suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/04/2013

Périple Andalou : 1ère partie - En route pour Cordoue

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Je commence aujourd’hui le récit de mon périple en Andalousie, région ô combien fascinante par la fusion harmonieuse des cultures hispano-mauresque que l’on découvre dans l’architecture monumentale  et la configuration de nombreuses villes et villages.

Mais avant d’arriver en Andalousie il nous faut traverser une grande partie de l’Espagne et  la première chose qui frappe le visiteur sur le parcours est le nombre important de châteaux que l’on aperçoit de la route. De fait, ce pays en a possédé  jusqu’à 10.000  qui ne sont plus que 2500 aujourd’hui, construits, pour la plupart, entre le XIIème et XVème siècle lors de la reconquête par les rois chrétiens qui voulaient ainsi sécuriser les territoires repris aux maures.

C’est au demeurant l’abondance de ces châteaux qui a conduit à la donner le nom de « Castilla » à la partie centrale de l'Espagne qui fut longtemps la zone frontière entre les maures et les chrétiens avant la victoire  totale de ces derniers en 1492, qui s’est conclue par la prise de Grenade.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Aujourd’hui ce sont des hordes de touristes qui partent chaque été à la conquête des plages de l’Espagne certaines d’y trouver le soleil. Et pour les accueillir on a construit le long du littoral non pas des châteaux mais des chapelets de tours qui surgissent au dessus de l’horizon dans un fatras architectural épouvantable.  Que l’on prenne plaisir à passer des vacances en ces lieux est pour moi une source d’étonnement, mais il est vrai que là où je vis je ne suis pas privé de soleil. De fait, cet astre exerce sur les populations des pays nordiques le même attrait que l’or sur les conquistadores : il les rend fadas !

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Outre les châteaux féodaux, l’Espagne était autrefois couverte de moulins à vent, notamment dans la Mancha (dont le nom vient de l'arabe Al-Ansha, terre sèche) que nous traversons pour rejoindre Cordoue et où la rareté et la faiblesse des cours d’eau ne permettaient pas l’installation de moulins à eau. C’est cette région que  ce brave Don Quichotte a écumé sur sa vielle Rossinante accompagné de son fidèle écuyer Sancho Pança dans sa tentative paranoïaque et illusoire de vaincre le mal et de sauver les opprimés. Aujourd’hui les éoliennes ont remplacé ces moulins à vent.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

L’Espagne, aujourd’hui minée par une grave crise économique, a connu son âge d’or au XVIème siècle à la suite de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb que l’on voit ici présenter ses projets d’expéditions à Isabelle de Castille.

Malgré la prospérité  que ses expéditions ont apportée  à l’Espagne Christophe Colomb est mort ruiné et abandonné de tous, croyant toujours au demeurant avoir abordé aux Indes et non aux Amériques. Dans l’imagerie populaire il est un grand explorateur alors qu’il fut surtout un des premiers esclavagistes occidentaux, pilleur et destructeur de cultures amérindiennes souvent pacifiques. Ses découvertes furent à l’origine d’un des plus grands génocides de l’histoire.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Mais nous voilà arrivés à Cordoue édifiée sur la rive droite du Guadalquivir qui connaît une crue exceptionnelle en ce mois de mars 2013. Le pont qui le franchit bâti par les romains a encore belle allure et résiste vaillamment à cette crue témoignant du génie passé de ce peuple.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Notre première visite sera pour l’Alcazar de Los Reyes Christianos reconstruit au début du  XIVème siècle sous le règne d’Alphonse XI.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Outre de magnifiques mosaïques romaines, ce lieu comporte des jardins qui, sans avoir la réputation ni la beauté de ceux de l’Alcazar de Grenade, constituent un agréable et dépaysant lieu de promenade avec ses palmiers royaux et ses allées bordées d’orangers.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

