suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/08/2015

A la découverte de Karukera :2 - Le jardin botanique de Deshaies

(Reprise d'archive)

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Pour notre première semaine de séjour nous avons choisi un gîte à  Malendure, non loin de la ville de Bouillante située sur la côte ouest de Basse-Terre et qui doit son nom aux sources chaudes qui descendent du massif  volcanique de la Soufrière qui la domine.

Permettez moi à cet égard de vous donner un conseil : si vous envisagez un séjour à Karukera  il est préférable de séjourner en Gîte plutôt que d’aller dans un hôtel de la zone hyper touristique et dénaturée qui s’étend de Gosier à Saint François, au sud de Grande-Terre. En Gîte vous recevrez un accueil chaleureux et vivrez au milieu des Guadeloupéens alors qu’en hôtel vous vous retrouverez au milieu de métropolitains et de touristes étrangers et ferez l’objet d’un service impersonnel.

En raison du relief, les nuages poussés par les alizés se concentrent en cet endroit de l’île et de courtes et brutales averses peuvent en toutes saisons se produire  - n’oubliez pas votre KW ! – qui sont généralement suivies de magnifiques arcs en ciel, auxquels répondent les couleurs vives des habitations. Car c’est un fait, les guadeloupéens aiment les couleurs pour leurs vêtements, leurs maisons ainsi que leurs « planteurs » confectionnés avec toutes sortes de fruits !

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Après nous être régalés le soir de notre arrivée d’une fricassée de chatrou (calmar) chez « Dada », un petit « lolo » de Bouillante, nous voilà en ce premier matin, faisant nos courses dans cette même ville pour le dîner du soir.  Notre choix se porte sur des darnes d’une superbe et délicieuse dorade coryphène – appelée aussi mahi-mahi - qu’un pêcheur vient de ramener.  La pêche de ce fabuleux poisson qui  peut mesurer jusqu’à deux mètres, peser 40kg et nager à plus de 50 nœuds est plutôt sportive. C’est d’ailleurs pour lui rendre hommage qu’Alain Bombard a dénommé « Coryphène » le navire qu’il avait fait construire pour l’exploration scientifique des océans.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Pour le dessert nous choisissons un bel ananas et un assortiment de bananes pour lesquelles le plus grand choix nous est offert : Ti-nain, figue-pomme, figue-dessert, makandia, poyo, plantain. Il faut dire qu’à Karukera elles  se consomment ou plutôt se savourent sous toutes les formes selon qu’elles sont classées parmi les fruits ou les légumes : nature, en  bouillies et salées comme des pâtes, en gratin ou en chips, et bien évidemment  flambées au rhum.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Nos courses faites, nous nous rendons à l’Anse Caraïbe au sud de Pointe Noire bordée de raisiniers qui font partie des rares arbustes, avec les cocotiers, capables de résister au embruns salés.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Ils sont ainsi nommés car leurs fruits comestibles mais amers poussent en grappes comme les raisins.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

A cette heure encore matinale (nous avions pour règle de nous lever avec le soleil, soit à 6 heures) les seules rencontres que nous faisons sur la plage sont de peu farouches pélicans occupés à pêcher leur pitance.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Leur technique est impressionnante. Ils prennent leur envol jusqu’à environ une dizaine de mètres et patrouillent au dessus de la mer. Dès qu’ils voient un poisson ils piquent vers l’eau à une vitesse sidérante….

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

…et disparaissent dans les flots dans une gerbe d’écume, revenant souvent bredouilles ! Mais ce n’est pas tant leur faute que celle des hommes qui pillent indûment les réserves halieutiques comme partout dans le monde.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Soucieux de limiter la durée de notre premier bain de soleil tropical nous emboîtons le pas (c’est le cas de le dire) à un vénérable guide qui nous invite à nous réfugier sous les  frondaisons fleuries du luxuriant Jardin Botanique de Deshaies, ancienne propriété de Coluche.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

L’un des aspects les plus plaisants de Karukera est que vous pouvez vous y promener en tous lieux, mêmes les plus sauvages, sans craindre ni serpent, ni araignée ni autres insectes piqueurs ou bestioles agressives à l’exception d’un rare scolopendre dont la piqûre est douloureuse mais pas fatale. Les rares dangers qui vous guettent sont de recevoir une mangue sur la tête ou - ce qui est plus dangereux – une noix de coco, mais aussi, comme partout dans le monde, de vous faire agresser par des humains mal intentionnés. Concernant ce dernier point, nous avons passé personnellement un séjour très paisible et nous avons pourtant sillonné l’île de long en large.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

On trouve  évidemment  à profusion en ce jardin, la « rose de chine » née dans les îles polynésiennes. Il s’agit des hibiscus de toutes couleurs qui forment ici des haies de plusieurs mètres. Les chinois utilisent sa sève pour colorer leurs vêtements et les égyptiens font une tisane riche en vitamine C le « karkadé » avec ses pétales séchés.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

L’eau étant abondante sur l’île (y compris, comme je vous l’ai rappelé, dans le rhum !)  les lotus s’y épanouissent également.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

De même que les alpinia, originaires de Chine, et qu’on appelle ici « lavande rouge».

