suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/05/2014

Périple à Karukera - 9 - Intermède carnavalesque..

Etant encore sous le charme des îles qui me pousse à la paresse je vous invite à suivre cette frégate pour participer à un un petit intermède carnavalesque.....

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

Je vous invite également à regarder et à diffuser à vos amis cette émouvante  vidéo (en espagnol) qui a été faite par le chanteur Macaco avec les travailleurs et les patients du 8e étage (Oncologie) de L'Hôpital pour enfant San Juan de Dios à Barcelone afin de récolter des fonds pour la recherche sur le cancer. Chaque fois que l’on regarde la vidéo, 5 centimes sont versés à la cause.

 

PHOTOS ULYSSE

 

02/05/2014

J’ai crains que mes vacances ne finissent sur le sentier de l’armistice !

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Bon, jusqu’à présent, à part l’épisode de l’ascension de la Soufrière dans le brouillard, nos vacances à Karukera s’étaient plutôt bien passées.  Bains de mer dans une eau à 27, balades dans des paysages de rêve, défilés de carnaval peuplés de  jolies filles et rhum à gogo, tout allait pour le mieux!  Le problème est que Gibus et moi avons du mal à rester en place et à jouer les contemplatifs, même avec de jolies créatures à l’horizon. Dès que l’on aperçoit une montagne aux alentours, l’envie nous prend d’y grimper.  Et justement à coté de la Soufrière, se dresse un ancien volcan dénommé La Citerne sur lequel nous avions fortement envie d’imprimer l’empreinte de nos semelles. Nous voilà donc partis en pleine jungle un beau matin, sans  nos épouses qui souhaitaient en profiter pour faire un peu de shopping . Nous aurions mieux fait de leur tenir compagnie et vous aller comprendre pourquoi…

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Notre projet était d’accéder au sommet de la Citerne par la piste de l’armistice qui s’est révélée  ( nous l’avons découvert un peu tard ) être la piste la plus sportive que je n’ai jamais emprunté dans ma vie, vu les conditions météo que nous avons dû affronter. Mais permettez moi de ménager le suspense….Au départ cela ne se présentait pas trop mal, nous avions prévu d’aller au préalable visiter la chute du Galion. Il tombait certes quelques gouttes mais le chemin était « carossable » !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La jungle foisonnante qui nous environnait donnait à notre périple une ambiance « Indiana Jones » qui n’était pas pour nous déplaire.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais en arrivant au pied du promontoire rocheux qui permet d’accéder à la chute du Galion  des diablotins facétieux ont commencé à nous verser des seaux d’eau sur la tête, rendant un brin délicate notre courte escalade .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Si je n’avais pas pris la précaution de me munir de mon appareil photo étanche  le récit de notre périple se serait arrêté là, car comme vous pouvez le voir sur l’objectif, il tombait à peu près autant d’eau du ciel qu’il en tombait dans la chute !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais n’étant pas du genre à faire demi- tour (idiote question d'amour propre que connaissent de nombreux "XY" !), nous avons avec obstination poursuivi notre marche en avant….

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

L’ami Gibus, qui ne manque pas d’humour, s’est alors dit que, mouillé pour mouillé, rien ne l’empêchait de comparer la température de l’eau de la chute avec celle qui nous tombait sur le poil ! 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Ses ablutions faites, nous avons repris notre périple en direction de la piste de l’Armistice espérant que les diablotins se lasseraient très vite de leur jeu stupide et que le soleil des caraïbes règnerait à nouveau sur les lieux.

 guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

 

Mais la pluie continua de plus belle et la descente du promontoire rocheux se révéla aussi sportive que l’ascension,  sans pour autant nous décourager…

 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Celles et ceux qui lisent nos aventures sur Eldorad’Oc savent qu’à force de fréquenter les sentiers muletiers des montagnes nous avons acquis des gênes de « mule »  et que nous ne renonçons pas facilement …

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Nous entamâmes alors la montée de la piste de l’Armistice, vague trouée rectiligne dans la jungle qui accède,  après 300 mètres de dénivelé dans la ligne de plus grande pente, au sommet de la Citerne.

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par temps clément l’exercice ne nous aurait pas paru trop difficile mais  avec la pluie diluvienne qui tombait, le sol couvert de feuilles se dérobait sous nos pas et les racines sur lesquelles nous prenions appui étaient de véritables savonnettes .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Gibus qui habituellement repère à l’oreille que le suis, vérifiait régulièrement, du fait de la pluie battante étouffant les bruits,  que je n’avais pas sombré au coeur de cet enfer vert.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par endroits, heureusement, une âme compatissante du syndicat d’initiative a eu l’idée de mettre une corde fort bienvenue . Que cet(te) âme anonyme en soit remercié !!!