L’orange est d’ailleurs le fruit « roi » en Andalousie. On y boit des jus d’orange que même l’adepte de Bacchus que je suis a apprécié autant que le jus de vitis vinifera. Et puis il faut avoir goûter au moins une fois dans sa vie « una ensalada de bacalao con naranja » (plat de cabillaud à l’orange) notamment au restaurant  « Los 3 califas » (5 Calle  San Fernando)  pour savoir ce que ce fruit peut apporter à la gastronomie.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

 

La douceur de vivre que l’on ressent à Cordoue doit sans doute beaucoup à Averroes médecin et philosophe arabe d’une grande ouverture d’esprit (1126-1198) né dans cette ville et qui en fut un temps le grand cadi avant d’être chassé par ses coreligionnaires pour avoir prétendu que les vérités métaphysiques pouvaient être exprimées aussi bien par la philosophie que par la religion.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Si l’Andalousie est un pays encore profondément marqué par les traditions religieuses, elle voue également un culte au Flamenco, musique hérité des Gitans venus d’Inde  qui se sont installés en Espagne au temps de l’occupation mauresque et qui a ensuite fusionné avec la musique traditionnelle andalouse. Selon Jean Marie Lemogodeuc chercheur spécialiste de la culture hispanique "Tous les drames de la vie, les sentiments les plus profonds et notamment amoureux, les émotions les plus intimes constituent la sève nourricière du flamenco » et  dont cette fresque magnifique exprime l’essence.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

L’art populaire manifeste aussi sa vitalité au travers de cette fresque découverte sur les murs d’un jardin public qui témoigne de la coexistence pacifique de communautés ethniques diversifiées.

 

andalousie,cordoue,flamenco,averroes

Mais nous achevons là cette première visite en allant flâner sur le pont romain afin d’avoir une vue nocturne de la ville. La prochaine fois nous y en visiterons le cœur !

 

Texte & photos Ulysse

07/06/2012

Souvenirs d'Egypte - 8 - La maison-musée de Farafra

farafra,égypte,oasis,badr

Avant de quitter l'oasis de Farafra nous allons visiter le musée imaginé et édifié par un talentueux artiste local: Badr Abdel Moghny Aly, architecte, peintre et sculpteur.

Cet homme simple et affable nous raconte que le musée qu'il a bâti de ses mains pour abriter ses oeuvres est né d'un rêve. En en franchissant la porte on entre de fait dans un monde onirique.


farafra,égypte,oasis,badr

L'édifice lui même est une oeuvre d'art. Des fresques couvrent partout les murs, intégrant harmonieusement fenêtres et ouvertures.


farafra,égypte,oasis,badr

On devrait suivre son exemple et mettre plus d'art dans notre environnement ? Nos esprits s'en nourriraient et nous serions sans doute moins tentés de nous livrer à cette course sans fin à la consommation à laquelle nous convient nos sociétés modernes.

farafra,égypte,oasis,badr

La frugalité des gens du désert se retrouve dans l'art de Mr Badr qui n'a besoin que de quelques traits gravés sur un mur pour donner vie à deux hommes en pleine conversation.

 

farafra,égypte,oasis,badr

Les personnages de ce tableau expriment la hantise constante des habitants du désert : mourir de la soif! Ils jettent des imprécations et défient les vautours qui semblent espérer leur fin prochaine. 

 farafra,égypte,oasis,badr

Mais si la mort rode aux portes du désert les oasis sont des hâvres de paix où les habitants connaissent des moments de joie et de sérénité, comme cette magnifique scène de bain d'un enfant.

 

farafra,égypte,oasis,badr

Dans cette oeuvre, l'artiste a su capter la sérénité qui envahit les oasis au crépuscule quand une brise fraîche succède à la langue de feu du soleil.


 

farafra,égypte,oasis,badr

Ce tableau nous donne un avant goût de la magie du Désert Blanc que nous avons prévu d'explorer le lendemain (à découvrir dans la prochaine note).


 

farafra,égypte,oasis,badr

Chaque acte quotidien est accompli avec attention car chacun a conscience que la survie de tous dépend de son propre travail. Nous avons perdu, chez nous, ce sens de la collectivité.


