suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/08/2015

A la découverte de karukera 4 – Iguane, café, chocolat et carnaval (Reprise d'archive)

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Arrêtons nous ce matin sur la place de la mairie de Pointe Noire (au N.O. de Basse Terre) où doit se dérouler le soir un « vidé » ou défilé  carnavalesque auquel nous assisterons. Cette brève halte permet de vous donner une idée du style architectural qui prévaut à Karukera et aux Antilles en général.  La plupart des maisons d’habitation ont des toits à double pans « débordants » sous lesquels sont édifiées des galeries qui font le tour de l’édifice et permettent de s’installer à l’extérieur, tout en étant protégé du soleil et de la pluie.  Malheureusement il existe peu de maisons traditionnelles anciennes qui ont été pour la plupart détruites par les cyclones.

Notons la propreté de cette place qui n’est pas, hélas, un trait représentatif de Karukera. En effet, le point noir de l’île est la présence de nombreux détritus, voire de décharges sauvages, sur les bords de route, dans les campagnes et le long des rivages, même dans les zones touristiques. Il y a  bien sûr des guadeloupéens que cet état de choses choque et qui prennent des initiatives pour remédier à ce travers. Mais dans l’ensemble les habitants manifestent généralement peu de souci pour leur environnement. Au demeurant c’est aussi le cas dans l’Hérault où j’habite, mais à un degré moindre. C’est grand dommage car l’île de Karukera, comme vous pouvez le constater en suivant nos pas,  est, par ailleurs, un paradis.

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

De Pointe Noire il est facile de se rendre au Saut d’Acomat, vasque d’eau émeraude dans un écrin de forêt tropicale. Mieux vaut éviter d’y aller le week-end car c’est un lieu prisé par les jeunes guadeloupéens qui viennent y plonger à leurs risques et périls, car le fond est parsemé de grosses pierres que le courant déplace.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Gibus et moi ne résistons jamais à la vue d’une étendue d’eau, même gelée , alors vous pensez bien que l’on n’allait pas venir au bord de celle-ci sans y plonger une tête (et le reste, alouette, alouette !)

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 Ayant prévu de visiter l’après midi la caféière de la Grivelière nous filons vers le  village de Vieux-Habitants (au S.O. de B.T.) près duquel s’étend la plage de Rocroy, où nous faisons une pause baignade, en attendant impatiemment l’heure du Ti’ Punch. Il y a justement au bord de la plage un « lolo » dont les effluves culinaires viennent chatouiller nos narines et attisent notre appétit.

Le village tient son nom du fait qu’il est le plus ancien de Karukera. Il a été fondé en 1636 par les anciens colons de la Compagnie des îles d’Amérique qui s’y retiraient une fois libérés de leurs contrats.

La Compagnie des îles d’Amérique avait une mission de « civilisation » qui nous choquerait aujourd’hui sauf sans doute Mr Guéant. Elle devait, en effet, « peupler les îles, les fortifier, instruire les habitants et Indiens en la religion catholique,  y faire cultiver les terres et faire travailler à toutes sortes de mines et de métaux, moyennant les droits du 1/10e de tout ce qui proviendra et se retirera d’icelles qu’ils seront tenus rendu au roi, franc et quitte (pendant vingt ans)... et à la charge de tenir lesdites îles sous l’autorité et puissance du roi » (Commission de Richelieu à Pierre Belain d’Esnambuc chef de la Compagnie)

A midi tapante nous nous installons affamés et assoiffés à une table du « lolo »…… pour découvrir avec stupeur qu’en raison de ses convictions religieuses le propriétaire ne veut pas servir d’alcool à ses clients. Par courtoisie nous restons dans les lieux en maudissant le hasard qui nous a fait choisir le seul restaurant de Karukera qui ne sert pas de Ti’ Punch. La probabilité était à peu près aussi grande que de voir la suppression du cumul des mandats dans notre république, que l’on peut, sans médire, qualifier de bananière, vu que deux de ses départements sont gros producteurs de ce fruit succulent.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Les mets étant agréables, nous surmontons notre frustration d’autant plus que dans les buissons qui bordent le restaurant des iguanes prennent le soleil et se donnent en spectacle. Ces animaux paisibles et inoffensifs – ils sont herbivores – qui  étaient chassés pour leur chair succulente sont dorénavant protégés à Karukera.