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Plus nous montions et plus le sentier se révélait difficile, du fait qu’aux grands arbres rencontrés plus bas  succédaient maintenant des taillis barrant quasiment le passage, nous obligeant à des contorsions qui ne sont plus de notre âge.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La mine  de Gibus sur cette photo, la dernière que j’ai pu prendre au cours de cette ascension, en dit long sur le caractère éprouvant de notre périple. Après cela,  j’ai dû ranger l’appareil photo car un orage de grêle (oui de la grêle aux Antilles ! ) nous est tombé sur le paletot, nous mitraillant comme des faisans que l’on vient de lâcher  à l’ouverture de la chasse !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Pour résumer la fin de l’ascension que j'ai terminé en grelottant  et trempé comme une éponge jusqu'au lieu les plus intime de mon anatomie, je vous mets la photo d’une vague qui vous donne une idée des sensations que nous avons alors éprouvées.

Mais je ne finirai pas mon récit sans vous avouer que, revenus à notre voiture, l’ami Gibus avait prévu des vêtements de rechange, ce qui n’était pas mon cas.  Quand nous avons retrouvé nos épouses au restaurant, j’étais donc vêtu d’un pagne confectionné avec une serviette de bain qui trainait dans la voiture et d’un T-Shirt de Gibus qui fait deux tailles de moins que moi. Vous imaginez le fou rire de nos épouses en nous apercevant !

 

PS: Je vous invite également à aller écouter ma dernière composition "Léo, là Haut" sur  mon blog musical OLD NUT .

 

 

Texte & Photos Ulysse

20/04/2014

Périple à Karukera - 8- le monde du silence

  

P2041094.JPG

Chut ! une fois n'est pas coutume je vais laisser ma souris dans sa tanière pour vous emmener faire un tour dans le monde du silence......

 

P2010925.JPG

 

P2010886.JPG

 

 

P2041234.JPG

 

P1200177.JPG

 

P2041162.JPG

P1230447.JPG

P2041148.JPG

 

P1200195.JPG

 

P1200209.JPG

 

P1220275.JPG

 

P1230395.JPG

 

 

P1230397.JPG

 

P1230414.JPG

 

PS: Je vous invite à aller écouter ma dernière composition "Laisse encore un peu...." sur  mon blog musical OLD NUT  en cliquant ICI

 

 

Photos Ulysse (les photos ont été prises à plusieurs endroits des côtes de la Guadeloupe et de Marie Galante)

09/04/2014

Périple à Karukera – 7 – Marie Galante l’indolente….(fin)

 

 Nous poursuivons notre périple poétique à Marie-Galante ....

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 

 Voici la côte rocheuse,

Battue par la mer,

Oh ! ces couleurs somptueuses,

D’eaux pourtant si amères !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Quand passent les nuages

Voyageurs des airs

Les eaux turquoises

Deviennent outremer

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Passe un antique char

Tiré par des bœufs

Le siècle est en retard

En ces lieux

 

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Un bœuf dégourdi

Fait l’étable buissonnière

Quel lutin lui a mis

Sa corne à l’envers ?

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

L’habitation Murat

Qui fut une sucrerie

Révèle l’apparat

Des anciens nantis

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 Un oiseau mouche

Saisi en plein vol !

Ouais ! J’ai fait mouche !

J'ai  vraiment  du bol !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Bis repetita

Nanananère !

 Je ne vous dirai pas

Comment il faut faire !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Une île déserte

Pour nous deux ma mie

Elle nous est offerte

Par les dieux d’ici !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Avec, pour dîner, une langouste

Aux fruits exotiques

Pif ! paf ! je vais mettre une rouste

A ces foutus moustiques !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Ce soir c’est carnaval,

Les femmes sont belles,

Rien que de très banal

Ici c'est naturel ! 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Dans leurs robes de couleur

Elles sont papillons

Elles sont  aussi fleurs

Quand elles tournent en rond

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 

Une cohorte de tambours

Vibrent à l’unisson

Dans ces îles toujours

On vit avec passion

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 Entends tu de la maracas

Le murmure aigrelet

Profite de la vie qui passe

Et qu’il nous faudra quitter

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Mais ce n’est que la fin du jour

Nous ne sommes pas inquiets !

Demain un nouveau jour

Nous verra sur pieds !

 

PS: Je vous invite à faire connaissance de Jennifer, femme fatale, sur mon blog musical OLD NUT  en cliquant ICI

 

 

Texte & photos Ulysse (sauf les 3 et 9 Buffler)

 

 

 

31/03/2014

Périple à Karukera – 6 – Semaine de farniente à Marie Galante


 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Pour nous reposer des notre sportive ascension de la Soufrière nous décidons d’aller passer une semaine de farniente à Marie Galante, petite île située à 30 kilomètres au sud de Karukera. Du fait de son isolement Marie Galante a conservé un style de vie rural où le tourisme, mis à part quelques hôtels modestes, se développe par le biais de gites chez l’habitant, ce qui en préserve l’authenticité. Les plages sont le principal attrait de l’ile ainsi que ses vieux moulins. On en comptait en effet une centaine il y a un siècle, à l’âge d’or des sucreries.  L’ile invite à la rêverie poétique et je ne me fais pas prier pour m’y livrer…( désolé mais c’est de la poésie au Ti Punch !)

