »,  il est vraiment jouissif d’utiliser ses antiques appendices « bipédiens » pour partir au hasard des chemins avec le léger frisson que procure l’isolement dans une nature sauvage avec l’infini pour horizon.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Les paysages nous incitent traîtreusement à la rêverie mais il faut à tout instant rester vigilant car en tous lieux des failles creusées par le orages s’ouvrent nos pieds. Il serait dommage d’interrompre si rapidement notre visite, les Bardenas Reales  recelant tant de merveilles à découvrir .

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Nous croisons un autre troupeau de moutons dont les chiens de garde ont été remplacés par trois chèvres, étonnante et intelligente initiative d’un berger qui a du lire dans son enfance la chèvre de Monsieur Seguin. 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Etant montés en haut du plateau de la Plana de la Negra qui culmine à 640 mètres d’altitude, nous découvrons une paysage à couper le souffle écrasé par un soleil de plomb.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

A cette saison post estivale le plateau ne présente  qu’un camaïeu d’ocres et de tons dorés mais on imagine au printemps le feu d’artifices de couleurs que le contraste entre les cultures et les sols vierges doit offrir. 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Sur le chemin du retour nous longeons l’une des rares mares ayant survécu au soleil estival et qui permet à une faune diversifiée, mais aux moeurs nocturnes,  de vivre dans ce milieu hostile.

 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

La vue de cette étendue d’eau n’a fait qu’attiser note envie de fraîcheur et les hallucinations prenant la forme d’une « pinta » commencent à envahir nos cervelles surchauffées. Mais la route poudroie à l’infini, un virage succédant à l’autre comme les dunes dans le désert. Nous désespérons d'arriver au bout de notre périple.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Mais puisque qu’aujourd’hui vous me lisez, chers lecteurs,  c’est que nous sommes arrivés finalement à bon port et que dans ce port il y avait une buvette où chacun de nous a avalé, en un soupir, deux pintas de bière locale que l’on a trouvée ce jour là comme étant la meilleure bière du monde !

 

A suivre…

 

Texte & Photos Ulysse

15/09/2013

A la découverte des Bardenas Reales - 1ère partie - Le départ

  

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

 

Nous avons tous en nous quelques gènes, hérités de nos lointains ancêtres venus du continent africain,  qui nous poussent à lever les yeux au ciel et à rêver, en contemplant les nuages, ces infatigables voyageurs, d’horizons lointains.

C’est ainsi que l’autre jour mon regard étant perdu dans les nuées, j’aperçus une cigogne migrant vers les pays chauds. Imitant son claquement de bec si caractéristique, j’attirais son attention et la persuadais, après l’avoir régalée de quelques saucisses de Strasbourg, délice qu’apprécient les cigognes qui reviennent d’Alsace,  de m’emmener avec elle vers le sud. Mon épouse préféra quant à elle recourir à un engin motorisé le jugeant plus sûr, bien qu’il y ait, selon les statistiques du ministère de l’intérieur, moins de collisions de cigognes que de voitures. Mais les convictions féminines sont souvent incontournables !

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Après quelques heures de vol, j’aperçus au sol un immense taureau campé sur des collines semi-désertiques et je compris que nous étions en Espagne et que j’approchais de la destination que je m’étais fixée.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Tapotant sur la tête de la cigogne, je lui demandais de descendre au niveau d’un camion qui roulait sur l’autoroute menant à Tudela – terme de mon voyage - en vue de me réfugier sur l’échelle dont il était muni.

 

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

 

Quand la Cigogne apprit que je me rendais à Tudela, elle m’indiqua qu’elle envisageait également de s’y arrêter, cette ville étant une étape traditionnelle pour les cigognes migratrices. Deux heures après nous atterrissions sur le clocher de l’église de Tudela, où étaient effectivement perchées une multitude d’autres cigognes en transit .

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Je pris congé de mon amie ailée qui me promis de passer me voir au printemps prochain à son retour d’Afrique. Je la soupçonnais de vouloir me taxer de quelques saucisses de plus, mais je dois avouer que c’est de bonne grâce que je lui offrirai si jamais elle venait à repasser.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Bon cela dit j’espère qu’elle n’aura pas l’idée d’emmener ses « amies » avec elles car  j’avoue que je me ruinerais si je devais également les régaler vu qu'elles ont envahi tous les perchoirs de la ville.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Tudela est une harmonieuse petite cité située au sud de la Navarre et qui s’étend sur les rives de l’Ebre, aux portes du parc naturel des Bardenas Reales, véritable but de notre expédition.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

La partie ancienne de la ville comporte quelques magnifiques immeubles que ne déparent pas les fresques modernes peintes par de talentueux tagueurs . Comme quoi le « tag » n’est pas incompatible avec le talent, même si ce mariage est plutôt rare.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Nous sommes au pays où la guitare est reine et il n’est pas surprenant qu’un autre tagueur, tout aussi talentueux,  ait rendu un monumental hommage à l’un de ses serviteurs.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Mais l’heure tournant, il était plus que temps de me rendre sur la magnifique place centrale de la vieille ville où je retrouvais mon épouse, étonnée mais rassurée (du moins je le suppose !) de me voir arrivé à bon port. Nous nous installâmes à une table de l’un  des nombreux restaurants situés sur la place.

 


 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

La gastronomie navarraise, qui marrie harmonieusement légumes et produits de la mer était à la hauteur, de notre appétit. Nous étions  sur le point d’y faire honneur lorsque quelqu’un ma tapota sur l’épaule. Je me retournais pour découvrir avec stupeur que Gibus, Marie, Suzanne, Rémi et Pierrot, les amis avec lesquels nous avons fait tant de périples relatés sur mon blog Eldorad’OC, étaient assis à la table d’à coté.

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Ce n’était, bien sûr, pas un hasard, car mon épouse les avait mis au courant de mon projet. Il va de soit que nous avons dignement célébré nos retrouvailles en faisant honneur aux divins nectars que produit l’Espagne.  Mes amis avaient du mal à croire que j’étais venu à dos de cigogne, mais je sais que vous, chers lectrices et lecteurs, vous ne doutez pas de ma parole !

 

tudela,bardena reales,ebre,rioja,cigogne

Fatigués par cette longue journée, il était temps pour nous de rejoindre Morphée,  d’autant que le lendemain matin nous allions devoir nous lever tôt pour entamer l’exploration du désert des Bardenas Reales.  

Je vous donne donc rendez vous à la prochaine note pour la suite du récit de notre périple, car je n’ai pas envie de finir comme ces lucioles épuisées de tourner sans fin autour des lumières tentatrices de la ville. Hasta luego !

 

A suivre…..

 

Texte & Photos Ulysse