suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/09/2015

A la découverte de Karukera 5 – Saut de Matouba, chute du Galion et Grande Anse sur Morne

REPRISE D'ARCHIVE

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Après quelques jours de « baguenaudage » balnéaire et botanique, Gibus et moi commençons à nous sentir des fourmis dans les jambes. Nous décidons donc d’aller  randonner vers la chute du Galion située à 1000 mètres d'altitude sur les contreforts du massif de la Soufrière qui domine la ville de St Claude.  Située à 600 mètres d’altitude, cette ville jouit d’une certaine fraîcheur, ce qui en fait  un lieu de résidence très prisé.

 

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Mais pour nous mettre en jambe, nous allons d’abord jeter un œil au Saut de Matouba situé aux environs immédiats de St. Claude. Après avoir traversé de vastes bananeraies il faut, pour en trouver le chemin, se laisser guider à l’oreille par le bruit de la chute que l’on découvre au fond d’un profond ravin sauvage et encaissé où règne une atmosphère envoûtante.

Il est déconseillé de se baigner au pied de la chute du fait de l’existence de tourbillons qui entraîneraient, dit-on, les baigneurs au fond. Réalité ou légende, on ne sait !  Désireux de ne pas interrompre inopinément notre séjour à Karukera nous nous contentons donc, pour une fois, de contempler ses flots fougueux et limpides. Les années passant deviendrions nous raisonnables ? Est ce bon ou mauvais signe ?

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Puis nous nous rendons au lieu dit  des « Bains Jaunes » point de départ du sentier de randonnée dans la jungle hygrophile qui mène à la chute du Galion. Pour y accéder, il nous faut, en chemin traverser quelques « ravines », exercice dans lequel Gibus excelle au contraire de votre serviteur qui s’y mouille souvent les pieds (et les chaussures avec, bien évidemment !)

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Le sentier est bordé d’impressionnants Acomat Boucan qui font mentir le dicton qui veut que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ! Je puis vous assurer que ceux là y vont et je me demande d’ailleurs si ce n’est pas là un bon moyen de passer – le moment venu  – en catimini au Paradis ! Bon, ça ne doit pas être facile parce que "le Grand Manitou" paraît-il  voit tout ! Faudra profiter d’un moment où « IL » aura un instant de distraction. Par exemple quand une jolie fille arrivera au « divin portillon». Mais les jolies filles  ont-elles accès au Paradis vu les dégâts humains qu’elles font ?

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chuteAprès environ quarante-cinq minutes de marche nous parvenons au pied d’un éperon rocheux qu’il faut gravir pour atteindre la chute. Je vous laisse, à cette occasion,  comparer ma  technique d’ascension…..

 karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

 ..à celle de Gibus !  Bon, l’essentiel est d’y arriver n’est ce pas !

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

La découverte de la chute du Galion nous récompense de nos efforts. Quant à savoir pourquoi elle se nomme ainsi, les guides touristiques n’en disent rien !

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

J’ose toutefois émettre une hypothèse. Il est possible que le premier homme blanc qui l’a découverte et qui avait probablement abusé du nectar local (on ne le blâmera pas, car il est difficile d’y résister) ait  cru voir la voile blanche d’un galion au milieu de la forêt. D’ailleurs personnellement je trouve que l’on pourrait s’y méprendre, non ? 

 

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Le bassin de réception ne présentant aucun danger particulier, nous nous sommes cette fois offert le luxe d’une douche de 40 mètres de haut, ce qui, je puis vous l’assurer fouette le sang et vous gonfle d’énergie. Nos rugissements ont dû faire croire aux randonneurs qui parcourent le massif de la Soufrière en amont de la chute que des lions vivaient dans les forêts de Karukera. A l'intention de ceux (celles) qui s'étonneraient du cadrage particulier de la photo, je précise que l'on met rarement un mailllot de bain dans un sac de randonnée. 

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Nous prenons le chemin du retour, véritable tunnel de verdure où prospèrent les fougères arborescentes qui affectionnent les lieux humides et relativement frais (environ 25°).

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

La trame végétale qui nous environne est illuminée ici et là par les « flammes » des fleurs de balisiers .

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Revenus à notre point de départ nous nous glissons avec volupté dans les eaux chaudes (environ 30°) et sulfureuses des « Bains Jaunes », alimentées par des sources jaillissant des flancs brûlants du volcan de la Soufrière.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Nous finissons la journée sur la plage de la Grande Anse sur Morne qui dépend de la commune de Trois-Rivières située au sud de Basse-Terre. Son sable noir provient de l'érosion des coulées de lave  basaltiquede la Soufrière.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

De cette magnifique plage ourlée de cocotiers on découvre l’archipel des Saintes et, par temps clair La Dominique ainsi que la Martinique.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Et en se retournant on aperçoit le massif de la Soufrière dont le sommet est quasi-perpétuellement noyé dans les nuages ce qui en rend l’exploration aléatoire. Nous n’avons d’ailleurs pas pu, à notre grand regret,  en faire l’ascension pendant notre séjour. mais nous reviendrons !

Ce massif volcanique de formation récente  - il a de 100.000 à 200.000 ans – est à l’état de repos éruptif (présence de fumeroles, vapeurs sulfureuses et sources d’eau chaude). Il est composé, outre la Soufrière qui en est le sommet (1467m), de plusieurs autres  volcans aux noms pittoresques: Carmichaël, le Nez Cassé, l’Échelle, la Citerne et la Madeleine.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

La mer sur cette plage est plus tumultueuse que sur la Grande Anse de Deshaies (sa sœur « blonde » du nord) du fait de la présence d’incessantes déferlantes qui donnent du piment à la baignade sans présenter de réels dangers, sauf peut être celui de vous retrouver sans maillot de bain !

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

On y aperçoit aussi parfois quelques étranges mais inoffensives créatures qui viennent prendre le soleil sur la plage.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Cet  pêcheur, qui recourt au lancer d’épervier (petit filet circulaire), technique artisanale et aléatoire, nous réconcilie avec ce noble métier.

karukera,guadeloupe,matouba,galion,chute

Ainsi, tous les pêcheurs ne sont pas comme les flottilles de thoniers-senneurs d’impitoyables prédateurs qui avec leurs sonars (voire leurs avions de repérage) et leurs chaluts ne laissent aucune chance aux poissons et dévastent le fond des mers. C’est sur cette note optimiste que je vous abandonne provisoirement, car  la « Doudou" qui vend des sorbets coco vient d’arriver.

A suivre…..

******

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

 (cliquez sur le mot Deezer pour y accéder)

(Vous pouvez aussi les écouter sur I Tunes /Old Nut)

Texte et Photos Ulysse (sauf deux G. Buffler)