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Robinsonne

Sous un soleil de plomb

Dans la mer qui ronronne

Fait des ronds

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Un figuier maudit

Enlace un gommier blanc

Oh ! tu m’étouffes lui dit

Son vénérable amant !

  

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 

Un nid de termites

Au dessus du sol

C’est que l’eau monte vite

Quand la pluie dégringole !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Le mangle médaille

Aime les sols humides

Ses racines divaguent

D’eau saumâtre avides

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Sur la côte atlantique

Soufflent les alizés

Qui veut vivre évite

De s’y baigner !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Un vieux moulin

A la retraite

Ronge son frein

Attendant la tempête

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Gibus attristé

Roi des bricoleurs

Essaie sans succès

De relancer son cœur

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 Les antiques rouages

A jamais immobiles

Se parent d’un ramage

De verte chlorophylle

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 As tu toute ta  tête

Photographe imprudent !

Ca pourrait être ta fête

En un rien de temps !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Un figuier maudit

Fait de l’escalade

Dans ce paradis

Les arbres gambadent !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Une noix de coco

Me tenterait bien

S’il n’ y avait ce taureau

Qui me barre le chemin

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

Mais le soleil décline

L’horizon se pare d’or

Les cannes s’illuminent

Et le taureau s’endort !

 

 

marie galante,ti punch,figuier maudit,moulin

 

C’est l’heure crépusculaire

Bientôt viendra la nuit

Sert moi donc un verre

De Ti Punch l’ami !

 

Texte & Photos Ulysse 

23/03/2014

Périple à Karukera – 5ème partie – l’ascension de la Soufrière

IMG_2566.JPG

Lors de notre précédente visite à Karukera, nous avions prévu  de grimper au sommet de la Soufrière, volcan actif  - qui se limite toutefois à émettre des fumerolles - culminant à 1467 mètres. Nous avions dû y renoncer car la « vieille dame », comme la nomment affectueusement les guadeloupéens, est restée entourée quasiment en permanence d’un amoncellement de nuages, nés de la condensation de la vapeur d’eau provenant de la mer des Caraïbes. De fait, il tombe en ces lieux dix mètres d’eau par an; chanceux sont donc ceux qui peuvent accéder à son sommet sans affronter un déluge ou naviguer à vue dans un brouillard à couper au couteau.

Cette année nous avons décider d’y aller coûte que coûte. Sur la foi d’une météo à peu près favorable nous décidons donc, un « beau » matin  d’entreprendre  son  ascension…..

 

IMG_2630.JPG

Le sentier traverse au départ une magnifique forêt tropicale où prolifèrent les fougères arborescentes. Nous résistons à la tentation  d’en « cueillir » quelques unes pour servir de parapluies au cas où….

 

IMG_2632.JPG

Mais nous y renonçons car le ciel affiche une magnifique – mais nous le verrons plus avant, trompeuse - couleur bleue. Un soleil radieux y baguenaude,  dispensant généreusement ses rayons dont se gavent les plantes épithètes et héliotropes perchées à dessein sur de hautes branches .

 

 

IMG_2621.JPG

Nous parvenons au pied de la Soufrière dont les flancs recouverts de lave hébergent une végétation rase mais exubérante.

 

 

IMG_2569.JPG

Le « hic est que le soleil nous a faussé compagnie, englouti par un brouillard londonien étonnant à cette latitude. On comprend que cette île ait été longtemps convoitée et provisoirement occupée par les anglais qui, sans doute, y voyaient une seconde patrie ! Nous hésitons un instant mais, vu le chemin déjà parcouru, nous persévérons dans notre ascension, espérant qu’une éclaircie viendra récompenser nos efforts.

 

 

IMG_2571.JPG

Et de fait un certaine luminosité gagne le paysage, nous laissant espérer le retour du soleil qui nous permettrait d’admirer, selon les dires des guides touristiques, l’un des plus beaux panoramas des Caraïbes.

 

 

IMG_2586.JPG

Mais nos espoirs sont vite "douchés", c'est le cas de le dire, car le brouillard s’épaissit à nouveau nous « humectant » d’un crachin que l’altitude rafraîchit considérablement ! Faire 8000 kilomètres pour avoir l’impression de se balader sur le Caroux en hiver, il faut être un peu « zinzin » non ? 