 

farafra,égypte,oasis,badr

Le travail manuel du bois, de la terre et des métaux issus des entrailles de notre planète maintiennent un lien secret et essentiel entre les hommes et l'univers. Dans nos sociétés modernes nous sommes en revanche comme des plantes cultivées hors-sol, ignorants de ce lien.


farafra,égypte,oasis,badr

Dans le jardin qui entoure le musée, Mr Badr a disposé des oeuvres qu'il a réalisées à partir de morceaux de bois récupérés dans le désert. Pour lui, il ne fait que révéler la réalité secrète de chacun de ces morceaux de bois.

 

farafra,égypte,oasis,badr

Au travers de ces oeuvres étonnantes, c'est la magie du désert qui opère. Car à l'instar du vide du désert qui  comble l'attente de nos âmes, leur force vient de leur extrême simplicité.


 

farafra,égypte,oasis,badr

L'esprit encore envouté par ces oeuvres issues du rêve d'un homme, nous quittons l'oasis de Farafra en direction de notre prochaine étape : le Désert Blanc


A suivre..


Texte @ Photos Ulysse (toutes les oeuvres sont de Mr Badr) 


 

 


 

 La

10/01/2008

Souvenirs d'Egypte : Les temples de Dendéra et d'Abydos

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00308.JPG


Le temple de Dendéra, qui se situe vers le nord à 3 heures de route de Louxor, a été construit pendant la période Ptolémaique (1er siècle avant JC) en l'honneur de la Déesse Hathor qui préside aux jeux de l'amour. Des concerts de musique et de danse s'y déroulaient qui lui étaient dédiés.

D'ailleurs l'entrée de ce temple (pronaos) comporte 18 colonnes en forme de sistre, instrument de musique spécifique à la déesse
.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00309.JPG


A l' entrée du temple trône une statue du Dieu Bès, nain difforme, protecteur des femmes en couches.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00320.JPG


Les chapiteaux des colonnes de la salle hypostyle à l'intérieur du temple ont la forme du visage de la déesse Hathor, représentée traditionnellement avec des oreilles de vache.

Ainsi dans le monde des dieux comme dans la vie quotidienne une large place était faite à la femme, ce qui rend cette civilisation si séduisante


http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00337.JPG


Nous quittons Dendera à l'heure ou Amon-Ré, le dieu soleil, tire sa révérence, ses derniers rayons conférant à ce lieu une aura de mystère.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00160.JPG


Abydos, que nous rejoignons maintenant, occupait une place à part dans l'ancienne Egypte. Ce n'était ni une capitale politique ou administrative ni un grand centre économique mais une ville sainte : la ville du dieu Osiris massacré et haché menu par son frère Seth et dont les morceaux ont été récupérés par sa soeur-épouse Isis qui les a réunis afin de le ramener à la vie.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00167.JPG
0308

De la cité antique il ne reste aujourd'hui que le temple-cénotaphe de Séti Ier dont le portique d'entrée est d'une allure très moderne et fait penser au temple Der El Bahari de la Reine Hatcheptsout, que nous avons précédemment visité.

Les sept chapelles intérieures qu'il comporte et qui sont dédiées à différentes divinités sont décorées de bas reliefs qui sont parmi les plus beaux de l'art antique égyptien.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00232.JPG


Ainsi voit on dans ce magnifique livre d'images de pierres successivement le Dieu Horus dont on croit sentir le souffle d'air provoqué par son battement d'aile.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00244.JPG
0308

On s'émerveille devant le modelé du pharaon qui semble se mouvoir sur la paroi de pierre.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00236.JPG
0308

Et l'on passe d'une chapelle à l'autre l'esprit abasourdi par la majesté et la dimension mystique qui imprègne ce lieu.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00258.JPG


Et l'on y découvre aussi une scène étonnante représentant Isis allaitant Osiris qui n'est pas sans nous faire penser à des tableaux où l'on voit Marie allaitant Jésus.On pourait être tenter de penser qu'il y a une filiation entre les croyances des anciens égyptiens et le christianisme.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00264.JPG