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Mais il est temps de prendre la route sinueuse et étroite en forme de montagnes russes qui mène au domaine de La Grivelière, niché sur les hauteurs de la vallée de la Grande Rivière qui se jette dans la mer à Vieux-habitants. Cette vallée est l’une des plus belles et plus sauvages de Karukera.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

La Grivelière est une habitation caféière de 90 hectares que la Région a racheté en 1988 et dont elle a rénové les bâtiments. Elle est gérée par l’association Verte Vallée depuis 1994.

Une passionnante visite guidée à travers le domaine et les bâtiments permet de tout connaître de la culture et de la préparation du café dont l’histoire du développement aux Antilles est étonnante.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Ainsi tous les caféiers implantés aux Antilles françaises seraient issus d’un plant importé en Martinique par Gabriel Mathieu de Clieu, officier de la marine française, et qu’il avait prélevé au jardin des Plantes de Paris. Les plants « parisiens » étaient eux mêmes issus d’un plant provenant d’Arabie, offert par les Hollandais à Louis XIV. 

La variété exploitée à Karukera, l’Arabica Bourbon pointu, est considérée comme l’une des meilleures du monde. La production importante dans le passé a décliné du fait de la concurrence de cafés d’Amérique latine ou d’Afrique aux coûts de production moindre. L’île tente aujourd’hui de relancer la production en misant sur un rôle de « café bonifieur »  par son utilisation dans des mélanges avec des cafés d’autres origines moins chers mais de moins bonne qualité.

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

La Grivelière exploite aussi des cacaoyers dont les cabosses contiennent cette fameuse substance qui rend accros petits et grands, dont votre serviteur.  Mais que les choses soient bien claires, pour les vrais  amateurs, de même que le café se boit sans sucre, le chocolat se consomme noir de chez noir !

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Le domaine de La Grivelière comporte une végétation luxuriante, les caféiers et les cacaoyers n’aimant pas le soleil direct et prospérant à l’ombre d’autres arbres comme ce magnifique banyan.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

On y trouve aussi une multitude de fleurs et d’arbres fruitiers comme ce papayer dont les fruits sont riches en vitamine C et A et qui est aussi une intéressante plante médicinale par ses racines, ses fleurs, ses graines et surtout son latex riche en enzymes.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Voici enfin un arbre étonnant, le calebassier, dont le fruit, le Kwi était utilisé par les amérindiens pour faire des ustensiles de cuisine ou des gourdes et que les  artisans d’aujourd’hui transforment en toutes sortes d'objet d'art, en lampes de chevets et autres objet décoratifs ou en instruments de musique comme les maracas.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Mais il est l’heure de remonter sur Point Noire pour assister au « vidé » c’est à dire au défilé carnavalesque. Car à Karukera, où les habitants ont gardé le sens de la fête, le carnaval ne se limite pas au mardi gras !

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

De fait, passé le 1er janvier dans chaque commune des groupes s’activent pour préparer les « grands » carnavals qui se tiendront successivement à Basse Terre et à Pointe à Pitre durant le week-end précédent le Mardi Gras

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Ainsi les équipes qui veulent être sélectionnées pour ces deux carnavals concourent en effectuant des défilés d’entraînement qui ont lieu dans différents villages au cours du mois de janvier.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

L’ambiance y est festive et familiale, la foule des « supporteurs» comme les participants manifestant un réel enthousiasme.

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

La joie se lit dans leurs regards et pourtant ce défilé est loin d’être une sinécure car il faut pendant des heures marcher, danser, tourbillonner, ou jouer d’un instrument  pour impressionner l’assistance et avoir ainsi une chance d’être sélectionnés par le jury .