 

 

IMG_2584.JPG

La Soufrière est un volcan actif en état dit « stationnaire » qui a connu dans le passé quelques épisodes éruptifs, dont celui de 1797 qui a provoqué une large fissure dans le flanc nord de son dôme que l’on découvre ici. En 1976 une nouvelle éruption « phréatique » a eu lieu, qui a conduit les pouvoirs publics, sur les conseils de Claude Allègre (qui a montré depuis lors son incompétence sur le problème du réchauffement climatique ) et contre l’avis d’Haroun Tazieff, grand vulcanologue,  à évacuer à grands frais la population de Basse Terre. Cela dit, on sait bien que les pouvoirs publics sont conseillés par des gens qui n’y connaissent généralement pas grand chose (ou qui sont influencés par des lobbies)  que ce soit en matière d’écologie, d’économie ou de  santé  publique (cf.la vaccination contre le virus H1N1).

 

 

IMG_2592.JPG

 

En approchant du sommet, le brouillard devient de plus en plus dense et le vent de plus en plus violent, comme l’atteste la posture de l’ami Gibus qui a du mal à garder les pieds sur terre .

 

 

IMG_2603.JPG

Parvenus sur le plateau sommital nous pensons avoir « allunis » au vu de l’univers purement minéral qui nous entoure. De fait les gaz acides présents dans les fumerolles contribuent à bruler la végétation et ainsi à mettre à nu une partie de plus en plus importante du sommet de la Soufrière. C’est à mon avis une vison assez réaliste de ce qui attend l’humanité si nous continuons à maltraiter Gaïa comme nous le faisons.

 

 

IMG_2602.JPG

Nous nous approchons prudemment de la gueule du cratère d’où sortent les fumerolles sulfureuses, espérant que la Soufrière n’aura pas la mauvaise idée de sortir de sa léthargie à ce moment là.

 

 

IMG_2608.JPG

Mais la Vielle Dame » reste  fort heureusement assoupie et nous entamons la descente assez impatients, vous vous en doutez, de retrouver des conditions climatiques plus « tropicales » !

 

 

IMG_2617.JPG

Et de fait en arrivant au pied du volcan une timide trouée apparaît dans le manteau nuageux qui laisse passer un timide rayon de soleil et  révèle un coin de ciel bleu. Alleluïa, nous sommes de retour au pays du Ti Punch !

 

 

IMG_2637.JPG

Notre marchande de fruits et légumes qui s’était fort inquiétée de nous voir monter là haut au pays des dragons manifeste de façon fort explicite sa joie de nous voir revenir sains et saufs !  Il faut dire que l’on est ses meilleurs clients pour les citrons verts, ingrédient indispensable pour faire un Ti Punch !

 

Texte & Photos Ulysse 

19/03/2014

Périple à Karukera : 4ème partie - Quelques raisons d’y aller….

 

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Je me doute que l’article précédent où les jolies guadeloupéennes et les non moins beaux guadeloupéens (je n’oublie pas mes chères lectrices !) ne manquaient pas, vous ont déjà donné envie d’aller faire un tour dans cette île qui est, pour moi,  la copie terrestre du paradis.  Mais ce n’est pas, et de loin, le seul charme de cette île, comme nous allons le découvrir.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

 

J’apporte toutefois un gros bémol à ce que je viens de dire : pour les esclaves qui ont été amenés ici de force et dans des conditions épouvantables, ce lieu ça n’a jamais été un paradis. Mais leur courage et leur travail ont permis d’en créer un dont profitent aujourd’hui essentiellement les touristes occidentaux. Pour ce qui est des autochtones il est certain que vu le taux de chômage qui règne dans l’île et le coût élevé de la vie, le coté « paradisiaque » est également,  pour un grand nombre d’entre eux, moins évident ! Mais, bon,  avec les « amortisseurs » du  « généreux modèle social français » ce n’est pas non plus le Bangladesh !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Faisons donc un rapide tour d’horizon des richesses de l’ïle. Il y a tout d’abord la canne à sucre qui produit bien évidemment du sucre,  dont le cours mondial est à la hausse du fait de la tendance générale de l’humanité à se gaver de saloperies, oh ! pardon ! de sodas ! Le jour où les chinois seront aussi gros que les yankees la terre risque de basculer sur elle même !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Mais avec la canne on fait aussi du rhum, et du meilleur, pas comme ces insipides ersatz cubain ou jamaïcain que l’on trouve dans les supermarchés. Ce divin breuvage   vous fait danser la salsa, la lambada et la zumba sans jamais les avoir apprises.