Toutes les scènes sculptées ont une vie, une présence intense, tel ce faisceau de mains de dieux ou de pharaon

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00288.JPG


Ou une finesse extraordinaire comme ce pagne en voile qui dissimule à peine les jambes d'un personnage.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00267.JPG


Et quelle tendresse dans cette scène où l'on voit la déesse isis accueillir Pharaon au seuil de la mort en le prenant tendrement par le menton

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00270.JPG


Les couleurs originelles des temples ont éé particulièrement bien conservées comme dans cete scène Pharaon fait des offrandes au dieu Horus

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00280.JPG


On ne voit pas le temps passer à arpenter ce temple pour y découvrir ces oeuvres magnifiques, mais pourtant vient un moment où la lumière décline et ne vient plus qu'éclairer la « croix de vie » que l'on voit partout sculptée sur les parois. c'est cette croix que Pharaon tient à la main au moment de pénétrer dans le royaume des ombres pour paraître devant les dieux et accéder à la vie éternelle.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00238.JPG


Texte & Photos Ulysse

30/12/2007

Souvenirs d'Egypte : Le temple de Louqsor

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00004.JPG


Le Temple de Louqsor (ou Louxor) est situé sur la rive orientale du Nil au coeur de l'une des capitales de l'ancienne Egypte,Thèbes, qu'Homère avait surnommée la ville aux cents portes.

Je vous invite à le visiter à la nuit tombée lorsque les projecteurs magnifient la majesté et l'élégance des bâtiments dont il est constitué. On y pénètre par un Pylone bâti par Ramsès II orné d'un obélisque, symbole solaire que sa forme et sa fonction -capter les rayons de l'astre – apparentaient aux pyramides. Son frère jumeau trône hélas au centre de la place de la Concorde à Paris, ramené par Napoléon, spécialiste en matière de rapines et massacres en tous genres, à la suite de sa campagne d'Egypte

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00060.JPG


On traverse ensuite la cour de Ramsès II où les statues du pharaon nous accueillent protégées pour l'éternité par un portique de colonnes.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00104.JPG


Sérénité, majesté et puissance se dégagent de cette statue de Pharaon,

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00096.JPG


et dont le regard semble perdu dans la contemplation des étoiles .

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00116.JPG


Nous longeons ensuite la grande colonnade qui, à l'instar de la salle hypostile du temple de karnak, ne peut que nous laisser songeur sur l'inventivité et la force de la foi en leurs dieux des anciens Egyptiens, qui leur a permis, avec des moyens techniques somme toute rudimentaires, d'édifier de tels monuments qui défient les lois de la pesanteur.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00135.JPG


Et l'on débouche ensuite sur la splendide cour d'Amenophis III, bordée de portiques à colonnes fasciculées

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00151.JPG


L'extrême élégance du temple se retrouve dans les bas reliefs représentant Pharaon faisant ses offrandes aux dieux au moment du passage des portes de l'éternité

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00155.JPG


où dans celui représentant une vache sacrifiée pour assurer la nourriture de Pharon pendant son séjour dans l'au delà.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00157-3.JPG


Les colonnades se succèdent à la fois vertigineuses et aériennes donnant le sentiment que les pierres dont elles sont constituées sont en apesanteur

159
http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00159.JPG


Nous revenons vers le pylone d'entrée en méditant sur la grandeur et la fragilité de l'aventure humaine qui peut en un temps soulever des montagnes puis soudain disparaître emportée par le vent du désert.

http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00177.JPG


En s'éloignant du temple pour en appréhender l'harmonie générale, on passe dans l'allée des Dromos, ces spinxs à tête de Pharaon, longue de plus de 2km et qui mène au temple de karnak .

170
http://piquesel.midiblogs.com/images/DSC00170.JPG


Au coeur de la nuit et du silence, il est fascinant alors de contempler en tête à tête le visage impassible de celui qui dans les temps anciens domina le monde.

Texte & photos Ulysse