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Mais je n’en dis pas plus et vous laisse apprécier, sans musique malheureusement, cette exubérante  et éblouissante manifestation.

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

 

 

karukera,cacaoyer,caféier,carnaval,vidé

Le soir même, Hugues notre propriétaire, nous conviait à un dîner festif avec ses autres locataires confirmant, s’il en était besoin, le sens de l’hospitalité des guadeloupéens. Vous n’avez droit qu’à la photo du délicieux dessert qu’il avait préparé, les autres étant curieusement floues du fait  d’un phénomène inexpliqué. Certains ou plutôt certaines ont émis l'hypothèse d'une crise de "tipunchite aigüe" mais ce n'est pas clairement établi.

 

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

 (cliquez sur le mot Deezer pour y accéder)

(Vous pouvez aussi les écouter sur I Tunes /Old Nut)

Texte Ulysse & Photos Ulysse et MG Buffler 

 

19/05/2014

Périple à Karukera - 9 - Intermède carnavalesque..

Etant encore sous le charme des îles qui me pousse à la paresse je vous invite à suivre cette frégate pour participer à un un petit intermède carnavalesque.....

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

gwada, guadeloupe, marie-galante, carnaval

 

 

Je vous invite également à regarder et à diffuser à vos amis cette émouvante  vidéo (en espagnol) qui a été faite par le chanteur Macaco avec les travailleurs et les patients du 8e étage (Oncologie) de L'Hôpital pour enfant San Juan de Dios à Barcelone afin de récolter des fonds pour la recherche sur le cancer. Chaque fois que l’on regarde la vidéo, 5 centimes sont versés à la cause.

 

PHOTOS ULYSSE

 

02/05/2014

J’ai crains que mes vacances ne finissent sur le sentier de l’armistice !

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Bon, jusqu’à présent, à part l’épisode de l’ascension de la Soufrière dans le brouillard, nos vacances à Karukera s’étaient plutôt bien passées.  Bains de mer dans une eau à 27, balades dans des paysages de rêve, défilés de carnaval peuplés de  jolies filles et rhum à gogo, tout allait pour le mieux!  Le problème est que Gibus et moi avons du mal à rester en place et à jouer les contemplatifs, même avec de jolies créatures à l’horizon. Dès que l’on aperçoit une montagne aux alentours, l’envie nous prend d’y grimper.  Et justement à coté de la Soufrière, se dresse un ancien volcan dénommé La Citerne sur lequel nous avions fortement envie d’imprimer l’empreinte de nos semelles. Nous voilà donc partis en pleine jungle un beau matin, sans  nos épouses qui souhaitaient en profiter pour faire un peu de shopping . Nous aurions mieux fait de leur tenir compagnie et vous aller comprendre pourquoi…

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Notre projet était d’accéder au sommet de la Citerne par la piste de l’armistice qui s’est révélée  ( nous l’avons découvert un peu tard ) être la piste la plus sportive que je n’ai jamais emprunté dans ma vie, vu les conditions météo que nous avons dû affronter. Mais permettez moi de ménager le suspense….Au départ cela ne se présentait pas trop mal, nous avions prévu d’aller au préalable visiter la chute du Galion. Il tombait certes quelques gouttes mais le chemin était « carossable » !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La jungle foisonnante qui nous environnait donnait à notre périple une ambiance « Indiana Jones » qui n’était pas pour nous déplaire.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais en arrivant au pied du promontoire rocheux qui permet d’accéder à la chute du Galion  des diablotins facétieux ont commencé à nous verser des seaux d’eau sur la tête, rendant un brin délicate notre courte escalade .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Si je n’avais pas pris la précaution de me munir de mon appareil photo étanche  le récit de notre périple se serait arrêté là, car comme vous pouvez le voir sur l’objectif, il tombait à peu près autant d’eau du ciel qu’il en tombait dans la chute !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Mais n’étant pas du genre à faire demi- tour (idiote question d'amour propre que connaissent de nombreux "XY" !), nous avons avec obstination poursuivi notre marche en avant….