  

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Secondo, on y trouve le meilleur ananas du monde : l’ananas « bouteille » qui avait quasiment disparu et  dont la production vient d’être relancée par quelques agriculteurs entreprenants, voire un peu "casse-cou". Il faut l’être dans cette île où règne dans le monde agricole, comme dans certains coins de métropole du reste, l’individualisme, le conservatisme et l’esprit de clocher !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Tercio, on y trouve des bananes (le fruit qui donne "la banane !" ) et d’une telle variété qu’il est difficile de s’y retrouver entre celles considérées comme des fruits et celles assimilées à des légumes.  Cela dit si vous mangez une banane légume en pensant que c’est une banane fruit vous vous en rendez compte tout de suite !!

  

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

 Il y a également une profusion de fleurs dont les fleurs de balisier qui ont une multitude de formes et que l’on trouve à profusion sur le bord des routes ou dans la jungle.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Plus rare est par contre la rose porcelaine, somptueuse fleur qui, comme les autres roses, fane hélas très vite !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Il existe une grande variété d’oiseaux dont le « sucrier » qui se régale du nectar des fleurs.  Malgré son régime hyper calorique ce piaf reste svelte ! Quelle injustice !  

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Le colibri ou oiseau mouche non plus ne risque pas grossir vu qu’il bat des ailes plusieurs dizaines de fois par seconde !

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Savez vous que c’est le seul oiseau qui sait voler en marche arrière ! Vraiment Karukera est un pays de « ouf » ! 

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

La faune est par contre le parent pauvre de l’île car à part des ratons laveurs et des agoutis (sorte de petit rongeur) on n’y trouve aucun gros mammifère à part bien sûr les cochons et vaches (sans compter les innombrables poules) que l’on croise partout en semi liberté.  Par contre on peut tomber nez à nez avec un lointain descendant des monstres préhistoriques : une iguane qui, bien que d’aspect inquiétant, sera plus apeurée que vous.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Un autre attrait de l’île est la profusion de ses plages au sable blanc ou noir (d’origine volcanique) selon vos préférences. Ces plages sont généralement bordées de cocotiers au pied desquels il faut éviter de s ‘allonger car les noix de cocos sont plus fermes que le crâne d’un humain.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Ces noix de coco au demeurant sont la providence du promeneur assoiffé à la condition bien sûr d’être capable de les attraper. Pour cela il y a deux méthodes. La première est de grimper à vos risques et périls sur le cocotier ! Gibus s’y est essayé sans trop de succès malgré son agilité  à gravir les rochers, comme vous le voyez faire régulièrement sur Eldorad'OC.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

La seconde est de trouver un cocotier pas trop haut et de se munir d’une grande perche pour décrocher les noix. Là nous avons eu plus de succès.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrierEt je peux vous dire que la récompense est à la hauteur des efforts fournis. Le lait de coco frais est le seul breuvage non alcoolisé que je bois avec autant de plaisir !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Le « petit » inconvénient de certaines plages est que la houle y est souvent très forte et que  les vagues vous y chahutent sans ménagement.

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Grâce à mon appareil étanche je vous emmène au coeur de ces vagues, histoire de vous procurer quelques frissons bien que l’eau soit à 27° !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Je peux vous dire qu’après une demi-heure de trempette on est, au sens propre comme au figuré, « rincé » !

 

 

karukera,iguane,noix de coco,colibri,sucrier

Il ne nous reste plus alors, après ce bain épuisant, qu’à aller s’asseoir sur la terrasse du café de Trois Rivières pour y déguster un Ti Punch  en contemplant le coucher du soleil. Tchin !

 

Texte & Photos Ulysse (sauf 13, 15 , 17  et 20 Buffler)

 

04/03/2014

Périple à Karukera - 3ème partie - Défilé de carnaval à Sainte Rose

 

IMG_2154.JPG

Le carnaval en Guadeloupe est un  grand événement populaire festif qui se déroule sur six semaines environ entre le deuxième dimanche de janvier et le mercredi des Cendres. Le dernier jour du carnaval Vaval, le roi du Carnaval est mis à mort, pour mieux renaître l’année suivante !.

Le carnaval a été introduit par les colons au XVIIème siècle pour faire la fête avant la période du carême. Progressivement, les esclaves furent autorisés à y participer et à se se moquer de leur maître, sans conséquences.  De là vient une tradition satirique qui perdure aujourd’hui .

Chaque week-end pendant la période de carnaval, les différentes troupes défilent dans des villes désignées et passent devant un jury qui sélectionnent celles qui auront le droit de participer aux deux finales qui auront lieu la première, le Dimanche Gras à Pointe à Pitre et la seconde, le mardi gras à Basse Terre. Au cours de ces finales deux troupes seront désignées « reines du carnaval ». Entrons tout d’abord dans les coulisses du carnaval avant que le cortège ne s’ébranle…

 

IMG_2164.JPG

 

IMG_2156.JPG

 

IMG_2165.JPG

 

IMG_2168.JPG

 

IMG_2228.JPG

 

Et que la fête commence !

