suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2015

Périple à Madère – 8 – Du Pico de Ariero (1816mètres) vers le Pico Ruivo (1862mètres)

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Lors de notre précédente balade sur la Ponta de Sao Lourenço où le chemin longeait de vertigineuses falaises, je vous avais laissé entendre que ce n'était qu'une promenade de santé par rapport à celle que nous allons faire aujourd’hui et qui relie deux des plus hauts sommets de l’île. Vous allez en juger par vous même ! Certes si l’on se fie au titre on peut penser que je galège car il n’y a que 46 mètres de  différence entre le sommet du départ et celui de l’arrivée, sauf que le chemin a le profil des montagnes russes et représente 800 mètres de dénivelé à l’aller et au retour. Ce qui fait qu’il faut partir à l’aube si l’on veut être sûr de revenir avant la nuit qui tombe tôt en cette saison (vers 18heures). Ce départ matinal permet au demeurant de contempler le magnifique envol du soleil au dessus des nuages.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Du fait du relief d’origine volcanique, le relief est très acéré et le chemin a été entièrement creusé dans la roche, la plupart du temps à flanc de falaise, et les âmes sensibles doivent s’abstenir de l’emprunter surtout lorsque le vent y souffle violemment comme ce fut le cas le jour de notre périple.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Mais les vues qu’il offre sur la chaine montagneuse centrale de Madère sont parmi les plus belles que j’ai eu l’occasion de voir en haute montagne.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Tout le long le sentier est bordé d’un câble absolument indispensable vu les risques de glissade que la pente du sentier présente et les tourbillons de vent qui parfois nous chahutent !

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Ceux qui souffrent du vertige n’ont qu’une solution qui est de se livrer à une contemplation intensive de leurs pieds, ce qui présente l’avantage d’être au moins sûr de l’endroit où on les met !

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Mais ce serait idiot d’effectuer un tel crapahut sans lever de temps en temps la tête car les vues  sont époustouflantes !

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Au cours de la première partie du sentier on n’arrête pas de descendre, s’éloignant un peu plus à chaque pas des rayons du soleil et plongeant ainsi dans un air de plus en plus glacial.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Ce qui fait que l’eau qui ruisselle des parois donne naissance à de jolies floraisons de glace mais transforme aussi le sentier en patinoire. Je dois vous confier que j’ai eu du mal à garder ma sérénité lors du franchissement de ces quelques passages.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Mais la munificence des montagnes qui nous entoure  nous aide à surmonter ces quelques difficultés et à aller de l’avant, en l’occurrence à descendre de plus en plus au coeur du massif !

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Ceux qui ont construit ce chemin méritent notre reconnaissance et notre admiration car aucun obstacle ne les a arrêtés. Ils ont ainsi creusé des passages et des tunnels dans les coulées de lave et pavé le sentier dans les pentes afin que la pluie ne l’érode pas.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Le sentier est bordé de pics et de tours basaltiques jaillis des entrailles de la terre il y a vingt millions d’années.

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Ayant atteint le point le plus bas du sentier nous commençons à remonter en direction du Pico Ruivo et retrouvons avec bonheur  le soleil.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Le contraste des roches est par endroits saisissant, des aiguilles de basalte noires se dressant dans un paysage de roche rouge constitué de scories et de cendres oxydées par le fer.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Et nous poursuivons notre périple subjugués par le panorama constamment renouvelé qu’offre cette randonnée.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Sur ces pentes escarpées les arbres ont du mal à s’installer et on ne trouve ici et là qu’un sujet isolé qui résiste vaillamment à l’érosion et la pression des roches environnantes.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Celui ci n’a manifestement pas le vertige et défie les lois de la pesanteur !

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Nous arrivons à mi parcours au Miradouro Ninho da Manta (mirador du nid de la buse) à 1744 mètres d’altitude qui offre  une grandiose vue plongeante sur la vallée de la Ribeira.

 

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Mais peu après le sentier est barré par des banderoles en plastique signalant un danger. L’ami Gibus, le plus intrépide d’entre nous se dévoue pour aller voir ce qu’il en est et constate qu’après le virage suivant un éboulis a emporté le chemin.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Un sentier alternatif existe qui permet de rejoindre le Pico Ruivo mais qui apparaît au vu de la carte encore plus sportif que celui où nous sommes. Nous décidons alors de scinder le groupe en deux : Rémi et moi ramènerons nos compagnes au départ tandis que Gibus, Jean Mi et Pierre emprunteront l’autre sentier pour grimper au Pico Ruivo et nous rejoindre ensuite.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Le retour se fait sans encombre dans des conditions idéales,  le spectacle étant différent du fait du changement de perspective et du soleil qui éclaire plus généreusement le cœur du massif.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Nullement frustrés par cette balade écourtée, Remi et moi jouissons pleinement de notre rôle de gardes du corps qui nous laisse le temps, le rythme étant plus tranquille, de nous livrer à notre passion : la photographie !

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Les mots étant superflus, je vous laisse  contempler en silence la fin de notre randonnée.

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

 

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

 

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

 

 

 

madère,pico ruivo,pico ariero,ribeira

Et nous voici revenus sains et saufs à bon port, enchantés par cette fantastique randonnée, sans doute l'une des plus belles que nous ayons faites en milieu montagnard et dieu sait pourtant que nous avons bourlingué les uns et les autres à travers les Alpes, les Pyrénées, l'Atlas et même pour ce qui me concerne les Appalaches, le Wyoming le Nouveau Mexique et le Colorado.

 

 Je vous convie  également à vous rendre sur 

mon blog musical OLD NUT 

pour écouter ma nouvelle chanson 

"Je descendais la rivière" 

et les autres aussi, si affinité !!

Cliquez :

ICI   

 

Texte & Photos Ulysse (sauf celles de la glace et de l'éboulis prises par Gibus)