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

L’ami Gibus, qui ne manque pas d’humour, s’est alors dit que, mouillé pour mouillé, rien ne l’empêchait de comparer la température de l’eau de la chute avec celle qui nous tombait sur le poil ! 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Ses ablutions faites, nous avons repris notre périple en direction de la piste de l’Armistice espérant que les diablotins se lasseraient très vite de leur jeu stupide et que le soleil des caraïbes règnerait à nouveau sur les lieux.

 guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

 

Mais la pluie continua de plus belle et la descente du promontoire rocheux se révéla aussi sportive que l’ascension,  sans pour autant nous décourager…

 

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Celles et ceux qui lisent nos aventures sur Eldorad’Oc savent qu’à force de fréquenter les sentiers muletiers des montagnes nous avons acquis des gênes de « mule »  et que nous ne renonçons pas facilement …

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Nous entamâmes alors la montée de la piste de l’Armistice, vague trouée rectiligne dans la jungle qui accède,  après 300 mètres de dénivelé dans la ligne de plus grande pente, au sommet de la Citerne.

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par temps clément l’exercice ne nous aurait pas paru trop difficile mais  avec la pluie diluvienne qui tombait, le sol couvert de feuilles se dérobait sous nos pas et les racines sur lesquelles nous prenions appui étaient de véritables savonnettes .

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Gibus qui habituellement repère à l’oreille que le suis, vérifiait régulièrement, du fait de la pluie battante étouffant les bruits,  que je n’avais pas sombré au coeur de cet enfer vert.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Par endroits, heureusement, une âme compatissante du syndicat d’initiative a eu l’idée de mettre une corde fort bienvenue . Que cet(te) âme anonyme en soit remercié !!!

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Plus nous montions et plus le sentier se révélait difficile, du fait qu’aux grands arbres rencontrés plus bas  succédaient maintenant des taillis barrant quasiment le passage, nous obligeant à des contorsions qui ne sont plus de notre âge.

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

La mine  de Gibus sur cette photo, la dernière que j’ai pu prendre au cours de cette ascension, en dit long sur le caractère éprouvant de notre périple. Après cela,  j’ai dû ranger l’appareil photo car un orage de grêle (oui de la grêle aux Antilles ! ) nous est tombé sur le paletot, nous mitraillant comme des faisans que l’on vient de lâcher  à l’ouverture de la chasse !

 

 

guadeloupe,armistice,citerne,karukera,carnaval

Pour résumer la fin de l’ascension que j'ai terminé en grelottant  et trempé comme une éponge jusqu'au lieu les plus intime de mon anatomie, je vous mets la photo d’une vague qui vous donne une idée des sensations que nous avons alors éprouvées.

Mais je ne finirai pas mon récit sans vous avouer que, revenus à notre voiture, l’ami Gibus avait prévu des vêtements de rechange, ce qui n’était pas mon cas.  Quand nous avons retrouvé nos épouses au restaurant, j’étais donc vêtu d’un pagne confectionné avec une serviette de bain qui trainait dans la voiture et d’un T-Shirt de Gibus qui fait deux tailles de moins que moi. Vous imaginez le fou rire de nos épouses en nous apercevant !

 

PS: Je vous invite également à aller écouter ma dernière composition "Léo, là Haut" sur  mon blog musical OLD NUT .

 

 

Texte & Photos Ulysse

09/04/2014

Périple à Karukera – 7 – Marie Galante l’indolente….(fin)

 

 Nous poursuivons notre périple poétique à Marie-Galante ....

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 

 Voici la côte rocheuse,

Battue par la mer,

Oh ! ces couleurs somptueuses,

D’eaux pourtant si amères !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Quand passent les nuages

Voyageurs des airs

Les eaux turquoises

Deviennent outremer

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Passe un antique char

Tiré par des bœufs

Le siècle est en retard

En ces lieux

 

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Un bœuf dégourdi

Fait l’étable buissonnière

Quel lutin lui a mis

Sa corne à l’envers ?