 

IMG_2177.JPG

 

 

IMG_2258.JPG

IMG_2190.JPG

 

carnaval,gwada,guadeloupe,mardi gras

IMG_2196.JPG

 

 

IMG_2203.JPG

 

IMG_2312.JPG

 

IMG_2307.JPG

 

 

IMG_2199.JPG

 

IMG_2210.JPG

 

IMG_2218.JPG

 

IMG_2242.JPG

 

IMG_2238.JPG

 

IMG_2269.JPG

 

IMG_2299.JPG

 

IMG_2376.JPG

Si vous avez aimé ce défilé de carnaval, c'est que vous appréciez la danse et la musique aussi je vous invite à découvrir mes compositions sur mon nouveau blog musical  OLD NUT que vous pouvez consulter en cliquant ICI

 

A suivre...

 

Texte & Photos Ulysse

26/02/2014

Périple à Karukera - 2ème partie - de Deshaies à la Pointe Allègre

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Nous nous rendons aujourd’hui à Deshaies, l’un des villages les plus pittoresques de Basse Terre dont les maisons colorées sont installées le long d’une baie aux eaux turquoises. La chapelle qui domine le village semble tout droit sortie d’un jeu de construction tel que ceux que l’on offre aux enfants à Noël. Les toits rouges s’harmonisent à merveille avec l’écrin de verdure dans lequel ce village est serti.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Le grand attrait de ce village est que les « lolos »  (restaurants) qui bordent sa rue principale vous permettent de manger quasiment les pieds dans l’eau en jouissant d’une vue imprenable sur la mer. Doucement caressé par les alizés le Ti Punch que l’on vous sert est alors à la température idéale.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Sur les quais du port de Deshaies nous croisons un pêcheur qui vient d’attraper un diodon , appelé aussi poisson hérisson.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Lorsqu'ils se sentent en danger, ces poissons se gonflent pour effrayer leur agresseur en accumulant de l’air ou de l’eau dans leur œsophage jusqu'à prendre une forme sphérique. Les Diodons accumulent une toxine dans  leurs organes qui les rendent mortellement venimeux et découragent d'éventuels prédateurs. Etant également toxique pour l’homme, le pêcheur l’a remis à la mer sans doute à la grande surprise du poisson qui croyait probablement sa dernière heure arrivée !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Non loin du village coule une rivière étonnante, la rivière Mitan, dont le cours s’interrompt à quelques mètres de la mer . Elle est la parfaite expression du rythme indolent qui règne dans l’île  où le mot « stress » est exclu du vocabulaire.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Les vagues  de la mer franchissent la plage de grande Anse (l’une des plus belles de Guadeloupe) pour y déverser un peu d’eau salée et cristalline dans ses eaux verdâtres. C’est le monde à l’envers car ici c’est la mer qui va à la rivière !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

La mer des Caraïbes est trompeuse ;  avec sa couleur émeraude et une température de l’eau de 27° elle incite à la baignade. Mais gare aux vagues qui apparaissent inoffensives …

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

..mais  qui soudainement, sans prévenir,   prennent de l’ampleur …….



 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

...puis vous bousculent et vous font faire  la culbute…. ! C’est à ce moment que l’on constate que le sable, où l'on aime faire la sieste, n’est pas une matière si douce que cela !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Nous mettons le Cap vers la Pointe Allègre qui est le point le plus septentrional de la Basse Terre et l’endroit où les Alizés soufflent le plus fort .

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Du fait des vents qui y soufflent en permanence les plages sont désertes et c’est un bonheur de les arpenter en se prenant pour Robinson Crusoé.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

En cet endroit battu par les vents les forêts cèdent la place à des prairies, végétation inhabituelle dans le reste de l’île.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

 

Les quelques arbres qui osent s’aventurer en ces lieux trahissent l’influence des vents dominants. Ici les hommes dressent leurs bras comme des ailes, espérant sans doute s’envoler.

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Seules les vaches semblent ignorer la violence du vent auquel elles tendent avec mépris leur postérieur  tout en essayant de trouver leur pitance  dans l’herbe rase de ces prairies brulées par les embruns de la mer.

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

La forme étonnante de cet arbre permet une mise en cadre artistique de nos compagnes dont la vitesse moyenne est fortement stimulée par les Alizés. Mais il en ira différemment au retour !

 

 

deshaies,diodon,pointe allègre,lolo

Nous atteignons la pointe Allègre but de notre expédition et lieu sans doute le plus austère de cette ile par ailleurs luxuriante…

 

A suivre.....

Pour celles et ceux qui aiment les chansons je viens de créer un nouveau blog OLD NUT que vous pouvez découvrir ICI

Je vous invite également à aller écouter Maxime Ginolin sur le blog de Gaya , chanteur et comédien engagé en faveur de l'environnement. 

