suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/09/2013

A la découverte des Bardenas Reales - 2 - La Plana Negra

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Poussés  hors du lit aux aurores  par les rayons  ardents d’Aton  qu’aucun volet en Navarre  ne peut arrêter, nous voici aux portes des Bardenas Reales, vaste zone semi-désertique et dépeuplée classée en parc naturel et réserve de la biosphère. Nous avons tout le loisir d’admirer le paysage car un troupeau de moutons nous précède qui ne semble pas particulièrement désireux de nous laisser la priorité. Mais la luminosité du ciel, la pureté de l’air, la beauté des lieux  nous font accepter cet impédiment avec sérénité.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Les Bardenas Reales, dont la géologie est si particulière, résulte du choc, il y a environ 40 millions d’années,  des plaques ibérique et européenne qui a donné naissance aux Pyrénées, à la Cordillère Ibérique et à la chaîne des Catalanides . Ces chaînes montagneuses entouraient une dépression fermée dans laquelle les torrents ont déversé d’énormes quantités d’eau et d’alluvions. Il y a environ dix millions d’années un effondrement dans la chaîne des Catalanides  a permis à l’eau de s’échapper donnant naissance à l’Ebre. L’écoulement des eaux provoqua  l’érosion de la dépression  créant ainsi les  Bardenas Reales. Aujourd’hui  cette zone connaît un climat méditerranéen continental avec des étés torrides et des orages violents qui poursuivent le travail de l’érosion et créent des étangs éphémères dans les zones argileuses. Nous avons prévu d’explorer ce matin la zone des Bardenas Reales appelée « Negra » du fait des forêts qui recouvrent les flancs des collines et qui sont inexistantes dans les autres parties du parc.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Il est prudent lorsque l’on s’aventure dans les Bardeans Reales de se munir d’une bonne provision d’eau, oui j’ai bien écrit « eau »,  même si je fais habituellement plus volontiers l’apologie des breuvages créés par Bacchus. Mais en ces lieux il en va de votre survie car il n’ y a pas une fontaine à cinquante kilomètres à la ronde et il est fortement déconseillé de goûter à l’eau des mares  stagnantes, que l’on rencontre ici et là.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Jusqu’au début du vingtième siècle,  l’élevage, notamment de moutons, était une activité importante dans les Bardenas Reales ce qui explique la présence de nombreux abris de bergers, véritable providence - quand ils sont ouverts - pour les  randonneurs, car ce sont les seuls endroits où l’on peut trouver de l’ombre. Aujourd’hui cette activité est résiduelle, les bergers étant remplacés par les agriculteurs dans les zones les moins arides et les plus fertiles et par les touristes.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Partout l’érosion des sols témoigne de la violence des orages qui peuvent s’abattre sur la région et bien que le soleil, malgré l’heure matinale, commence doucement à cuire nos abattis, nous sommes heureux qu’il règne sans partage plutôt que d’avoir à affronter  les colères de Jupiter.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Quel bonheur de fouler l’épiderme à nu de Gaïa qui dont les magnifiques rides nous racontent l'histoire mouvementée. 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Alors que le monde s’urbanise et se « virtualise » à grand train, monde où dorénavant l’on voyage et  fait du sport devant un écran video à l’aide d’un « joystick »,  il est vraiment jouissif d’utiliser ses antiques appendices « bipédiens » pour partir au hasard des chemins avec le léger frisson que procure l’isolement dans une nature sauvage avec l’infini pour horizon.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Les paysages nous incitent traîtreusement à la rêverie mais il faut à tout instant rester vigilant car en tous lieux des failles creusées par le orages s’ouvrent nos pieds. Il serait dommage d’interrompre si rapidement notre visite, les Bardenas Reales  recelant tant de merveilles à découvrir .

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Nous croisons un autre troupeau de moutons dont les chiens de garde ont été remplacés par trois chèvres, étonnante et intelligente initiative d’un berger qui a du lire dans son enfance la chèvre de Monsieur Seguin. 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Etant montés en haut du plateau de la Plana de la Negra qui culmine à 640 mètres d’altitude, nous découvrons une paysage à couper le souffle écrasé par un soleil de plomb.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

A cette saison post estivale le plateau ne présente  qu’un camaïeu d’ocres et de tons dorés mais on imagine au printemps le feu d’artifices de couleurs que le contraste entre les cultures et les sols vierges doit offrir. 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Sur le chemin du retour nous longeons l’une des rares mares ayant survécu au soleil estival et qui permet à une faune diversifiée, mais aux moeurs nocturnes,  de vivre dans ce milieu hostile.

 

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

La vue de cette étendue d’eau n’a fait qu’attiser note envie de fraîcheur et les hallucinations prenant la forme d’une « pinta » commencent à envahir nos cervelles surchauffées. Mais la route poudroie à l’infini, un virage succédant à l’autre comme les dunes dans le désert. Nous désespérons d'arriver au bout de notre périple.

 

barenas reales,pinta,seguin,navarre

Mais puisque qu’aujourd’hui vous me lisez, chers lecteurs,  c’est que nous sommes arrivés finalement à bon port et que dans ce port il y avait une buvette où chacun de nous a avalé, en un soupir, deux pintas de bière locale que l’on a trouvée ce jour là comme étant la meilleure bière du monde !

 

A suivre…

 

Texte & Photos Ulysse