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

L’habitation Murat

Qui fut une sucrerie

Révèle l’apparat

Des anciens nantis

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 Un oiseau mouche

Saisi en plein vol !

Ouais ! J’ai fait mouche !

J'ai  vraiment  du bol !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Bis repetita

Nanananère !

 Je ne vous dirai pas

Comment il faut faire !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Une île déserte

Pour nous deux ma mie

Elle nous est offerte

Par les dieux d’ici !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Avec, pour dîner, une langouste

Aux fruits exotiques

Pif ! paf ! je vais mettre une rouste

A ces foutus moustiques !

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Ce soir c’est carnaval,

Les femmes sont belles,

Rien que de très banal

Ici c'est naturel ! 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Dans leurs robes de couleur

Elles sont papillons

Elles sont  aussi fleurs

Quand elles tournent en rond

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 

Une cohorte de tambours

Vibrent à l’unisson

Dans ces îles toujours

On vit avec passion

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

 Entends tu de la maracas

Le murmure aigrelet

Profite de la vie qui passe

Et qu’il nous faudra quitter

 

 

marie-galante,murat,maracas,carnaval

Mais ce n’est que la fin du jour

Nous ne sommes pas inquiets !

Demain un nouveau jour

Nous verra sur pieds !

 

PS: Je vous invite à faire connaissance de Jennifer, femme fatale, sur mon blog musical OLD NUT  en cliquant ICI

 

 

Texte & photos Ulysse (sauf les 3 et 9 Buffler)

 

 

 

04/03/2014

Périple à Karukera - 3ème partie - Défilé de carnaval à Sainte Rose

 

IMG_2154.JPG

Le carnaval en Guadeloupe est un  grand événement populaire festif qui se déroule sur six semaines environ entre le deuxième dimanche de janvier et le mercredi des Cendres. Le dernier jour du carnaval Vaval, le roi du Carnaval est mis à mort, pour mieux renaître l’année suivante !.

Le carnaval a été introduit par les colons au XVIIème siècle pour faire la fête avant la période du carême. Progressivement, les esclaves furent autorisés à y participer et à se se moquer de leur maître, sans conséquences.  De là vient une tradition satirique qui perdure aujourd’hui .

Chaque week-end pendant la période de carnaval, les différentes troupes défilent dans des villes désignées et passent devant un jury qui sélectionnent celles qui auront le droit de participer aux deux finales qui auront lieu la première, le Dimanche Gras à Pointe à Pitre et la seconde, le mardi gras à Basse Terre. Au cours de ces finales deux troupes seront désignées « reines du carnaval ». Entrons tout d’abord dans les coulisses du carnaval avant que le cortège ne s’ébranle…

 

IMG_2164.JPG

 

IMG_2156.JPG

 

IMG_2165.JPG

 

IMG_2168.JPG

 

IMG_2228.JPG

 

Et que la fête commence !

 

IMG_2177.JPG

 

 

IMG_2258.JPG

IMG_2190.JPG

 

carnaval,gwada,guadeloupe,mardi gras

IMG_2196.JPG

 

 

IMG_2203.JPG

 

IMG_2312.JPG

 

IMG_2307.JPG

 

 

IMG_2199.JPG

 

IMG_2210.JPG

 

IMG_2218.JPG

 

IMG_2242.JPG

 

IMG_2238.JPG

 

IMG_2269.JPG

 

IMG_2299.JPG

 

IMG_2376.JPG

Si vous avez aimé ce défilé de carnaval, c'est que vous appréciez la danse et la musique aussi je vous invite à découvrir mes compositions sur mon nouveau blog musical  OLD NUT que vous pouvez consulter en cliquant ICI

 

A suivre...

 

Texte & Photos Ulysse