Texte & photos Ulysse

18/02/2014

Périple à Karukera -1ère partie - Sainte Rose et le saut des Trois Cornes

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous éprouvons tous, de temps à autre, un besoin d’ailleurs, une envie de rompre la monotonie du quotidien, de bousculer nos habitudes qui font que les jours se superposent aux jours comme des calques ne formant qu’un seul dessin. Ainsi rongée par nos habitudes, notre vie qui, dans l’instant, semble parfois se traîner, apparaît  rétrospectivement filer à vive allure, réduite à quelques souvenirs qui se répètent à l’infini. Pour briser ce sortilège, rien de tel que de soumettre notre existence aux aléas de l’aventure. Découverte de nouveaux lieux, de nouveaux visages, pratique d’activités différentes et la vie retrouve sa pesanteur et son émerveillement. C’est ainsi qu’avec l’ami Gibus et nos compagnes , nous avons décidé de mettre le cap vers Karukera afin d’en achever l’exploration, commencée lors d’un premier voyage il y a deux ans .

Nous commençons notre périple par un séjour à Sainte Rose,  situé au Nord Est de Basse Terre. C’est un gros bourg essentiellement agricole où domine la production de canne à sucre dont les gens instruits savent que l’on tire le rhum agricole. Cet élixir est l’ingrédient fondamental du Ti Punch, excellent anti stress et breuvage indispensable à ceux qui veulent apprendre à danser le Zouk ou la Zumba. Bon à vrai dire, les rhums produits dans le secteur de Sainte Rose : Saint Séverin et Reimonenq ne sont pas les meilleurs de Karukera mais ils sont acceptables pour faire des planteurs, breuvage plutôt destiné aux délicats gosiers féminins, dans lequel on agrémente un jus de fruit d’un peu de rhum.

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Le charme des villes de Karukera est que l’on y trouve partout des marchands ambulants qui vendent toutes sortes de produits, dont bien sûr une profusion de fruits et légumes notamment sur Basse Terre dont les terres  fertiles d’origine volcanique et le climat chaud  permettent la production.

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

On y trouve ainsi ananas, bananes (de toutes sortes) fruits de la passion, goyaves, mangues, citrons verts, cerises pays, pomme citer, corossol , igname, manioc, arbre à pain, patate douce, tomates, aubergines, concombres et bien d’autres variétés encore sans oublier le café, le cacao, la vanille dont la production a été récemment relancée.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Mais on peut aussi s’y procurer tous les produits nécessaires à la vie courante vendus dans un cadre de rêve par des commerçantes joviales et hautes en couleur. Ainsi  faire ses courses, qui pour moi est une corvée en métropole, devient ici un plaisir. Acheter son dentifrice en ayant droit à une grand sourire s'ouvrant sur des dents éclatantes, il n'y a pas de meilleure pub !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

De même on peut y acheter les délices gastronomiques du pays : colombos divers, poulet boucané, accras, boudins et autres délices de la cuisine antillaise qui marie les influences amérindiennes des premiers habitants de l’île (les Arawaks et Kalinagos) avec celle des indiens arrivés au XIXème siècle lors de la suppression de l’esclavage et enfin celle de la métropole. Fort heureusement les anglais qui ont occupé quelques temps cette île n’ont laissé aucune influence en ce domaine et les sujets de sa plus très gracieuse majesté sont les seuls au monde à se régaler de poulet au chocolat ou à la fraise. Il est souhaitable qu’ils quittent- comme ils le souhaitent - très vite l’UE sinon ils finiront bien par nous contaminer comme ils l’ont fait pour la vache folle. Quand on entend parler leurs homme politiques on comprend que la bouffe "british" a un effet délétère sur la santé mentale.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Que diriez vous par exemple d’un Bébélé, un plat emblématique  des Antilles françaises constitué de tripes aux bananes vertes….. Pour notre part, je peux vous assurer que nous nous sommes régalés.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous rendons une visite au port de pêche dont certains pontons mis à mal par les colères de l’Atlantique imposent d’avoir le pied marin. Des travaux sont en cours pour renforcer la protection du port. Mais à vrai dire je ne suis pas sûr que l’homme soit capable de lutter contre le déchaînement de plus en plus fréquent des éléments qu’il a déclenché en provoquant, par son avidité et inconscience, le dérèglement climatique dont on commence à voir partout les effets. Et ce n’est hélas qu’un début !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Trois pélicans attendent patiemment perchés sur des barques le retour des pêcheurs qui leur laissent parfois le menu fretin invendable. Ils sont beaucoup moins nombreux qu’il y a deux ans où on les voyait voler en escadrilles et plonger soudainement dans la mer. Leur raréfaction témoigne de l’amenuisement des ressources halieutiques qui sont surexploitées dans tous les océans. La position ignominieuse de notre gouvernement qui, soutenu par le gouvernement espagnol, à œuvré, contre l'avis des experts,  pour le maintien du chalutage en eaux profondes,  ne va pas arranger la situation. Tout cela pour sauver quelques emplois qui sont de toute façon à terme condamnés quand les ressources seront épuisées. Mais on sait bien que chez nos hommes politiques (de droite comme de gauche) le courage est une denrée rare même quand les intérêts vitaux de l’humanité sont menacés.