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Ainsi que les balisiers qui présentent une infinie variété de formes dans des nuances de couleur allant du jaune au rouge sang, comme on le verra au fil de nos randonnées.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Cette fleur là n’est pas non plus sans charme, mais j’ai hélas oublié son nom ! L’effet de l’âge sans doute – les mauvaises langues diront du rhum - mais je me console en me disant que c’est moins grave que de ne pas se souvenir du nom d’une jolie femme.

La plus belle fleur « terrestre » de l’île et la plus recherchée aussi est la rose de porcelaine, originaire de Malaisie et qui se dresse fière sur sa hampe d’un mètre cinquante.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

En levant la tête on découvre, suspendue, aux branches des arbres, de magnifiques orchidées.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Elles illuminent de leurs guirlandes multicolores les frondaisons qui les protègent des rayons du soleil.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

On croise aussi en ce jardin d’Eden  l’arbre du voyageur, qui est de fait une plante herbacée et qui est ainsi nommé car l’eau de pluie s’accumule à la base de ses feuilles permettant aux voyageurs – du moins ceux qui supportent l’eau - de se désaltérer.

 

 

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Cet  arbre à kapok – appelé aussi fromager - bombe à juste titre non pas le torse mais son tronc car il appartient à la famille des Bombacacea. C’est un arbre prodigue car on peut manger ses fruits, ses graines et ses germes.

 

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

En outre les fibres de ses fruits font un excellent matériau d’isolation et de rembourrage  - le kapok -  et servent à fabriquer des gilets de sauvetage.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Tout aussi généreux est l’arbre à pain, dont on a vu dans la note précédente que ses fruits étaient largement consommés à Karukera.

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Après cette magnifique leçon de botanique nous allons réviser notre crawl et  jouer au lézard sur la plage de sable blanc de Leroux près de Ferry, en attendant que les exigences de nos gosiers et de nos estomacs nous guident vers les délices solides et liquides qu’offre le  lolo  « Au bon accueil » situé en haut de la falaise.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Après nous être régalés d’un colombo de cabri, pour nous remettre du décalage horaire, nous allons tester la finesse et la douceur du sable noir d’origine volcanique de la plage de Malendure au large de laquelle se trouve la Réserve Cousteau. Cette vaste zone marine relativement protégée et paradis des plongeurs a , en effet, été  créée  à l’initiative du célèbre commandant. Durant les mois de janvier et février il est possible d'y entendre le chant des baleines à bosse qui font leur parade nuptiale. A ce propos je vous invite à aller regarder le magnifique reportage sur le sauvetage d’une baleine à bosse que Michèle a mis en ligne sur son blog.

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Un petit creux à l’estomac nous pousse à reprendre la station verticale, alors que le soleil s’apprête à prendre son bain vespéral, et nous conduit infailliblement dans les bras d’une jolie et affable doudou qui a concocté dans une antique et étonnante sorbetière manuelle un délicieux sorbet  à la noix de coco. Si vous n’êtes pas gourmand, inutile d’aller à Karukera !

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Et c’est en dégustant ce délice que nous contemplons le soleil prendre son second bain de la journée. 

 

karukera,coluche,guadeloupe,deshaies

Nu comme un ver mais pudique il se drape de quelques nuages et plonge rouge de honte dans les flots derrière l’ilet aux Pigeons.

 Dieu ! quelle fut dure cette première journée !

 A  SUIVRE....... 

*******

C'est la période des vacances  et vous allez vous retrouver à coincer la « bulle » quelque part dans un jardin, sur une plage ou au bord d’un ruisseau, votre MP 3 collé sur les oreilles, car c’est connu la musique adoucit les mœurs et vu l’état du monde vous avez bien besoin que vos mœurs soient apaisées ! Pourquoi ne pas y mettre quelques chansons de mon cru qui figurent dans mon dernier album "Ti Punch" et qui vous emmèneront aux Antilles, lieu éminemment dépaysant ! Vous pourrez ainsi écouter "la complainte du Coupeur de canne",  vous laisser bercer par la langueur de Marie-Galante, sentir les envoutantes effluves du Ti’ Punch ou écouter la sensuelle histoire du Bernard-l’hermite…..

C’est sur Deezer (cliquez sur Deezer) ou Spotify  ou encore Itunes…(faites une recherche sur Old Nut).

Vous y trouverez aussi mes autres albums "Bidochon dream " et "Jennifer" (cliquez sur le titre)

 

Vous pouvez également vous tenir au courant de la parution de mes prochains albums en vous inscrivant sur ce nouveau blog Old Nut Zimbalam 

 

 

Texte Ulysse Photos Ulysse (sauf deux  faites par M & G Buffler)