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Les plus cyniques vous répondront qu’ils n’en ont rien à faire car quand l’humanité n’aura plus un poisson à se mettre sous la dent ils seront morts. A cet égard, sur cette terre il  y a des morts plus heureux que d’autres : ceux qui sont enterrés à Karukera dont les cimetières dominent généralement la mer et dont les tombes ressemblent à des cabanons  de vacances . Ca vous dirait des vacances éternelles en cette belle île ?

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Après avoir flâné dans la ville et sur le port, il est temps de parler de choses sérieuses car on n’est pas venu ici que pour le farniente. Karukera est aussi un pays de superbes randonnées et Gibus et moi sortons les cartes pour choisir notre objectif de l'après midi. Nous optons pour la superbe chute du Saut des Trois Cornes. Notez qu'il n'est que onze heures du matin et que les verres de Ti Punch ne sont pas encore sur la table, mais ça ne saurait tarder !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

L’un des intérêts de cette île est qu’elle comporte, notamment sur Basse Terre, outre de magnifiques plages, des forêts tropicales aussi riches et denses que  l’Amazonie, sans que l’on y trouve les myriades de serpents et bestioles qu’héberge cet enfer vert. C’est pourquoi nos compagnes acceptent de nous y accompagner bien que les balades n’y soient pas de tout repos vu que les sentiers sont généralement ravinés par les abondantes précipitations dont ces forêts bénéficient (entre  et 10 mètres d’eau par an !)

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Bon, il est vrai que l'on y croise parfois l'un des antiques crocodiles importés autrefois par les amérindiens venus de l'Orénoque mais ils sont tellement édentés qu’ils ne présentent plus aucun danger !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

La densité des arbres nous oblige à pratiquer le slalom sans oublier le planter de bâton, condition indispensable au maintien de notre position verticale.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Le monde végétal possède ici une prodigieuse vitalité. Des faisceaux de lianes partent à l’assaut de la lumière en se servant des grands arbres comme tuteurs.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

La taille des feuilles révèle le taux d’hygrométrie qui règne ici puisque leur surface est proportionnelle à la quantité d’eau dont la plante dispose. 

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Certaines feuilles peuvent fort bien servir de parapluie en cas d’averse inopinée. Juste retour des choses !

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

L’une des espèces d’arbres la plus impressionnante de ces forêts est sans conteste l’acomat boucan dont les replis de la base servaient d’abri aux Arawaks pour boucaner leurs poulets.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Des plantes épiphytes s’installent à tous les étages de la forêt sur des branches hospitalières, dès qu’elles se trouvent dans la trajectoire d’un rayon de soleil nécessaire à leur développement.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Les plantes épiphytes sont d’aimables « squatters » car au contraire des plantes saprophytes elles ne vivent pas aux dépens de leur hôte.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous percevons le bruit de la chute d’eau, but de notre expédition, mais il nous est difficile de presser le pas vu l’état du sentier ou plutôt de l’infernal lacis de racines qui en tient lieu.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Nous y arrivons enfin et bien évidemment nous y plongeons une tête éprouvant un bonheur semblable à celui d’Adam et Eve avant que leur acariâtre propriétaire ne les ait chassés du paradis.

 

 

karukera,sainte rose,ti punch,planteur

Cette première journée s’achève sur une nuit éclairée par la pleine lune à laquelle les grenouilles rendent un hommage vocal enthousiaste qui ne nous empêche pas, malgré tout, de dormir. La longue et active journée que nous avons eue mais aussi le Ti Punch sont des  bons somnifères !

 

PS : Puisque vous lisez et appréciez ce blog, j'en déduis que vous êtes un amoureux de la nature et soucieux de préserver l'environnement. Je vous invite donc à signer ICI la pétition en faveur d' Emmanuel Giboulot, viticulteur dans le département de la Côte-d'Or qui exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique et que les pouvoirs publics veulent faire condamner car il  a refusé d'épandre du pesticide sur sa vigne afin de protéger les abeilles. Une fois de plus les pouvoirs publics manifestent le mépris qu'ils ont pour la défense de l'environnement sacrifié au nom d'une vision du développement économique "court termiste" et inféodée aux lobbies. Merci également de diffuser  largement cette pétition si vous approuvez cette action.

Vous pouvez également écouter ICI le témoignage d'Emmanuel Giboulot

 

Texte Ulysse & Photos Ulysse et Buffler (1,6,10 et 11)